Rehovot, l’Ohio d’Israël, a préféré Kakhol lavan en 2019
Rechercher

Rehovot, l’Ohio d’Israël, a préféré Kakhol lavan en 2019

Le décompte des voix a montré jeudi matin que Kakhol lavan a obtenu le plus grand nombre de voix dans cette ville de classe moyenne, longtemps considérée comme le baromètre du pays

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Ayala Noy (à gauche) et d'autres militantes Kakhol lavan dans un bureau de vote à Rehovot, le 9 avril 2019. (Simona Weinglass/Times of Israel)
Ayala Noy (à gauche) et d'autres militantes Kakhol lavan dans un bureau de vote à Rehovot, le 9 avril 2019. (Simona Weinglass/Times of Israel)

Une analyse basée sur les données de la commission centrale électorale a révélé que les 50 municipalités les plus riches du pays ont choisi le parti Kakhol lavan de Benny Gantz plutôt que le Likud avec une marge significative. Tel Aviv a voté à 46 % pour Kakhol lavan et seulement à 19 % pour le Likud, et la ville bourgeoise de Ramat Hasharon à 55,5 % pour Kakhol lavan et seulement à 17 % pour le Likud, selon un article en hébreu du journal Haaretz.

A Rehovot, une ville de classe moyenne, mais pas de classe moyenne supérieure, de 140 000 habitants connue sous le nom de « l’Ohio d’Israël » parce qu’elle a voté pour différents partis dans les mêmes pourcentages que l’ensemble du pays au cours de la dernière décennie, le Likud et Kakhol lavan ont obtenu quasiment autant de votes, mais avec Kakhol lavan devançant le Likud de 30 % à 29 %. (Dans l’ensemble du pays, le Likud et Kakhol lavan sont presque à égalité, le Likud recueillant 26,83 % des voix et Kakhol lavan 26,47 %.)

Rehovot est considéré comme un indicateur précis des résultats électoraux en raison de la diversité de sa population juive (la ville ne permet pas de prévoir les votes des partis arabes car seul un petit nombre d’Arabes israéliens y vivent). A l’intérieur d’une série de plusieurs groupes, on peut trouver des Juifs ultra-orthodoxes, religieux et laïques, des étudiants diplômés et des retraités, ainsi que des communautés immigrées d’Ethiopie, des Etats-Unis, du Yémen et de l’ancienne Union soviétique.

Mais il semble maintenant que Rehovot se soit légèrement déplacé vers la gauche, ou peut-être le pays dans son ensemble s’est-il déplacé vers la droite.

Les résultats de Rehovot étaient en effet proches de ceux obtenus à l’échelle nationale, mais pas de façon précise. Le Parti travailliste a obtenu 4,7 % des voix à Rehovot et 4,53 % au niveau national, selon les résultats les plus récents. Yisrael Beytenu a obtenu 4 % des votes des électeurs de Rehovot et 4 % au niveau national.

L’Union des partis de droite a obtenu de meilleurs résultats à Rehovot que dans l’ensemble du pays, 5,2 % des habitants de la ville ayant donné leur vote au parti sioniste religieux pro-implantations, contre seulement 3,8 % au niveau national. Parallèlement, les deux partis ultra-orthodoxes ont fait mieux au niveau national qu’à Rehovot. Yahadout HaTorah a obtenu 4 % des voix à Rehovot et 5,85 % au niveau national, tandis que Shas a obtenu 5,3 % des voix à Rehovot et 6 % au niveau national.

Le parti de centre-droit Koulanou de Moshe Kahlon, qui s’est autoproclamé « la droite raisonnable », a obtenu 4,2 % des voix à Rehovot, mais seulement 3,6 % au niveau national.

Meretz a obtenu 3,1 % des voix à Rehovot et 3,7 % au niveau national. HaYamin HaHadash a obtenu 3,6 % des voix à Rehovot et 3,26 % des voix à l’échelle nationale, bien que ce chiffre reste en suspens.

Parmi les personnes habilitées à voter dans la ville, 69,4 % se sont présentées aux urnes alors que le pourcentage national était de 67,47 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...