Pourquoi l’ex chef du Shin Bet a menti au sujet de son service dans l’armée
Rechercher

Pourquoi l’ex chef du Shin Bet a menti au sujet de son service dans l’armée

Yaakov Peri a aussi répété qu’il n’avait pas fuité des informations à Aryeh Deri sur les écoutes lors de l’enquête de la police dans les années 1990

Yaakov Peri (Crédit : Yonathan Sindel/Flash 90)
Yaakov Peri (Crédit : Yonathan Sindel/Flash 90)

Un ancien chef du Shin Bet devenu législateur qui a démissionné de la Knesset en février à cause d’accusations de mauvaise conduite a admis avoir menti pendant des décennies sur son service effectué au sein de l’armée israélienne.

Dans une interview à Hadashot TV diffusée vendredi, Yaakov Peri a dit qu’il avait été exempté de service militaire obligatoire à cause d’un souffle systolique au cœur.

« Nous parlons de quelque chose qui s’est passé il y a 57 ans. A l’époque, ne pas servir dans l’armée était une marque de honte », dit l’ancien député de Yesh Atid, qui a rejoint l’agence de renseignement du Shin Bet cinq ans après avoir été refusé par l’armée.

« Depuis lors, j’ai menti froidement afin de cacher cette même honte, cette humiliation qui… m’a empêché de servir », a-t-il dit, en ajoutant que le Shin Bet savait qu’il n’était jamais allé dans l’armée.

Malgré avoir continué à mentir pendant des années, Peri a dit qu’il ne ressentait pas de colère contre lui-même pour avoir agi ainsi grâce à « ma contribution pour l’état, ma contribution pour sa sécurité ».

Peri, âgé de 74 ans, s’est aussi exprimé sur les affirmations portées avant sa démission qu’il aurait fait fuiter des informations sensibles au ministre de l’Intérieur Aryeh Deri au sujet des écoutes des associés de Deri lors d’une enquête pour corruption à l’encontre du chef du parti Shas il y a deux décennies.

Le rapport d’enquête en janvier a fait ressortir un rapport d’une enquête cachée de 1995 qui avait vu deux membres d’un panel de trois enquêteurs conclure que Peri – également ancien ministre de Sciences – était probablement la source des fuites de 1991 à Deri, après que l’on a découvert que le chef du Shin-Bet avait menti à une série de tests du polygraphe.

« Cela n’a jamais eu lieu », a déclaré Peri qui a poursuivi en citant le résumé du procureur général de l’enquête déclarant qu’il n’avait pas fait fuiter les informations.

« Je sais aussi qui a fait fuiter et pourquoi ils l’ont fait. Moi, Yaakov Peri, je n’ai pas fuité à Aryeh Deri ou à qui que ce soit d’autre », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri assiste à une réunion de la Commission des finances à la Knesset à Jérusalem le 27 février 2018. (Flash90)

Concernant la question du pourquoi on a trouvé qu’il mentait aux tests du polygraphe, il a dit qu’un « homme préoccupé » comme peut l’être le chef du Shin Bet « ne peut pas sortir pur et blanc comme neige ».

Tout en niant toute mauvaise action et en ayant reçu le soutien du chef du parti Yair Lapid, Peri a dit qu’il a démissionné afin de ne pas constituer une distraction pour Yesh Atid.

Peri, qui a servi en tant que directeur du Shin Bet de 1988 jusqu’à sa retraite en 1995, a rejoint Yesh Atid en octobre 2012 à l’approche des élections de l’année suivante.

L’une des premières personnalités publiques à se positionner avec le parti, Peri a été mis en deuxième position sur la liste à la Knesset et, avec son expérience en matière de sécurité, on a considéré qu’il a aidé à catapulter Yesh Atid au gouvernement après avoir obtenu 19 sièges aux élections de 2013. Il a été récompensé par un poste ministériel à la tête du ministère de la Science et de la Technologie. Il a continué à servir en tant que député de l’opposition après que le parti n’a pas été inclus dans la coalition à la suite des élections de 2015.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...