Rechercher

Réactions internationales à l’attentat terroriste meurtrier de Bnei Brak

La communauté internationale a exprimé son indignation ; le Hamas, le Hezbollah et le Jihad islamique palestinien ont salué l'attaque meurtière

Les membres de l'organisation Zaka enlèvent un corps de la scène d'une fusillade à Bnei Brak, le 29 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Les membres de l'organisation Zaka enlèvent un corps de la scène d'une fusillade à Bnei Brak, le 29 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Suite à l’attentat terroriste meurtrier qui a ensanglanté Bnei Brak, dans la soirée de mardi, le président français Emmanuel Macron a émis une déclaration.

Un tireur palestinien a ouvert le feu sur des Israéliens à Bnei Brak, à l’est de Tel Aviv. Cinq Israéliens ont été tués, dont un officier de police, qui a succombé à ses blessures lors d’une fusillade au cours de laquelle le terroriste a été tué.

Au total, onze Israéliens sont morts au cours de la semaine dernière dans les attaques meurtrières perpétrées par des Arabes israéliens et palestiniens à travers le pays

« Le terrorisme a une nouvelle fois frappé Israël. Je condamne avec la plus grande fermeté ces attentats meurtriers. Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches. Israël peut compter sur le soutien de la France et sur mon engagement total dans la lutte contre ce fléau », a-t-il écrit.

Pour sa part, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a condamné mardi les « récentes attaques terroristes » en Israël, qui ont fait au moins 11 morts au total, en appelant à la fin immédiate de la violence.

« De tels actes de violence ne peuvent jamais être justifiés et doivent être condamnés par tous », a affirmé le chef de l’ONU selon un communiqué de son porte-parole. Au moins cinq personnes ont été tuées mardi dans la banlieue de Tel-Aviv par un homme armé, et six autres personnes sont mortes lors de deux autres attaques ces derniers jours.

« Dans l’esprit des fêtes religieuses qui auront lieu dans les prochains jours, le secrétaire-général appelle à une fin immédiate des violences qui ne servent qu’à saper les perspectives de paix, » a poursuivi le communiqué, faisant apparemment référence au mois sacré musulman du Ramadan et à la fête juive de Pessah qui dure une semaine et qui tombent toutes les deux au mois d’avril.

Charles Michel, président du Conseil européen, a twitté : « Mes pensées continuent à être avec la population d’Israël dans le sillage des récents attentats ».

« Je condamne fermement ces crimes horribles et je transmets mes condoléances les plus profondes aux victimes, à leurs proches ainsi qu’au Premier ministre @naftalibennett, » a-t-il ajouté dans sa publication.

De son côté, le chef de la politique étrangère de l’Union européenne a déclaré que « les attaques contre les civils sont inacceptables et elles doivent cesser ».

« Nous nous tenons aux côtés d’Israël dans ces temps difficiles », a dit Borell dans un communiqué. « L’Union européenne reste fermement attachée à la prévention et à la lutte contre le terrorisme et contre l’extrémisme violent ».

La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a déclaré dans un communiqué qu’elle était « profondément attristée par ce nouvel attentat terroriste survenu aujourd’hui en Israël. Je pense au peuple israélien et en particulier à ceux qui ont été touchés ».

« Le Royaume-Uni condamne cette violences effroyable et insensée », a-t-elle ajouté.

Le ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss quitte le 10, Downing Street à Londres, le 17 mars 2022. (Crédit : Alastair Grant/AP)

L’ambassadeur en Israël du Royaume-Uni, Neil Wigan, a écrit sur Twitter qu’il était  » choqué par la série d’attaques terroristes qui ont frappé Israël la semaine dernière – Beer Sheva, Hadera et maintenant à Bnei Brak, près de chez moi. Mes condoléances à toutes les familles des victimes et mes meilleurs vœux de prompt rétablissement aux blessés. La Grande-Bretagne condamne ces attaques et soutient Israël ».

Le gouvernement allemand a mis en garde contre une escalade des violences suite aux récentes attaques.

« Tous ceux qui ont des responsabilités et de l’influence doivent condamner avec clarté ces actes de violences de manière à éviter une nouvelle escalade des violences », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand dans un communiqué, appelant à prévenir tout renforcement des violences « pendant les fêtes religieuses qui s’annoncent pour les Juifs, pour les musulmans et pour les chrétiens ».

« Tout comme cela avait été le cas pour les attaques de Beer Sheva et de Hadera, l’attentat commis mardi est choquant en raison de sa brutalité et de son caractère impitoyable », a noté le porte-parole, qui a condamné « avec la plus fermeté cette série d’attentats en Israël. Rien ne peut justifier le terrorisme ».

L’ambassadeur américain en Israël, Tom Nides, a été le premier membre de l’administration Biden à réagir à l’attaque terroriste de ce soir.

« Nous venons d’apprendre qu’une nouvelle attaque a eu lieu en Israël, cette fois-ci au détriment de personnes innocentes à Bnei Brak. Je suis de tout cœur avec les familles des victimes. Personne ne devrait avoir à endurer un tel déchirement », a tweeté M. Nides.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a rapidement uni sa voix à ce concert de condamnations.

« Nous condamnons avec force l’attentat terroriste survenu à Bnei Brak, en Israël, qui a tué cinq victimes innocentes », a-t-il dit dans une déclaration.

« Un attentat qui survient après deux autres attaques terroristes horribles perpétrées à Hadera et à Beer Sheva, en Israël. Ces violences sont inacceptables, » a-t-il continué.

« Les Israéliens – comme toutes les populations dans le monde – doivent pouvoir vivre dans la paix, sans crainte. Nos esprits sont aux côtés des familles des personnes décédées dans les attentats », a poursuivi Blinken.

De son côté, la députée démocrate américaine Ilhan Omar a elle aussi fustigé l’attaque qui a entraîné cinq morts.

« Un attentat terroriste horrible, épouvantable. La violence n’engendre que plus de violence. Nos pensées vont aux victimes et à leurs proches », a écrit Omar – une critique féroce d’Israël qui a été accusée d’antisémitisme dans le passé – sur Twitter.

Par ailleurs, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a émis une condamnation rare de l’attentat terroriste, alors même que des dizaines de Palestiniens manifestaient leur soutien au tireur de Bnei Brak dans sa ville natale, en Cisjordanie.

Dans un communiqué, le chef de l’AP a « exprimé sa condamnation du meurtre de civils israéliens ce soir » et il a souligné que , « le meurtre de civils palestiniens et israéliens ne fait que conduire à une détérioration de la situation ».

L’ambassade des Émirats arabes unis en Israël a condamné sur Twitter l’attentat.

« L’ambassade des Émirats arabes unis à Tel Aviv condamne les récents attentats terroristes en Israël. L’ambassade exprime également ses sincères condoléances aux familles des victimes et adresse ses prières aux blessés et à leurs familles, en leur souhaitant un prompt rétablissement », a tweeté l’ambassade en anglais.

La même déclaration a été publiée en hébreu et en arabe

L’ambassade de Turquie en Israël a également condamné l’attentat de Bnei Brak, signe du réchauffement des relations entre les deux pays.

« Nous sommes tristes que 5 personnes au moins aient perdu la vie dans l’attentat terroriste perpétré dans la soirée du 29 mars, à Bnei Brak. Nous condamnons cet attentat terroriste », a tweeté l’ambassade.

« Nous craignons que ces attentats, qui se sont multipliés ces derniers jours, ne plongent de nouveau la région dans le violence avant le mois de Ramadan et la fête de Pâque », pouvait-on lire dans le tweet.

Cela a constitué la deuxième condamnation en l’espace d’une semaine de la part de l’ambassade, toujours sans ambassadeur à sa tête, illustrant la volonté du ministère turc des Affaires étrangères de voir les relations avec Israël revenir à la normale, suite à la visite du président Isaac Herzog à Ankara pour une réunion avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, plus tôt ce mois-ci.

Quelques fausses notes dans cette unanimité ont toutefois été entendues. Des partisans du groupe terroriste du Hezbollah qui ont été aperçus en train de danser dans les rues de Beyrouth pour saluer l’attaque. Sur des images postées sur les réseaux sociaux, ils apparaissent distribuant des douceurs aux automobilistes.

Les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique se sont, eux aussi, réjouis de l’attentat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...