Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Refonte judiciaire: Un pilote réserviste suspendu pour avoir encouragé le refus de servir

Le colonel Gilad Peled a donné des interviews aux médias portant sur les inquiétudes des militaires face aux réformes, le chef de l'armée de l'air dénonce une conduite "inappropriée"

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration : Trois pilotes devant un avion de chasse F-16 alors qu'il décolle du 117e escadron de l'armée de l'Air israélienne, qui a été fermé le 30 septembre 2020. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Trois pilotes devant un avion de chasse F-16 alors qu'il décolle du 117e escadron de l'armée de l'Air israélienne, qui a été fermé le 30 septembre 2020. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef de l’armée de l’air israélienne a suspendu, jeudi, Gilad Peled, un pilote réserviste qui avait encouragé les appels au refus de servir lancés en direction des autres militaires en signe de mécontentement face aux projet de refonte judiciaire du gouvernement, qui affaiblirait de manière radicale le système de la justice en Israël.

Le colonel Gilad Peled, qui peut encore faire appel au chef d’état-major, le général Herzi Halevi, avant que cette décision ne devienne permanente, a décidé de le faire car il estime que les accusations de Tomer Bar sont erronées.

S’adressant au quotidien Haaretz après l’annonce, Peled a nié avoir coordonné le refus des pilotes de se présenter au travail. Il a déclaré au journal qu’il n’y a « pas une once de vérité » dans l’affirmation selon laquelle il aurait agi contre les ordres du chef de l’armée de l’Air israélienne.

Cette suspension a été initialement annoncée par « Uvda », l’émission de journalisme d’investigation de la Douzième chaîne. Tsahal a fait savoir que l’officier, le colonel Gilad Peled avait été suspendu en raison de « sa conduite dans le contexte des événements actuels ».

Le colonel Gilad Peled, ancien commandant de la base aérienne de Ramat David, avait accordé des interviews à la Treizième chaîne et à la chaîne publique Kan, la semaine passée, pour faire part des inquiétudes nourries par les réservistes à l’égard du plan de réforme judiciaire.

La décision a été prise par le chef de l’armée de l’air, le général Tomer Bar, après une rencontre entre les deux hommes mercredi qui a porté sur « la continuation de son service de réserve ».

« A la fin de la conversation, le chef de l’armée de l’air a informé l’officier qu’au vu de sa conduite inappropriée qui n’a correspondu ni au rang, ni au statut d’un officier, il ne serait pas en mesure de continuer à servir dans la réserve jusqu’à une date indéterminée – et dans la mesure également où ses agissements ont été contraires aux orientations données par le chef de l’armée de l’air », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Le colonel « Gimmel » s’exprime devant les caméras de la chaîne publique Kan, le 5 mars 2023. (Capture d’écran : Kan/Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

« Tsahal chérit ses réservistes et respecte leurs droits en tant que citoyens d’agir conformément à ce que leur dicte leur conscience – mais il faut qu’ils puissent rester hors de toute controverse publique afin de conserver la compétence de l’armée israélienne et la confiance que le public lui porte », ont déclaré les militaires.

S’expliquant devant les journalistes après l’annonce faite par l’armée, Bar a indiqué que le colonel avait « coordonné et synchronisé » les réservistes qui refusent aujourd’hui de se présenter au service.

« Quand j’ai essayé de lui poser des questions à deux occasions avant l’annonce de la suspension, il ne m’a pas expliqué la situation générale… dont la nature m’a été révélée par les commandants des escadrons et des unités », a dit Bar.

« Dans ce climat d’absence de confiance, j’ai pris la décision de le suspendre de son service pour le moment », a-t-il ajouté. « C’est la raison qui est au cœur de cette décision ».

Le général de division Tomer Bar, le nouveau chef de l’armée de l’air israélienne, lors d’une cérémonie le 4 avril 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Bar a précisé que sa décision n’était pas liée à l’implication du réserviste dans le mouvement de protestation contre les réformes judiciaires, notant que Gilad Peled « s’est saisi d’une autorité qui est la mienne » en se coordonnant avec les autres officiers pour déterminer de la nécessité de se présenter au service de réserve ou non.

« Je ne lui ai pas donné l’autorité nécessaire pour unir les réservistes et pour synchroniser leurs activités en ce qui concerne leurs obligations en matière de devoir de réserve », a continué le responsable de l’armée de l’air.

« Cela désintégrait ma chaîne de commandement bien huilée… Il a fallu que j’y mette un terme », a ajouté Bar.

« J’espère qu’il se rendra compte qu’il a clairement fait une erreur, » a déclaré Peled.

Il s’agit de la première suspension dans le contexte de la refonte judiciaire. Un nombre croissant de réservistes issus de nombreuses unités ont averti qu’ils ne se présenteraient pas pour leur service si la coalition devait continuer à faire avancer son plan de réforme qui bouleversera le système judiciaire et qui, selon ses opposants, affaiblira la démocratie israélienne et pourrait même transformer le pays en dictature.

Cet épisode survient aussi après que 37 pilotes du 69e escadron de l’armée de l’air, qui compte 40 membres, ont fait savoir qu’ils boycotteraient une journée d’exercice en signe de mécontentement contre le plan gouvernemental de refonte. Cet escadron déterminant – qui est connu sous le nom des Marteaux – est en charge de F-15s qui sont stationnés sur la base aérienne de Hatzerim, dans le sud d’Israël.

Une formation de F-15 de l’armée de l’air israélienne. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Mercredi, un groupe d’officiers de l’armée de l’air a averti Halevi que la majorité des pilotes réservistes en service actif cesseraient de se présenter au rapport si le gouvernement devait adopter la refonte judiciaire. Une mise en garde qui semble être la plus importante à avoir été exprimée parmi les membres des forces de sécurité jusqu’à présent, alors que l’opposition à l’initiative prise par le gouvernement s’ancre plus profondément dans les rangs de l’armée.

Le chef d’état-major de Tsahal a promis de s’entretenir sans délai avec les représentants du gouvernement et avec les médias sur l’importance d’évoquer les membres de la réserve qui ont choisi de protester contre les réformes judiciaires de manière respectueuse alors que des propos méprisants ont pu être récemment tenus à leur encontre par des ministres et des activistes de droite.

Halevi a fait savoir que le refus de se présenter au service était, pour les réservistes, « une ligne rouge » qu’il n’accepterait pas. Il a toutefois ajouté qu’il « s’assurera que les tâches menées par l’armée israélienne correspondent aux valeurs qu’elle défend et qu’elles sont menées légalement ».

Des paroles qui ont paru faire référence aux inquiétudes exprimées par les pilotes qui ont rencontré Bar, la semaine dernière, et qui lui ont dit qu’ils refuseraient de mener des ordres illégaux – citant en exemple une déclaration faite par le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, qui avait appelé à « anéantir » le village palestinien de Huwara.

Smotrich a encore une fois présenté ses excuses mercredi pour ces propos, affirmant qu’il n’avait pas réalisé qu’ils pourraient être interprétés comme un commandement par des officiers qui redoutent la disparition de tout contre-pouvoir face au gouvernement si les réformes judiciaires devaient être menées à bien.

Le chef d’état-major Herzl Halevi lors d’une cérémonie au siège de Tsahal à Tel Aviv, le 16 janvier 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les réservistes qui ont rencontré Bar, la semaine dernière, lui ont assuré qu’ils continueraient leur service actif mais ils ont exprimé leur crainte que la conduite du nouveau gouvernement de la ligne dure et les propositions faites dans le cadre de la réforme judiciaire ne les exposent aux sanctions des institutions internationales comme peut l’être la Cour pénale internationale.

Cela fait longtemps qu’Israël dénonce ces enquêtes, soulignant la force et l’indépendance de son propre système judiciaire qui est responsable des investigations lancées sur les actes potentiellement répréhensibles des soldats israéliens. Mais les critiques de la réforme gouvernementale avertissent que les efforts visant à limiter le pouvoir de la Haute-cour ôteront au pays sa légitimité dans l’arène internationale.

L’armée, le gouvernement et les leaders de l’opposition ont dénoncé le mouvement de protestation des soldats, estimant que Tsahal doit rester hors de la politique et qu’une insubordination massive en son sein peut potentiellement porter atteinte à la sécurité nationale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.