Record de visiteurs juifs au mont du Temple pour Tisha BeAv ; Amman déplore
Rechercher

Record de visiteurs juifs au mont du Temple pour Tisha BeAv ; Amman déplore

La Jordanie et l'AP ont condamné les "incursions provocatrices" d’environ 1 400 visiteurs juifs sur le lieu saint pour marquer la destruction des anciens temples

Dimanche, un nombre record de Juifs auraient visité le mont du Temple afin de marquer le jeûne de deuil de Tisha B’Av pour la destruction des deux temples bibliques, entraînant des critiques de la Jordanie et de l’Autorité palestinienne.

Yehuda Glick, un député du Likud et activiste du mont du Temple, a déclaré que 1 400 Juifs ont visité le lieu saint. Ce nombre dépasserait le record de 1 300 Juifs de l’an dernier.

Pourtant, Firas al-Dibis, le responsable média du Waqf musulman, a situé ce nombre à 1 023, selon WAFA, l’agence de presse dirigée par l’Autorité palestinienne (AP). La police n’a pas encore répondu à la demande du Times of Israël pour obtenir un décompte précis.

Tisha BeAv, qui marque la destruction à la fois des temples et plusieurs autres catastrophes dans l’histoire juive, a commencé samedi soir et durera jusqu’à la tombée de la nuit dimanche. Les deux temples se dressaient sur le mont, qui abrite aujourd’hui la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher.

Le mont du Temple est administré par le Waqf, un organisme de gestion dirigé et financé par la Jordanie. Le site est un lieu saint du judaïsme et de l’islam et un point de tensions majeur dans le conflit israélo-palestinien.

Environ 10 personnes ont été arrêtées sur ou à proximité du mont du Temple. Plusieurs d’entre elles auraient été libérées.

Une vidéo publiée par le groupe Etudiants pour le mont du Temple montre de larges foules sur l’esplanade et des échauffourées avec la police.

Une autre vidéo postée par le groupe montrait la police qui emmenait un homme juif pour s’être prosterné sur le site en violation de la règle qui interdit toute prière non musulmane.

Glick, qui milite pour plus d’activités juives dans l’enceinte, a déclaré qu’il espérait voir des « milliers de Juifs visiter le site », en opposition aux périodes où des Juifs ne pouvaient pas aller sur le site par crainte de tensions avec les croyants musulmans.

La Jordanie a dit avoir présenté une lettre de protestation au ministère des Affaires étrangères concernant les violations présumées sur le mont du Temple par des visiteurs juifs.

Selon l’agence Petra dirigée par l’état, le ministre Jumana Ghneimat a condamné « les incursions provocatrices d’extrémistes et d’habitants d’implantations qui se sont produites aujourd’hui dans la l’enceinte du lieu saint ».

Ghneimat a déclaré que les visites constituaient des violations des obligations d’Israël et provoquerait la colère des musulmans du monde entier.

L’AP a aussi protesté contre les visites. Un porte-parole de l’AP a appelé la communauté internationale à prendre des mesures immédiates pour « protéger la mosquée Al-Aqsa ».

« Aujourd’hui est un jour sombre dans l’histoire de Jérusalem et de la Palestine, a déclaré Yousif Mahmoud, le porte-parole, dans un communiqué publié sur Wafa, l’agence de presse officielle de l’AP.

Au cours des dernières années, le mont du Temple a souvent été le centre de tensions entre Israël et les Palestiniens.

Après que deux policiers israéliens ont été tués dans une attaque terroriste l’année dernière par trois Arabes israéliens, Israël avait renforcé les mesures de sécurité sur le lieu saint, entraînant presque deux semaines de manifestations des Palestiniens.

Les croyants musulmans refusaient d’entrer sur le mont du Temple jusqu’à ce que les installations de sécurité aux entrées du site soient retirées. Les manifestants palestiniens organisaient presque quotidiennement des manifestations dans et autour de Jérusalem Est et en Cisjordanie, avec certaines manifestations violentes.

Les mesures de sécurité, y compris les détecteurs de métaux, ont finalement été retirées sous la pression intense de la Jordanie et des Palestiniens.

Adam Rasgon et Jacob Magid ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...