Restrictions de Lag BaOmer : les contrevenants auront une amende de 500 NIS
Rechercher

Restrictions de Lag BaOmer : les contrevenants auront une amende de 500 NIS

Augmentation des patrouilles de police dans tout le pays pour repérer tout feu ou rassemblement interdit pendant la fête, qui débute lundi soir

La police surveille un poste de contrôle sur une route menant au tombeau de rabbi Shimon Bar Yohai, au Mont Meron, le 7 mai 2020. (David Cohen/Flash90)
La police surveille un poste de contrôle sur une route menant au tombeau de rabbi Shimon Bar Yohai, au Mont Meron, le 7 mai 2020. (David Cohen/Flash90)

Dimanche, la police était prête à appliquer les restrictions mises en place pour la fête de Lag BaOmer, en interdisant cette année les feux de joie traditionnels et les grands rassemblements pour éviter la propagation du coronavirus.

Pendant la fête, qui commence lundi soir et se termine mardi, la police renforcera sa présence dans les villes, les plages, les forêts, les parcs et les espaces ouverts pour faire respecter les ordonnances d’urgence mises en place pour Lag BaOmer.

Outre les patrouilles en voiture et à pied, la police utilisera également des patrouilles aériennes pour repérer les feux de joie ou les rassemblements interdits.

Les contrevenants aux ordonnances d’urgence, qui sont entrées en vigueur le week-end dernier et seront en vigueur jusqu’à mercredi, pourront se voir infliger une amende de 500 NIS (125 euros).

« La police agira de concert avec les inspecteurs municipaux et les services d’urgence pour prévenir, contrôler et appliquer les ordonnances, en particulier l’interdiction des feux de joie et de se trouver à proximité », selon un communiqué de la police.

Des hommes ultra-orthodoxes et leurs enfants protestent contre les restrictions gouvernementales qui les empêchent de se rendre au mont Meron pour Lag BaOmer, dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 10 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Cette fête voit habituellement des centaines de milliers d’Israéliens se presser sur le mont Meron en Galilée, célèbre pour être le lieu de sépulture du sage et mystique Rabbin Shimon Bar Yohai au IIe siècle de notre ère. Les enfants et les adolescents de tout le pays célèbrent également cette fête avec des feux de joie locaux.

La police a réitéré que l’entrée au mont Meron est interdite, bien que des exceptions soient prévues pour les résidents et les travailleurs de la ville du nord autour du tombeau. La ville de Meron sera réouverte le 13 mai, mais le site restera fermé aux visiteurs pendant le week-end, jusqu’au 17 mai.

A Jérusalem, un groupe de Juifs ultra-orthodoxes a manifesté dimanche contre l’interdiction d’accès au mont Meron pendant la fête, la police ayant arrêté cinq manifestants pour avoir refusé d’obéir aux ordres des officiers.

Le tombeau de Meron – le deuxième site de pèlerinage juif le plus visité en Israël après le mur Occidental – est géré par une subdivision du ministère des Affaires religieuses.

Les dispositions approuvées par le gouvernement la semaine dernière ont permis au ministre des Affaires religieuses de signer une dérogation spéciale pour trois célébrations de Lag BaOmer à Meron pour des rabbins éminents, avec des éclairages décalés et un maximum de 50 participants à chaque rassemblement. Il a déclaré que ces événements devaient garantir une participation équitable, notamment une représentation égale des femmes et des hommes.

Des enfants juifs ultra-orthodoxes jouent près d’un feu de joie lors des célébrations de Lag BaOmer dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 2 mai 2018. (Dario Sanchez/Flash90)

Lag BaOmer est devenu un jour de fête important dans la tradition mystique juive, qui serait le jour de la mort de Bar Yohai, et qui marque également l’anniversaire de la première fois où il a transmis le texte de l’œuvre mystique juive fondatrice, le Zohar.

La décision d’imposer des restrictions pendant Lag BaOmer est intervenue alors que les mesures de confinement mises en place pour endiguer l’épidémie ont permis de réduire le nombre de cas quotidiens à quelques dizaines.

Des mesures de bouclage ont été introduites lors de la fête de Pessah, de Yom HaZikaron et de Yom HaAtsmaout afin d’empêcher toute propagation, et continuent d’être en vigueur dans certains endroits pendant le mois de Ramadan, la fête musulmane et le jeûne.

Ces dernières semaines, dans le reste du pays, le gouvernement a annulé de nombreuses restrictions de mouvement et a autorisé la réouverture de la plupart des magasins et des entreprises.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...