Poutine espère garder les liens avec Israël malgré la « situation » de Netanyahu
Rechercher

Poutine espère garder les liens avec Israël malgré la « situation » de Netanyahu

Le président russe a déclaré aux journalistes à Moscou que le Premier ministre supervisait personnellement "les constants progrès" dans leurs relations diplomatiques

Le Président russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre bilatérale avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au Kremlin à Moscou, le 27 février 2019. (Crédit : MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)
Le Président russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre bilatérale avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au Kremlin à Moscou, le 27 février 2019. (Crédit : MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)

Le président russe Vladimir Poutine a formulé jeudi l’espoir que les relations que son pays entretient avec Israël restent bonnes, alors que le procureur général israélien Avichai Mandelblit annonçait son intention d’inculper le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires distinctes, sous réserve d’une audience.

Vladimir Poutine a déclaré aux journalistes à Moscou que Benjamin Netanyahu supervisait personnellement « les constants progrès » dans les relations diplomatiques entre les deux pays.

« Nous espérons qu’en dépit des évènements politiques internes, la situation pré-électorale, quoi qu’il se passe, la continuité sera préservée dans le développement des relations russo-israéliennes », a déclaré Poutine selon un communiqué de l’ambassade russe en Israël.

« En ce qui concerne l’évolution de nos relations bilatérales, il y a eu un progrès constant. Nous devons reconnaître les efforts du leadership israélien : le Premier ministre supervise tout cela personnellement », a-t-il fait savoir.

Les propos de Poutine surviennent au lendemain d’une rencontre entre les deux hommes à Moscou portant sur la coopération militaire en Syrie, où Israël mène des frappes aériennes contre les cibles militaires iraniennes.

Le Président russe Vladimir Poutine et leurs délégations lors d’une rencontre bilatérale avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au Kremlin à Moscou, le 27 février 2019. (Crédit : MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)

Les relations entre Israël et la Russie se sont compliquées en septembre, quand un système de défense anti-aérienne syrien a abattu un avion russe par erreur pendant une frappe israélienne sur une installation militaire iranienne.

Quinze soldats russes avaient péri, entraînant d’importantes tensions entre Israël et la Russie. Les deux dirigeants ont parlé à plusieurs reprises de cet incident et se sont brièvement rencontrés en novembre à Paris.

Avant sa visite à Moscou, Netanyahu avait déclaré que les échanges avec Poutine porteront sur l’implantation iranienne en Syrie et sur la coordination à mettre en place pour éviter les confrontations militaires en Syrie.

Le Premier ministre israélien est rapidement rentré à Jérusalem mercredi après l’entretien pour se préparer à l’annonce de l’inculpation par Mandelblit.

Le procureur général a déclaré qu’il avait l’intention de mettre en examen le Premier ministre sous réserve d’une audience, où celui-ci aura l’occasion de se défendre avant la rédaction d’un acte d’accusation.

Cette annonce survient quelques semaines avant les élections du 9 avril, qui verra Benjamin Netanyahu affronter l’alliance politique rivale centriste dirigée par l’ancien chef d’état-major Benny Gantz.

Dans une allocution télévisée diffusée quelques heures après l’annonce du procureur général, le Premier ministre a qualifié ces allégations de « chasse aux sorcières » destinées à le renverser.

Celui qui rejette les accusations portées contre lui a commencé par remercier le président russe et Donald Trump pour leur soutien à son type de leadership.

« Cette relation spéciale avec les chefs des grandes puissances mondiale n’est pas quelque chose que je considère comme acquis », a-t-elle dit. « Je l’ai construite pendant de nombreuses années, et elle m’aide à garantir la sécurité et le futur de notre pays. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...