Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Réactions politiques au discours d’Esther Hayut

Levin et d'autres alliés de Netanyahu attaquent la présidente de la Cour suprême, qui met en garde contre la réforme judiciaire prévue, un "coup fatal" à la démocratie

La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, à gauche, arrivant pour une audience à la Cour suprême à Jérusalem, le 5 janvier 2023. Le ministre de la Justice, Yariv Levin, tenant une conférence de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 4 janvier 2023. (Crédit : Flash90)
La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, à gauche, arrivant pour une audience à la Cour suprême à Jérusalem, le 5 janvier 2023. Le ministre de la Justice, Yariv Levin, tenant une conférence de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 4 janvier 2023. (Crédit : Flash90)

Les membres de la coalition au pouvoir du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont critiqué la présidente de la Cour suprême Esther Hayut après que celle-ci a mis en garde contre ses projets de réforme judiciaire majeure lors d’un discours mercredi soir, tandis que les chefs de l’opposition l’ont acclamée pour sa prise de position.

Dans ses remarques, Mme Hayut a déclaré que les changements prévus par le ministre de la Justice Yariv Levin – qui comprennent une réduction drastique de l’autorité de la Cour suprême en matière de révision des lois et l’octroi d’un contrôle étendu aux politiciens pour déterminer la composition du système judiciaire – constituent une « d’une attaque débridée contre le système judiciaire » et porteraient un « coup fatal » au caractère démocratique d’Israël.

Peu après son discours, Levin a prononcé une allocution télévisée cinglante depuis le ministère de la Justice, dans laquelle il a accusé Hayut de prendre parti pour les rivaux politiques de Netanyahu et a affirmé qu’elle qu’elle incitait aux émeutes

« Il s’avère qu’il existe un autre parti en Israël » a déclaré Levin.

« Ce que nous avons entendu ce soir vient directement des manifestations du Drapeau noir, c’est le même programme politique. C’est le même appel pour mettre le feu aux rues. »

« Nous n’avons pas entendu la neutralité. Nous n’avons pas entendu une position juridique équilibrée. Nous avons entendu les paroles des politiciens, incitant les manifestants », a estimé Levin.

Il a poursuivi en accusant Hayut de « se joindre » au leader de l’opposition Yair Lapid et à d’autres opposants au gouvernement actuel en s’exprimant contre son projet de refonte du système judiciaire.

Netanyahu ne s’est pas exprimé, mais de nombreux autres législateurs du Likud se sont également attaqués à Hayut.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et la présidente de la Cour suprême Esther Hayut lors d’une cérémonie à la résidence du président à Jérusalem, le 17 juin 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

« N’aurait-il pas été préférable pour la présidente de la Cour suprême de prononcer ce discours passionnant samedi soir à Habima aux côtés d’Ayman Odeh, de Merav Michaeli et des autres représentants de la gauche anarchique ? » a tweeté Dudi Amsalem, député du Likud, en référence à une manifestation prévue dans le centre de Tel Aviv ce week-end et à deux politiciens de l’opposition.

Le ministre des Communications, Shlomo Karhi, a affirmé que l’opposition de Hayut aux plans de Levin ne reposait pas sur des principes.

« Il ne s’agit pas de démocratie ou de droits humains mais plutôt de la clique au pouvoir et de l’élite hermétique dont elle fait partie », a écrit Karhi sur Twitter, ajoutant : « C’est terminé ! »

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a déclaré que le discours de Hayut « ne fait que prouver » la nécessité du remaniement judiciaire proposé par Levin.

« L’arrogance, la démagogie, les positions tranchées, l’intolérance, la superficialité des arguments et le rejet de toute once de critique, comme nous venons de l’entendre dans ce discours, ont réduit à néant la confiance du public dans le système judiciaire », a écrit Smotrich sur Twitter. « Le temps est venu de redémarrer ».

La présidente de la Cour suprême Esther Hayut assiste à une conférence à Haïfa le 12 janvier 2023. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Face à ce concert de critiques enflammées, Lapid et d’autres chefs de partis d’opposition ont exprimé leur soutien à Hayut et ont publié de nouvelles accusations sur les projets de Levin.

« Je signe chaque mot du discours de la présidente de la Cour suprême », a déclaré Lapid. « Nous restons solidaires avec elle dans la lutte pour l’âme du pays et contre l’effort de démantèlement de la démocratie israélienne. »

Il a également fait une déclaration séparée sur la réponse de Levin à Hayut.

« Nous ne vous laisserons pas détruire la démocratie israélienne… Netanyahu est trop faible pour défendre Israël. Nous le ferons en y mettant toute notre force », a déclaré Lapid.

Le député du parti HaMahane HaMamlahti Gideon Saar, prédécesseur de Levin au poste de ministre de la Justice, a salué « l’excellent discours » de Hayut et a accusé le gouvernement de chercher à changer la structure politique d’Israël.

« Tous les amoureux de la liberté, quelles que soient leurs opinions politiques, doivent s’unir dans la lutte pour l’avenir d’Israël », a-t-il écrit sur Twitter.

La responsable du parti travailliste, Merav Michaeli, a félicité Hayut pour avoir parlé « sans crainte ».

« La réforme prévue est un coup constitutionnel très dangereux et nous nous y opposerons par tous les moyens. Nous ne resterons pas silencieux face au bouleversement de notre pays », a déclaré Michaeli, citant un extrait du chant de protestation de 1982 contre un gouvernement dirigé par le Likud.

« J’appelle la présidente [de la Cour suprême] à poursuivre la lutte contre ce plan dangereux. Le peuple est avec vous, nous sommes avec vous », a-t-elle ajouté.

La présidente de la Cour suprême Esther Hayut et les juges arrivent pour entendre les pétitions contre la loi sur l’État-nation juif, à la Cour suprême à Jérusalem, le 22 décembre 2020. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Le discours prononcé par Hayut, à la conférence de l’Association of Public Law à Haïfa, est sans doute le plus sévère jamais prononcé par un président de la Cour suprême en exercice contre une coalition au pouvoir.

« Israël fêtera cette année les 75 ans de son indépendance en tant qu’État juif et démocratique », a-t-elle déclaré. « C’est une étape importante dans la vie de l’État ». Mais si les plans du nouveau gouvernement sont mis en œuvre, « le 75e anniversaire de l’indépendance d’Israël restera dans les mémoires comme l’année au cours de laquelle l’identité démocratique du pays a reçu un coup fatal, » a-t-elle affirmé.

S’exprimant lors de la même conférence, la procureure générale Gali Baharav-Miara a également condamné les propositions du gouvernement visant à secouer le système judiciaire, sur un ton moins fougueux que Hayut.

Baharav-Miara a déclaré que les propositions de Levin créeront un « système déséquilibré de freins et contrepoids » et que « le principe de la règle de la majorité relèguera d’autres valeurs démocratiques dans un coin ».

Ces discours ont été prononcés un jour après la publication par Levin des premiers éléments d’un projet de loi visant à remanier en profondeur le système juridique, comme annoncé la semaine dernière.

Ce remaniement accordera au gouvernement un contrôle total sur la nomination des juges, y compris ceux de la Haute Cour, limitera sévèrement la capacité de la Haute Cour à annuler des lois, et permettra à la Knesset de légiférer à nouveau sur les lois que la Cour parvient à annuler avec une majorité de seulement 61 députés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.