Rechercher

Qu’est-ce que le tabou du porc dans le judaïsme ? Un documentaire s’y intéresse

Un duo mère-fils, appelant à respecter cet animal, a parcouru le monde pour découvrir pourquoi il est si controversé

  • 'Magnificent Beast' se penche sur l'histoire du porc à travers des siècles de civilisation, et sur les façons dont il a été vénéré aussi bien qu'honni. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Donkey Universe Films)
    'Magnificent Beast' se penche sur l'histoire du porc à travers des siècles de civilisation, et sur les façons dont il a été vénéré aussi bien qu'honni. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Donkey Universe Films)
  • Chef Melissa Kelly, owner of Primo restaurant and farm in Rockland, Maine, established an annual Pig Day during which her staff and guests pay respect to the animal and fully embrace its culinary potential, as seen in Magnificent Beast.
    Chef Melissa Kelly, owner of Primo restaurant and farm in Rockland, Maine, established an annual Pig Day during which her staff and guests pay respect to the animal and fully embrace its culinary potential, as seen in Magnificent Beast.
  • De nombreux propriétaires de cochons de compagnie, comme Tom Fanning de Floride, traitent leurs cochons comme ils traitent leurs chiens ou leurs chats, comme on le voit dans "Magnificent Beast".
    De nombreux propriétaires de cochons de compagnie, comme Tom Fanning de Floride, traitent leurs cochons comme ils traitent leurs chiens ou leurs chats, comme on le voit dans "Magnificent Beast".
  • "Magnificent Beast" aborde tous les aspects de la relation entre les porcs et les hommes, y compris une visite du groupe de chasse Squeal Team Six à Wolfe City, au Texas, créé pour aider à débarrasser les fermes locales des porcs sauvages nuisibles. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Donkey Universe Films)
    "Magnificent Beast" aborde tous les aspects de la relation entre les porcs et les hommes, y compris une visite du groupe de chasse Squeal Team Six à Wolfe City, au Texas, créé pour aider à débarrasser les fermes locales des porcs sauvages nuisibles. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Donkey Universe Films)
  • Le documentaire "Magnificent Beast" examine comment le sanglier féroce a été domestiqué à travers les siècles et à travers les continents, tout en restant une menace pour le bétail et les humains.
    Le documentaire "Magnificent Beast" examine comment le sanglier féroce a été domestiqué à travers les siècles et à travers les continents, tout en restant une menace pour le bétail et les humains.
  • "Magnificent Beast" rend visite à des propriétaires de porcs de compagnie dans le cadre du film sur le porc domestique et la relation entre les porcs et les humains. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Donkey Universe Films)
    "Magnificent Beast" rend visite à des propriétaires de porcs de compagnie dans le cadre du film sur le porc domestique et la relation entre les porcs et les humains. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Donkey Universe Films)
  • La co-réalisatrice et productrice de 'Magnificent Beast', Terry Gerritsen, à Amsterdam, le 4 novembre 2019. (Crédit : autorisation)
    La co-réalisatrice et productrice de 'Magnificent Beast', Terry Gerritsen, à Amsterdam, le 4 novembre 2019. (Crédit : autorisation)
  • Josh Gerritsen, co-réalisateur et producteur de "Magnificent Beast". (Crédit : autorisation)
    Josh Gerritsen, co-réalisateur et producteur de "Magnificent Beast". (Crédit : autorisation)
  • La zooarchéologue Katheryn Twiss de l'université de Stony Brook explique les changements génétiques qui ont accompagné la domestication du cochon dans "Magnificent Beast". (Crédit : avec l'aimable autorisation de Donkey Universe Films)
    La zooarchéologue Katheryn Twiss de l'université de Stony Brook explique les changements génétiques qui ont accompagné la domestication du cochon dans "Magnificent Beast". (Crédit : avec l'aimable autorisation de Donkey Universe Films)

Pour célébrer la première promotion de rabbins du Hebrew Union College du mouvement réformé en 1883, un célèbre dîner organisé à Cincinnati proposait un menu très décadent. Connu dans l’histoire sous le nom de « banquet Trefa », ses plats représentaient un défi culinaire aux lois de la casheroute, avec des aliments non casher – tels que des plats de crustacés et de coquillages interdits dans le judaïsme.

Pourtant, même si le banquet a eu lieu dans une ville surnommée pour son industrie porcine, il y avait une omission notable : le porc. Le tabou du porc est sans doute le plus connu et le plus observé de tous les interdits culinaires juifs, et un nouveau documentaire explore ses origines. Le documentaire « Magnificent Beast » a été réalisé par le duo mère-fils Tess et Josh Gerritsen.

« Je pense que les gens l’ont adoré », a déclaré Tess Gerritsen dans une interview Zoom entre les réalisateurs et le Times of Israel. « La chose numéro un que j’entends est : ‘Je n’avais aucune idée que les cochons étaient aussi complexes, j’ai appris plus sur cet animal que je ne l’avais jamais su’. Les personnes qui élèvent des porcs dans la ferme familiale disent que le film leur apprend des choses qu’elles ne connaissaient pas. »

Tess Gerritsen est également une romancière de romans policiers à succès dont les titres Rizzoli & Isles ont passionné les lecteurs du monde entier. Avec « Magnificent Beast », elle et son fils se sont attaqués à un autre type de mystère – un mystère culinaire. Elle explique qu’étant d’origine chinoise, elle ne connaissait pas le tabou du porc dans le judaïsme et qu’après avoir étudié l’anthropologie à l’université, sa curiosité s’est accrue.

Comme elle l’explique, « toute cette histoire de tabous alimentaires m’a laissée perplexe. Pourquoi quelqu’un choisirait-il de ne pas consommer quelque chose de riche en calories et en protéines ? »

« J’aime les mystères. J’aime répondre à une question, qu’il s’agisse d’un meurtre mystérieux ou non. Je veux connaître la réponse. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons fait ce film, » a-t-elle déclaré.

Comme un bon mystère, les enquêteurs ont trouvé une source clé vers la fin de l’histoire. Alors qu’ils terminaient leur projet, les cinéastes du Maine ont reçu une suggestion d’interviewer un expert de plus – David Freidenreich, professeur d’études juives. Non seulement il est un spécialiste des restrictions alimentaires religieuses, mais il enseigne également au Colby College voisin.

« C’était une sacrée trouvaille », a déclaré Josh Gerritsen. « Nous nous sommes sentis très chanceux de l’avoir trouvé. »

La coréalisatrice et productrice de ‘Magnificent Beast’, Terry Gerritsen, à Amsterdam, le 4 novembre 2019. (Crédit : autorisation)

« Le professeur de Colby l’a vraiment cristallisé », a déclaré Tess Gerritsen. Faisant référence au commentaire de Freidenreich vers la fin du film, elle a ajouté : « Nous sommes ce que nous mangeons. Notre identité, pour tant de gens, est liée à notre régime alimentaire… Cela vous fait voir le monde d’une manière différente. »

Pour réaliser le film, les Gerritsen ont voyagé à travers les États-Unis et même au Royaume-Uni et en Égypte. Ils ont rencontré des propriétaires et leurs cochons de compagnie – dont un qui a mordu Tess Gerritsen.

Ils se sont joints aux chefs et aux gourmets qui participaient à un événement sur le thème du porc à Boston, parrainé par une organisation appelée Cochon 555.

Dans le Maine, ils ont visité le restaurant Primo, qui élève ses propres porcs et organise une journée du porc pour célébrer ses nombreux aliments à base de porc – fromage de tête, pâté, saucisses et bacon – en portant un toast reconnaissant aux animaux qui les fournissent.

Josh Gerritsen, coréalisateur et producteur de  » Magnificent Beast « . (Crédit : autorisation)

Au Texas, ils ont interviewé les membres d’une société appelée Squeal Team Six, qui chasse les porcs sauvages envahissants, les réalisateurs ayant même filmé un abattage nocturne.

Quant à la perspective des porcs eux-mêmes, « je dois admettre que j’étais nerveuse », a déclaré Tess Gerritsen. « Ce sont de gros animaux. C’était un peu effrayant. S’ils veulent vraiment vous tuer, ils le feront, même s’ils ne sont pas aussi méchants qu’un vélociraptor. J’étais respectueuse… Chaque animal avait sa personnalité. À la fin, il y a un cochon de 700 livres [317 kilos] qui s’est échappé de l’abattoir et qui ressemble à un petit hippopotame. Il est énorme. Mais c’est un géant doux ».

Le film présente des clips hollywoodiens montrant des cochons dans toute la gamme des personnalités – de mignons et câlins (Babe) à des sangliers mangeurs d’hommes (Hannibal). Il y a aussi un extrait de la série « Family Guy » sur « un cochon qui refuse de manger des Juifs ».

Comme l’explique M.Freidenreich dans le film, le tabou du porc dans le judaïsme trouve son origine dans deux passages bibliques distincts décrivant les animaux qui sont propres et impurs à manger. Les porcs appartiennent à la catégorie des animaux terrestres quadrupèdes et, pour être considérés comme propres, ces espèces doivent avoir des sabots fendus et ruminer. Les porcs ont des sabots fendus, mais ils ne ruminent pas, ce qui les rend impurs.

Magnificent Beast » aborde tous les aspects de la relation entre les porcs et les hommes, y compris une visite du groupe de chasse Squeal Team Six à Wolfe City, au Texas, créé pour aider à débarrasser les fermes locales des porcs sauvages nuisibles. (Crédit : avec l’aimable autorisation de Donkey Universe Films)

Si l’interdiction est claire, ses origines le sont moins. « Il existe des opinions très différentes sur l’origine du tabou du porc », a déclaré Josh Gerritsen. « Tous les archéologues [interviewés dans le film] sont des amis et des collègues. Ils ont dit : ‘Je respecte untel ou untel, mais ils ont tort. Voici la raison ».

Dans le documentaire, certains experts suggèrent que les anciens Israélites ont intégré le tabou lorsqu’ils étaient esclaves en Égypte.

Salima Ikram, égyptologue à l’American University, note que les cochons étaient associés à Seth, le dieu du chaos, et que si de nombreux animaux étaient momifiés comme animaux de compagnie ou comme nourriture pour l’au-delà, on n’a jamais trouvé de momies de cochon.

Pourtant, il existe des complexités, ajoute-t-elle : Si le pharaon mangeait de la vache, les Égyptiens pauvres et de classe moyenne mangeaient du porc. M. Freidenreich cite une autre complication : les archéologues n’ont toujours pas trouvé de preuves de l’exode massif décrit dans la Bible et dépeint dans un autre film hollywoodien : « Les dix commandements ».

Ikram, Freidenreich et d’autres chercheurs suggèrent d’autres possibilités. Elle suggère qu’il y avait un dégoût pour la propension des porcs à manger des charognes ou leurs petits, tandis qu’il se demande si les Israélites craignaient les dommages écologiques que les porcs pouvaient causer à deux espèces qui étaient casher – les moutons et les chèvres.

Magnificent Beast » rend visite à des propriétaires de porcs de compagnie dans le cadre de l’exploration du film sur le porc domestique et la relation entre les porcs et les humains. (Crédit : avec l’aimable autorisation de Donkey Universe Films)

Quelle que soit la raison, Ikram note la nature ancienne du tabou non seulement dans le judaïsme, mais aussi dans l’islam sous le nom de halal. (Même en Israël, le tabou n’est pas uniformément respecté, comme l’a découvert le journaliste du New York Times Thomas Friedman lorsqu’il a rencontré du « steak blanc » dans un restaurant d’Ashkelon – une anecdote qu’il a racontée dans ses mémoires De Beyrouth à Jérusalem).

Au fil des siècles, alors que le porc, toujours aussi adaptable, s’est répandu dans le monde entier, qu’il a été domestiqué et intégré à la cuisine de nombreuses cultures différentes, M.Freidenreich explique que les Juifs avaient des raisons supplémentaires de maintenir le tabou du porc.

Le porc « devient vraiment un marqueur symbolique de ‘êtes-vous juif’ ou ‘n’êtes-vous pas juif’, voire ‘êtes-vous anti-juif' », explique M.Freidenreich dans le film. « Les Juifs deviennent très sceptiques à l’idée de s’associer à des porcs. Les rabbins interdisent aux Juifs de faire le commerce du porc, de participer à la vente et à la distribution du porc. »

Et pourtant, en Amérique, les choses sont devenues un peu plus fluides pour les juifs immigrés – en particulier à New York, où le Lower East Side borde Chinatown.

La zooarchéologue Katheryn Twiss de l’université de Stony Brook explique les changements génétiques qui ont accompagné la domestication du cochon dans « Magnificent Beast ». (Crédit : avec l’aimable autorisation de Donkey Universe Films)

Les réalisateurs ont suivi la trace d’une exemption informelle mais bien chronique de la casheroute – les restaurants chinois. Bien que le banquet de Trefa ne comprenait pas de porc au menu, les Juifs se sont sentis à l’aise pour en commander dans un restaurant chinois pour diverses raisons.

M. Freidenreich suggère que les Juifs de l’époque appréciaient ce qu’ils considéraient comme le cosmopolitisme de la nourriture chinoise, et aussi le fait qu’elle ne représentait pas l’Europe antisémite qu’ils venaient de fuir.

« Il y avait un sentiment de sécurité dans un restaurant chinois », a déclaré Tess Gerritsen. Et, a-t-elle ajouté, « Peut-être qu’un peu de porc dans un nem serait ‘safe taref’… ce n’est pas la même chose que le jambon pour Pâques ».

Les Gerritsen en ont appris suffisamment sur les porcs pour espérer que les gens auront un nouveau respect pour eux – qu’ils mangent du porc ou non.
« Ils sont intelligents et maternels », a déclaré pour sa part Josh Gerritsen. « Ils pensent et ressentent comme n’importe quel autre animal. On peut même dire qu’ils sont plus intelligents que les chiens. Si vous mangez du porc, comprenez-le, respectez-le, honorez vraiment l’animal. »

‘Magnificent Beast’ se penche sur l’histoire du porc à travers des siècles de civilisation, et sur les façons dont il a été vénéré aussi bien qu’honni. (Crédit : avec l’aimable autorisation de Donkey Universe Films)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...