Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Pour la coalition, les anti-refonte de l’armée de l’air mènent un coup d’État

Smotrich : Israël ne peut se passer de ses pilotes mais ne peut pas non plus être dirigé par une "junte militaire" ; Ben Gvir : les projets de loi seront adoptés

Une cérémonie de remise des diplômes pour les pilotes qui ont terminé le cours de vol de l'armée de l'air israélienne, à la base aérienne de Hatzerim dans le désert du Néguev, le 26 décembre 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)
Une cérémonie de remise des diplômes pour les pilotes qui ont terminé le cours de vol de l'armée de l'air israélienne, à la base aérienne de Hatzerim dans le désert du Néguev, le 26 décembre 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Les principaux députés de la coalition se sont emportés vendredi après que plus de 1 100 membres de l’armée de l’air israélienne ont annoncé qu’ils interrompaient leur service volontaire pour protester contre les efforts du gouvernement visant à remanier radicalement le système judiciaire, affirmant que leur protestation équivalait à une tentative de coup d’État militaire.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a rédigé une lettre ouverte aux manifestants de l’armée de l’air, qui comptent plus de 400 pilotes, dans laquelle il les exhorte à revenir sur leur « erreur » qui risque de nuire gravement au pays, tandis que d’autres députés d’extrême-droite ont employé un langage bien plus combatif à l’encontre des pilotes.

Ils ont affirmé que le gouvernement ne se laisserait pas prendre en otage par ces derniers et qu’il procéderait à l’adoption du premier projet de loi de la refonte la semaine prochaine, avant de poursuivre avec le reste du paquet controversé visant à réduire de manière significative le pouvoir du système judiciaire dans les mois qui suivent.

La lettre de protestation envoyée plus tôt dans la journée de vendredi par 1 142 réservistes en service actif – sans précédent par son ampleur et par la place centrale qu’occupent les signataires au sein de Tsahal – est la dernière en date à avoir provoqué une onde de choc au sein de Tsahal, qui s’efforçait déjà d’endiguer un flot croissant de réservistes abandonnant leur service volontaire pour protester contre la réforme, ce qui a conduit les responsables de la Défense à avertir que ce phénomène croissant pourrait affecter l’état de préparation de l’armée nationale.

Dans leur lettre (en hébreu) adressée aux membres de la Knesset, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, et le chef de l’armée de l’air israélienne, le général de division Tomer Bar, les réservistes ont appelé le gouvernement à « parvenir à de larges accords » en ce qui concerne la réforme du système judiciaire, et à « renforcer la confiance de toutes les parties de la société dans le système judiciaire, et à préserver son indépendance (…). Une législation qui permet au gouvernement d’agir de manière extrêmement déraisonnable nuira à la sécurité de l’État d’Israël, entraînera une perte de confiance et une violation de [notre] consentement à continuer de risquer [notre] vie, et nous conduira, avec une profonde tristesse et sans avoir le choix, à suspendre [notre] service de réserviste volontaire ».

« Un pays qui se soumet aux menaces des généraux sera en fait un pays dirigé par une junte militaire », a déclaré Smotrich dans sa lettre de réponse.

C’est la deuxième fois que le ministre d’extrême-droite s’adresse ainsi aux pilotes de l’armée de l’air israélienne. En mars, il avait rédigé une autre lettre dans laquelle il s’excusait d’avoir appelé à « anéantir » la ville palestinienne de Huwara – une remarque qui avait conduit de nombreux pilotes à intensifier leurs protestations contre la refonte judiciaire du gouvernement, décrivant les propos de Smotrich comme un ordre opérationnel potentiel qu’ils seraient contraints d’exécuter s’il n’existait pas de tribunal indépendant capable d’interférer.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich dirigeant une réunion de sa faction d’extrême-droite Hatizonout HaDatit, le 10 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Dans sa lettre de vendredi, Smotrich a commencé par souligner qu’il « aimait » l’armée de l’air, y compris ceux qui avaient décidé de se joindre à la dernière manifestation.

« Je suis convaincu que, comme moi, la majorité absolue du peuple israélien aime, chérit et apprécie les décennies lors desquelles vous avez investi la majeure partie de votre temps et de votre talent dans la sécurité d’Israël. Nous vous sommes redevables et nous ne pouvons ni ne voulons nous passer de vous », a écrit Smotrich.

« Mais nous avons besoin de vous, tout comme nous avons besoin des mécaniciens de l’armée, des soldats de l’infanterie et du Corps Blindé Mécanisé, tout comme nous avons besoin des travailleurs de la technologie, des enseignants, des agriculteurs et des résidents d’implantations, des habitants des villes et des campagnes, des religieux, des laïcs et des ultra-orthodoxes », a poursuivi le ministre des Finances.

Il a clairement indiqué qu’il s’opposait aux récentes attaques menées contre les pilotes protestataires par les partisans de la réforme du système judiciaire. « Cela dit, je pense que vous commettez une grave erreur et que vous devez revoir votre chemin. »

Le ministre d’extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a été sans surprise beaucoup plus direct. « Le but de la lettre des refuzniks est de prendre le gouvernement israélien en otage et de lui imposer la position politique d’une minorité qui pense que le pays lui appartient, alors qu’ils piétinent l’armée du peuple et violent la volonté du peuple qui a donné au gouvernement le mandat de réformer le système judiciaire », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Nous ne céderons pas à cette dangereuse tentative de créer le chaos, afin que l’armée, qui dans un pays démocratique est subordonnée au gouvernement, soit celle qui fasse plier le gouvernement », a-t-il déclaré.

« Avec l’aide de Dieu, nous adopterons l’amendement demandé du système judiciaire, en commençant par le projet de loi sur le ‘caractère raisonnable’, mais ce n’est qu’un début ! »

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, s’exprimant lors d’une conférence de presse, à la Knesset, le 5 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Almog Cohen, du parti Otzma Yehudit de Ben Gvir, s’est montré insultant dans sa réponse, qualifiant les pilotes de « méprisables refuzniks » qui « renforcent l’ennemi ».

« Il n’y aura pas de reddition », a affirmé Cohen. « Nous ouvrirons le cours des pilotes et l’unité 8200 aux garçons de la périphérie… comme cela aurait dû être le cas depuis longtemps. Nous ne cédons pas au protectionnisme. »

Les membres du gouvernement accusent depuis longtemps les hauts gradés de l’armée de l’air et l’unité de renseignement d’élite 8200 d’être injustement dominés par la classe supérieure ashkénaze, tout en étant fermés aux personnes d’origine séfarade.

Le ministre de l’Économie, Nir Barkat, du parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Likud, a affirmé que « ceux qui choisissent de refuser de servir et sont prêts à négliger la sécurité de l’État d’Israël ne méritent pas de porter l’uniforme de l’armée israélienne ».

« Des générations de Juifs ont rêvé d’établir un État indépendant pour le peuple juif, avec une force de défense qui empêcherait une nouvelle Shoah. En tant qu’officier des parachutistes qui a été blessé au combat, qui a perdu des camarades dans mes bras et qui a perdu des membres de sa famille dans la Shoah, je dis que ceux qui refusent de servir abandonnent la sécurité de l’État du peuple juif contre nos ennemis ! »

« Aucun débat politique ne peut justifier un acte aussi immoral. Il est permis de protester, il est permis d’être en désaccord politique, mais la sécurité d’Israël ne doit pas être négligée. »

Le député Almog Cohen assistant à une réunion de la commission des Finances à la Knesset, à Jérusalem, le 10 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« La véritable démocratie ne consiste pas à se rendre à un certain nombre de soldats qui n’acceptent pas un mouvement politique. Si nous nous inclinons maintenant, les élections démocratiques n’auront eu aucun sens et nous serons confrontés à cette menace encore et encore. Dans une démocratie, la voix du médecin et du pilote est égale à celle de l’ouvrier du supermarché et de l’usine. Lundi, la loi [sur le caractère raisonnable] sera adoptée », a estimé le président de la coalition, Ofir Katz.

La plupart des Israéliens qui effectuent leur service militaire national obligatoire sont tenus de participer au service annuel de réserve, mais ceux qui ont servi dans des unités spéciales – dont les pilotes – doivent se porter volontaires pour continuer à exercer les mêmes fonctions lorsqu’ils sont dans la réserve, un engagement qu’ils prennent généralement de leur propre chef. En raison de la nature de leurs fonctions, les troupes des forces spéciales et les pilotes de réserve se présentent plus fréquemment aux entraînements et aux missions.

Ces derniers mois, de nombreux réservistes ont fait savoir qu’ils ne seraient pas en mesure de servir dans un Israël non-démocratique, ce que certains estiment que le pays deviendra si les projets de réforme du gouvernement se concrétisent.

Le porte-parole de l’armée, le contre-amiral Daniel Hagari, a répondu à la lettre des réservistes en déclarant que l’armée israélienne examinait la situation des signataires et qu’elle « étudierait les significations en conséquence ».

« La sécurité des citoyens de l’État d’Israël repose sur les membres des forces permanentes et de réserve, qui sont les meilleurs de notre peuple et dont nous apprécions pleinement la contribution », a déclaré Hagari dans un communiqué.

Jeudi, le général de division Bar a déclaré que l’armée de l’air continuait à fonctionner comme d’habitude malgré les appels des réservistes à ne pas se présenter pour le service volontaire en signe de protestation contre le remaniement, mais il a ajouté que le discours actuel cause d’importants dommages qui prendront « des années à être réparés ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononce un discours depuis le Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 20 juillet 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Dans un discours à la nation prononcé jeudi soir, Netanyahu a déclaré que la véritable menace pour la démocratie israélienne n’était pas la reforme prévue par son gouvernement – qui supprimera les freins et contrepoids à la Knesset et placera la plupart des nominations judiciaires sous contrôle politique – mais le refus de se présenter au service volontaire, comme beaucoup l’ont menacé si le projet de loi sur le « caractère raisonnable » était adopté.

« Dans une démocratie éclairée, les militaires sont subordonnés à l’armée, ils ne sont pas subordonnés au gouvernement. Lorsque des éléments militaires tentent de dicter la politique du gouvernement par des menaces, c’est illégitime dans une démocratie. Et s’ils y parviennent, c’est la fin de la démocratie », a-t-il jugé.

« Aucun gouvernement responsable, aucun État responsable ne peut accepter cela, et chaque citoyen doit s’y opposer avec force », a ajouté Netanyahu. « Dans une démocratie digne de ce nom, ce n’est pas la main qui tient l’arme qui détermine ce qui se passe, mais la main qui dépose le bulletin de vote dans l’urne. »

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.