Rabbin Lord Jonathan Sacks : Jeremy Corbyn est un dangereux antisémite
Rechercher

Rabbin Lord Jonathan Sacks : Jeremy Corbyn est un dangereux antisémite

Le chef du Labour "soutient les terroristes, qui veulent tuer les Juifs et effacer Israël de la carte" et "là où il dirige, d'autres suivront", a mis en garde l'ancien grand-rabbin

Rabbi Jonathan Sacks (Crédit : Autorisation Core18)
Rabbi Jonathan Sacks (Crédit : Autorisation Core18)

L’ancien grand-rabbin britannique Lord Jonathan Sacks a taxé le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn d’antisémite dangereux, dans une interview publiée mardi.

Dans une virulente critique du chef de l’opposition, Sacks a accusé Corbyn de « soutenir les racistes, les terroristes et les haineux, eux qui veulent tuer les Juifs et effacer Israël de la carte ».

Le chef du Labour utilise « le verbe classique de l’antisémitisme d’avant-guerre en Europe ».

Corbyn a fait l’objet de plusieurs scandales pour ses positions présumées antisémites, et pour son incapacité à éradiquer l’antisémitisme du Labour, le principal parti d’opposition.

Les propos qui ont suscité la condamnation de Sacks ont été tenus par Corbyn durant un discours de 2013 au Palestinian Return Centre à Londres.

Corbyn avait affirmé que « les sionistes… ont clairement deux problèmes. L’un est qu’ils se refusent à étudier l’histoire et le deuxième, c’est que même en ayant vécu dans ce pays pendant très longtemps – probablement durant toute leur vie – ils ne comprennent pas non plus l’ironie britannique. Ils ont besoin de ces deux leçons, et nous pouvons peut-être les leur donner ».

Dans une interview accordée au magazine New Statesman, qui a officié comme grand-rabbin entre 1991 et 2013, a estimé que ces remarques sont les propos les plus blessants qu’un politicien britannique ait pu tenir en un demi-siècle.

« Les propos tenus par Jeremy Corbyn sont les propos les plus insultants qu’un politicien britannique tenus par un politicien britannique depuis le discours « Rivers of Blood » d’Enoch Powell en 1968″, a déclaré Sacks. « Ils étaient séparatistes, haineux, et tout comme le discours de Powell, il mine l’existence d’un groupe entier de citoyens britanniques en les décrivant essentiellement comme des intrus. »

Jeremy Corbyn s’adresse à la foule à Trafalgar Square à Londres, en Angleterre, le 13 juillet 2018. (Niklas Hallen / AFP / Getty Images / via JTA)

« Nous ne pouvons juger Jeremy Corbyn que par ses mots et ses actions », a poursuivi Sacks. « Il a offert son soutien aux racistes, aux terroristes et aux haineux, qui veulent tuer les Juifs et effacer Israël de la carte ».

Interprétant les propos de Jeremy Corbyn sur les « sionistes » comme étant un euphémisme pour parler des Juifs, Sacks a déclaré que « lorsqu’il suggère qu’indépendamment du temps qu’ils ont passé ici, les Juifs ne sont pas pleinement britanniques, il utiliser le verbe classique de l’antisémitisme d’avant-guerre en Europe. Face à de tels faits, la preuve est devant nos yeux, il commence par nier, puis pas tergiverser et enfant par obscurcir. C’est bas, malhonnête et dangereux. »

Sacks a prévenu qu’il « a légitimé l’expression publique de la haine, et là où il dirige, d’autres suivront ».

« Maintenant, avec une mémoire vivante de la Shoah, et alors que les Juifs sont tués ailleurs en Europe parce qu’ils sont Juifs, nous avons un antisémite à la tête du parti travailliste et à la tête de l’opposition de Sa majesté. C’est pourquoi les Juifs se sentent tellement menacés par M. Corbyn et par ceux qui le soutiennent. »

« Pendant plus de trois siècles et demi, les Juifs britanniques ont contribué à chaque aspect de la vie du pays », a souligné Sacks.

« Nous connaissons notre histoire mieux que M. Corbyn, et nous avons que la haine qui commence par les Juifs ne se finit pas qu’avec les Juifs. L’adhésion de M. Corbyn à la haine profane la vie politique et dévalorise le pays que nous aimons. »

Les propos de Corbyn de 2013, qui ont émergé la semaine dernière, ont déclenché une nouvelle vague de critiques et de condamnation, notamment de la part d’élus du Labou. La semaine dernière, Corbyn a expliqué qu’il avait employé le mot ‘sionistes’ « au sens purement politique du terme, et pas en tant qu’euphémisme pour [parler] du peuple juif ».

Sacks s’est exprimé quelques jours après qu’une pétition a été lancée par un groupe de défense des Juifs appelant à la démission de Corbyn.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...