Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

Présidence au Liban : Le Hezbollah soutient la candidature de Frangié – Nasrallah

Le pays en plein effondrement économique est sans président depuis plus de quatre mois en raison des divergences politiques entre le Hezbollah et ses adversaires

Samir Geagea, chef des Forces libanaises, à droite, serre la main de Sleimane Frangié, en présence du patriarche Béchara Rahi à Beyrouth, le 14 novembre 2018. (Crédit : Aldo Ayoub/Agence de presse libanaise via AP)
Samir Geagea, chef des Forces libanaises, à droite, serre la main de Sleimane Frangié, en présence du patriarche Béchara Rahi à Beyrouth, le 14 novembre 2018. (Crédit : Aldo Ayoub/Agence de presse libanaise via AP)

Le groupe terroriste du Hezbollah, pro-iranien, a annoncé lundi soutenir la candidature de son allié, l’ancien ministre Sleiman Frangié, à la présidence au Liban, privé de chef d’État depuis plus de quatre mois.

« Le candidat naturel que nous soutenons dans l’élection présidentielle et qui remplit nos critères est le ministre Sleiman Frangié », a annoncé le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah dans un discours télévisé.

Il a tenu à souligner que cet homme politique pro-syrien, de confession chrétienne et qui a été entre autres ministre de l’Intérieur et de la Santé, n’était pas « le candidat du Hezbollah » mais celui soutenu par sa formation.

Le pays en plein effondrement économique est sans président depuis plus de quatre mois en raison des divergences politiques entre le Hezbollah et ses adversaires.

Hassan Nasrallah a souligné qu’il n’acceptait pas « un président imposé par l’étranger » et réitéré qu’il voulait un président qui ne « poignarde pas dans le dos la résistance », faisant avec ce mot référence à sa formation.

Le mandat du président Michel Aoun, également parvenu à la présidence en 2016 après plus de deux ans de blocage par le camp du Hezbollah qui voulait l’imposer, a expiré le 31 octobre.

Depuis, les députés, profondément divisés, n’arrivent pas à désigner un successeur, aucun camp ne disposant d’une claire majorité.

Le camp opposé au Hezbollah soutient le candidat Michel Moawad, mais n’arrive pas à obtenir le nombre nécessaire de voix pour le faire élire.

En vertu du système confessionnel de partage du pouvoir en vigueur depuis longtemps au Liban, la présidence est réservée à un chrétien maronite.

Également ancien député, originaire de Zghorta (nord), Sleimane Frangié, 57 ans, dirige le parti des Marada. Il est un ami personnel du président syrien Bachar al-Assad.

Il est issu d’une dynastie politique : son grand-père, dont il porte le nom, était président lorsque la guerre civile a éclaté en 1975.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.