Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Que feriez-vous si un négationniste s’installait dans votre cave ?

Ce thriller français est basé sur l'histoire vraie d'un couple de Juifs parisiens qui a vendu sans le savoir sa cave à un néo-nazi et qui s'est battu des années pour l'expulser

  • Les acteurs François Cluzet et Bérénice Bejo dans "L'homme de la cave". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
    Les acteurs François Cluzet et Bérénice Bejo dans "L'homme de la cave". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
  • 
Bérénice Bejo et Jérémie Renier jouant le rôle du couple Hélène et Simon Sandberg, qui se déchirent alors qu'ils luttent pour expulser un négationniste de leur propriété dans "L'homme de la cave". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
    
Bérénice Bejo et Jérémie Renier jouant le rôle du couple Hélène et Simon Sandberg, qui se déchirent alors qu'ils luttent pour expulser un négationniste de leur propriété dans "L'homme de la cave". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
  • 
Jacques Fonzic (François Cluzet) affrontant Simon Sandberg (Jérémie Renier) dans "L'homme du sous-sol". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
    
Jacques Fonzic (François Cluzet) affrontant Simon Sandberg (Jérémie Renier) dans "L'homme du sous-sol". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
  • 
Victoria Eber dans le rôle de Justine Sandberg dans "L’homme de la cave". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)
    
Victoria Eber dans le rôle de Justine Sandberg dans "L’homme de la cave". (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)

Ce scénario est digne d’un cauchemar. Un couple parisien vend une cave dans l’immeuble où ils habitent à un ancien professeur d’Histoire qui a l’air, a priori, absolument génial. Deux semaines plus tard, ils découvrent qu’il y a emménagé. Pire encore, le couple découvre que le nouveau locataire est un négationniste antisémite … et que le droit de propriété rend son expulsion presque impossible.

Ce film, sorti en octobre 2021 en France, s’inspire d’une histoire vraie. Le thriller psychologique « L’homme de la cave » a été écrit et réalisé par Philippe Le Guay. Le film français est sorti le 27 janvier à New York, suivi de projections à Los Angeles et dans d’autres villes américaines.

« C’est vraiment arrivé à un couple que je connaissais personnellement », a déclaré le réalisateur Le Guay dans une interview récente avec le Times of Israel.

Dans le film, l’architecte Simon Sandberg (Jérémie Renier) et son épouse Hélène (Bérénice Bejo), technicienne médicale, commettent l’erreur d’accepter le paiement de Jacques Fonzic (François Cluzet) et de lui donner la clé de leur cave avant de lui céder l’acte de propriété. Selon la loi française, la remise d’une clé en échange d’une somme d’argent constitue une vente, de facto. Entre l’échange et le rendez-vous chez l’avocat pour finaliser les papiers de la vente, les Sandberg prennent connaissance des convictions de Fonzic, mais il est déjà trop tard.

Fonzic, un professeur d’Histoire de lycée licencié pour avoir enseigné des contre-vérités à ses élèves, prétend être perpétuellement incompris. Pour lui, il n’est qu’un penseur indépendant qui pose simplement des questions sur ce que le monde considère comme des faits avérés.

Lentement mais sûrement, Fonzic commence à influencer la fille adolescente des Sandberg, Justine (Victoria Eber). Il s’immisce également dans la vie des résidents, qui commencent à douter du danger qu’il représente réellement. Ils prennent sa défense, au détriment des Sandberg qui tentent désespérément de trouver un moyen légal d’évincer le négationniste.

« Mais contrairement à ce qui se passe dans le film (le mari est juif et la femme ne l’est pas), les époux dans la vie réelle sont tous deux juifs », a déclaré le cinéaste Le Guay.

S’exprimant depuis Paris, Le Guay a expliqué qu’il avait choisi de les dépeindre comme un couple marié parce qu’il n’est pas juif et qu’il voulait que cette perspective apparaisse dans le film. C’était une façon de montrer que le négationnisme n’est pas seulement un affront et un danger pour les Juifs, mais pour tout le monde.

« L’autre raison de ce mélange de cultures est que la femme [non-juive] est presque plus touchée et exposée par cet antagonisme. Elle est beaucoup plus réactive parce qu’elle est très à cran et nerveuse à ce sujet. Pendant ce temps, le personnage principal [le mari], qui est juif, est plus facile à vivre. Il ne défend pas son identité. Cela donne un contraste et une opposition très intéressante entre les deux personnages », a déclaré Le Guay.

Au fil du temps, cependant, la bonhomie de Simon Sandberg est mise à l’épreuve, car il est de plus en plus frustré par les obstacles juridiques à l’expulsion de Fonzic. Lorsqu’il apprend que sa fille impressionnable a été influencée par le théoricien du complot, sa rage se transforme en violence.

Cluzet joue le rôle de Fonzic de façon excellente, faisant monter la tension entre son personnage et Simon jusqu’à ce que ce dernier explose. Cluzet tient le spectateur en haleine, en incarnant Fonzic avec une façade de gars malchanceux qui cache un esprit infernal qui vise délibérément à tourmenter une famille juive.

« Se présentant comme une victime, on n’a pas l’impression que cet homme est violent »

« Je pense qu’il n’y a rien de plus dangereux que la façon de penser de Fonzic. Il a cette sorte de respectabilité et de douceur ; sa violence est dissimulée. On ne sent pas que c’est un homme violent parce qu’il se dépeint comme une victime. C’est là toute l’ironie. Dans le passé, les Juifs étaient les victimes, mais d’une manière tordue, il devient maintenant la victime des Juifs, le paria. Évidemment, il choisit d’être un paria. Il fait semblant d’être une victime du système », a déclaré Le Guay.

Le couple parisien Simon et Hélène Sandberg (Jérémie Renier et Hélène Bejo) vendant leur cave à Jacques Fonzic (François Cluzet) pour découvrir plus tard que c’est un antisémite et un négationniste. (Crédit : Caroline Bottaro/Greenwich Entertainment)

Le personnage de Fonzic est inspiré en partie par le négationniste français Robert Faurisson. Ancien professeur de littérature française à l’université de Lyon, il a affirmé qu’il n’y avait pas eu de chambres à gaz à Auschwitz et que les Juifs déportés étaient morts de maladie et de malnutrition. Faurisson a été démis de ses fonctions en 1991 et a été poursuivi à plusieurs reprises après que la France a fait du négationnisme un délit pénal en 1990. Ami et honoré par de célèbres antisémites, Faurisson est mort en 2018.

« Son cas était très célèbre. Il était l’un des pères du négationnisme. Mais il était à l’université et n’était pas un enseignant ordinaire. Il avait un poste prestigieux et a réussi à tromper beaucoup de gens pendant un certain temps, y compris le grand journal Le Monde. Il a réussi à publier un article dans lequel il remettait en question l’existence même d’Auschwitz. C’était dans les années 1970. Ce fut un véritable choc pour tout le monde », a affirmé Le Guay.

Un cas actuel de négationnisme implique un enseignant français, rappelant Fonzic. Vincent Reynouard a été licencié en 2001 de son poste de professeur de mathématiques pour avoir imprimé et distribué des brochures niant l’existence de la Shoah et donné à ses élèves des devoirs consistant à compter les victimes des camps de concentration. Il a fui après avoir été condamné et a été placé en détention en Écosse en attendant d’être extradé vers la France cette année.

Robert Faurisson, négationniste de la Shoah, en 2014. (Crédit : YouTube via Wikimedia Commons)

Dans « L’homme de la cave », les Sandberg font appel à plusieurs avocats pour les aider à expulser Fonzic, chacun adoptant une approche différente. L’un d’entre eux s’y connaît en matière de poursuites judiciaires contre les négationnistes, mais elle prévient Simon Sandberg que cela prendra beaucoup de temps. Un ami avocat accepte finalement de prendre l’affaire en charge et prévoit de l’aborder d’une manière différente.

« Cet avocat voit cela comme un jeu et se rapproche de l’avocat – qui a finalement réussi à gagner pour le couple réel après trois procès. Ils ont réussi à se débarrasser du négationniste en établissant que les règles de propriété ne permettaient pas à l’homme de déféquer dans le couloir du sous-sol. Il utilisait l’électricité et l’eau de l’immeuble. Le fait qu’il soit une nuisance a provoqué un revirement de situation », a déclaré Le Guay.

« Et l’histoire des excréments dans le film est une histoire vraie. En fin de compte, l’avocat a déposé les excréments séchés du type sur la table du juge. C’est ainsi qu’il a obtenu que le juge statue en faveur du couple afin qu’ils puissent enfin se débarrasser de lui », a-t-il ajouté.

Le Guay saisit l’occasion du film pour explorer les différences au sein de la famille Sandberg en termes d’identité juive, qui sont mises en évidence par la crise avec Fonzic. Hélène, bien que non-juive, s’implique plus que quiconque dans l’histoire de la Shoah de la famille de son époux, tant sur le plan intellectuel qu’émotionnel.

« En fin de compte, l’avocat a déposé les excréments séchés du type sur la table du juge. C’est ainsi qu’il a obtenu que le juge statue en faveur du couple »

Et si Simon met du temps à comprendre pourquoi il est si en colère contre Fonzic, son frère aîné David (qui est co-propriétaire de l’appartement parisien avec Simon et leur mère) est immédiatement prêt à adopter une position agressive.

« David est beaucoup plus physique. Il connaît chaque détail de son Histoire. C’est un Juif pratiquant. Il va à la synagogue. Il est très actif dans son lien avec le judaïsme », a noté Le Guay.

David fait du Krav Maga, le sport israélien d’auto-défense. Dans le film, son fils et Justine, la fille de Simon, rejoignent le club de Krav Maga et on les voit s’entraîner. Il s’agit peut-être d’une allusion pas si subtile au fait qu’en cette période de montée de l’antisémitisme, les Juifs doivent apprendre à se défendre.

A LIRE : Selon le seul franco-israélien de l’UFC, tous les Juifs « devraient savoir se défendre »

Le langage visuel de « L’homme de la cave » est plein de métaphores qui vont au-delà du Krav Maga, notamment une tache de moisissure sur le plafond de la salle de bains des Sandberg qui ne cesse de croître et résiste aux efforts pour l’enlever. Le principe même du film est une puissante métaphore.

« La base de l’histoire est déjà une métaphore. Je n’ai rien eu à inventer. Avoir cet homme dans la cave est une métaphore de tous les bas instincts de haine, de mépris et d’ambivalence. Toutes les choses qu’on veut réprimer et ignorer dans la vie, on les met au sous-sol. Et cet homme est comme un symbole, une métaphore de cette situation. Je devais raconter l’histoire, et la métaphore parlerait d’elle-même », a déclaré Le Guay.

Philippe Le Guay, réalisateur et scénariste de « L’homme de la cave ». (Autorisation)

Selon le réalisateur, il est impératif de ne pas ignorer les paroles et les actes des négationnistes contemporains et des théoriciens du complot comme Fonzic, qui passent de la prétention à soulever des questions à l’abandon progressif de la vérité, de l’Histoire et de la réalité.

« La perversité de la pensée de ces types… comment ils déforment la réalité et disent qu’ils ne prétendent pas que cette chose n’a pas eu lieu, mais demandent si nous détenons vraiment la preuve et la vérité. Ce n’est pas une manière de trouver une vérité différente mais au contraire c’est vouloir détruire la vérité. C’est une façon de penser qui est entièrement destructrice », a déclaré Le Guay.

Les dégâts causés par ces personnes peuvent avoir un énorme impact social et politique, mais ils peuvent aussi affecter les choses à une échelle beaucoup plus intime.

Le stress, lié à la présence d’un négationniste dans leur cave, a conduit le vrai couple sur lequel le film est basé à se séparer. Dans le film, les Sandberg sont déchirés mais finissent par se réunir.

« Ils parviennent à se retrouver, mais on voit qu’ils sont marqués à vie », a déclaré Le Guay.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.