Regev : l’opposition est comme le BDS, elle a fait fuir le dirigeant hondurien
Rechercher

Regev : l’opposition est comme le BDS, elle a fait fuir le dirigeant hondurien

Avant l'annulation par le président du Honduras, invité à la cérémonie du Jour de l'Indépendance, la ministre de la Culture dénonce la critique "puérile" de la dirigeante du Meretz

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

La ministre de la Culture et des Sports Miri Regev pose pour des photos avec des soldats israéliens le 9 avril 2018, alors qu'elle arrive à une conférence de presse au Mt Herzl à Jérusalem, où les célébrations nationales officielles auront lieu en l'honneur du 70e anniversaire de l'indépendance d'Israël la semaine prochaine. (Yonatan Sindel/Flash90)
La ministre de la Culture et des Sports Miri Regev pose pour des photos avec des soldats israéliens le 9 avril 2018, alors qu'elle arrive à une conférence de presse au Mt Herzl à Jérusalem, où les célébrations nationales officielles auront lieu en l'honneur du 70e anniversaire de l'indépendance d'Israël la semaine prochaine. (Yonatan Sindel/Flash90)

La ministre de la Culture Miri Regev (Likud) a fustigé lundi la dirigeante de Meretz, Tamar Zandberg, pour s’être opposée à la participation du président hondurien aux célébrations du 70e anniversaire d’Israël.

Elle s’est exprimée avant l’annonce officielle du ministère des Affaires étrangères indiquant que le président hondurien Juan Orlando Hernandez avait annulé sa visite en raison de la controverse politique entourant les festivités.

« Le ministère des Affaires étrangères regrette de ne pas pouvoir venir et se félicite de l’amitié entre les deux pays », a déclaré le ministère lundi après-midi.

S’adressant aux journalistes au mont Herzl pour présenter les derniers préparatifs de la cérémonie d’allumage des flambeaux du Jour de l’Indépendance, Regev a qualifié la critique de l’opposition de « puérile » et a comparé les députés au mouvement de boycott d’Israël.

Regev a annoncé la semaine dernière que Hernandez serait le premier dirigeant étranger à prendre part à la cérémonie annuelle d’allumage des flambeaux, qui se tiendra sur le mont Herzl de Jérusalem le 18 avril, accompagné de défilés, de danses, de musique et de feux d’artifice.

La participation de Hernandez à la cérémonie a été critiquée par de nombreuses personnes, dont Zandberg, qui dirige le parti de gauche Meretz, qui a déclaré que la nation centraméricaine est un pays corrompu qui viole les droits de l’homme et que sa présence à la cérémonie déshonorerait Israël.

« Le Honduras est l’un des pays les plus corrompus et les plus dangereux du monde pour ses citoyens », a écrit Zandberg. « Selon les rapports, la police nationale, la police militaire et l’armée hondurienne ont été impliquées ces dernières années dans une série de violations des droits de l’homme, de harcèlement, de torture et d’exécutions extrajudiciaires » de quiconque s’opposait au régime, a-t-elle écrit, en désignant les journalistes, les personnalités de l’opposition, les écologistes, les défenseurs des droits fonciers et les militants des droits de l’homme.

Tamar Zandberg, dirigeante du Meretz, s’adresse aux militants après avoir été élue à la tête du parti, le 22 mars 2018. (Gili Yaari/Flash90)

Lundi, la ministre a souligné qu’elle n’avait pas encore été informée par le ministère des Affaires étrangères ou le Premier ministre sur les intentions définitives du dirigeant hondurien. Mais elle a imputé à l’opposition la menace d’annulation.

« Je pense que si le président hondurien décide de ne pas venir en raison des accusations de l’opposition, notamment de Tamar Zandberg, ce serait affreux », a déclaré M. Regev à la presse. « Cela montre que l’opposition a fait équipe avec les organisations du BDS contre l’Etat d’Israël. L’opposition est irresponsable et ne comprend pas l’importance des relations internationales d’Israël avec les dirigeants du monde ».

La critique de Zandberg était « puérile » et « irresponsable », a déclaré la ministre de la Culture. Une annulation de la part de Hernandez serait un « vrai gâchis », a-t-elle déploré.

« En fin de compte, même l’opposition doit être responsable », doit se rallier autour des célébrations de la fête de l’indépendance, « et certainement pas diffamer un président élu par son peuple », a ajouté la ministre de la Culture, soulignant que les élections contestées du Honduras ont été acceptées par les États-Unis et les dirigeants européens.

Les soldats israéliens défilent pendant les répétitions au Mt Herzl à Jérusalem, où les célébrations nationales officielles auront lieu en l’honneur du 70e jour de l’indépendance d’Israël la semaine prochaine. Le 9 avril 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

« S’ils veulent se substituer à son peuple, qu’ils déménagent au Honduras, peut-être qu’ils réussiront. Mais tout comme vous ne pouvez pas remplacer notre peuple, qui a élu ses dirigeants, vous ne pourrez pas non plus remplacer le président en exercice du Honduras », a ajouté Regev, du parti de droite au pouvoir, le Likud.

Lundi, Ynet news a rapporté qu’un représentant du président hondurien a contacté le ministère des Affaires étrangères pour dire qu’en raison des critiques adressées à Hernandez et de l’atmosphère créée autour de son arrivée, il reconsidérait sa participation à la cérémonie. D’autres rapports, cependant, ont souligné que la préoccupation de Hernandez n’était pas la critique qui lui était adressée, mais plutôt la controverse politique locale entourant la cérémonie, avec Regev au cœur du débat.

Le président réélu du Honduras Juan Orlando Hernandez serre la main de l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley avant un point-presse à Tegucigalpa, le 27 février 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Orlando SIERRA)

Regev a déclenché une polémique avec le président de la Knesset, Yuli Edelstein, lorsqu’elle a insisté pour que, en rupture avec la tradition, le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononce une allocution lors de la cérémonie d’allumage des flambeaux.

Edelstein a répondu que, conformément à la tradition, ni Netanyahu ni le président Reuven Rivlin ne devraient prendre part à la cérémonie d’Etat, qui est dirigée par la Knesset, en disant qu’Edelstein doit être le responsable hiérarchique de l’événement afin d’éviter qu’il ne devienne politique. Cependant, sapant l’argument d’Edelstein, les images découvertes la semaine dernière ont montré que Netanyahu, lors de son premier mandat de Premier ministre, a participé à la cérémonie de 1998 – marquant le 50e anniversaire d’Israël.

Des rumeurs de « compromis » – selon lesquelles Netanyahu pourrait allumer une torche et prendre la parole relativement brièvement lors de l’événement – auraient été élaborées le dimanche en raison de l’invitation adressée à Hernandez, mais les dispositions finales concernant la participation éventuelle de Netanyahu n’ont pas été confirmées. La présence d’un chef d’Etat étranger à la cérémonie sur le mont Herzl exigerait, selon les règles du protocole, que Netanyahu soit également présent, ont déclaré des officiels.

Regev a dit qu’elle rencontrerait Netanyahu lundi ou mardi pour confirmer les derniers arrangements concernant le discours du Premier ministre, exprimant l’espoir que la controverse était « derrière nous ».

Hernandez a commencé sa carrière diplomatique en 1992 dans une formation du ministère israélien des Affaires étrangères Mashav (Agence pour la coopération internationale au développement). Regev a déclaré que Hernandez se tiendra aux côtés d’un représentant de Mashav, qui est honoré cette année, lorsque le représentant allumera la torche.

En février, le Honduras a été l’un des huit seuls pays qui se sont opposés à une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies condamnant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par le président américain Donald Trump en décembre, avec le Guatemala, Israël, les Îles Marshall, la Micronésie, Nauru, les Palaos et le Togo.

L’ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies, Nikki Haley, a fait l’éloge du Honduras pour son vote aux Nations Unies lors d’une visite ce mois-ci, affirmant qu’il a montré que les liens entre les deux pays étaient manifestes.

Une source diplomatique israélienne de haut rang a été citée le mois dernier par la radio de l’armée pour avoir dit que le Honduras était « en principe » prêt à déplacer son ambassade à Jérusalem, à condition que Netanyahu se rende d’abord en visite officielle au Honduras.

Selon Regev, Hernandez était le seul dirigeant étranger invité à la cérémonie. S’il y avait assisté, il aurait été le premier chef d’État étranger à y participer en 70 ans d’histoire d’Israël.

Raphael Ahren et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...