La coalition anti-Netanyahu intronisée avec 60 voix, Biden félicite Bennett
Rechercher

La coalition anti-Netanyahu intronisée avec 60 voix, Biden félicite Bennett

Mickey Levy, président de la Knesset; Prière au mur Occidental contre la coalition attire la foule ; Netanyahu : Nous renverserons ce dangereux gouvernement depuis l'opposition

Bennett se dit « fier » de cette coalition avec des gens qui pensent différemment

Bennett remercie Benjamin et Sara Netanyahu. « Vous vous êtes beaucoup sacrifié tous les deux pour l’État d’Israël. »

Il arrive à peine prononcer quelques phrases car les députés du Likud ne cessent de l’haranguer et de le traiter de « menteur ».

Début de la session du Parlement pour le vote de confiance au gouvernement

Le Parlement israélien a entamé dimanche une session spéciale au cours de laquelle les députés doivent tenir un vote de confiance sur un gouvernement du « changement » devant mettre fin au mandat du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La session extraordinaire a commencé peu après 16H00 et doit permettre au chef de la droite radicale Naftali Bennett et au centriste Yaïr Lapid de présenter leur coalition qui fera l’objet d’un vote de confiance en début de soirée.

Bennett interrompu par des députés de droite lors de son discours

Naftali Bennett a été interrompu à plusieurs reprises par des députés de droite alors qu’il a tenté de prononcer son discours à la Knesset.

Yariv Levin, président de la Knesset, a tenté à plusieurs reprises de faire taire ses opposants et ordonné que plusieurs députés sortent de la salle.

Le Premier ministre désigné Naftali Bennett s’adresse à la Knesset, le 13 juin 2021. (Capture d’écran)

La photo de Smotrich criant dans la Knesset

Voici une photo du dirigeant du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich criant dans l’assemblée avant d’en être évincé.

Le chef du Parti sioniste religieux, Bezalel Smotrich, a interrompu le Premier ministre désigné Naftali Bennett lors de son discours, le 13 juin 2021. (Crédit : Noam Moskowitz/Knesset)

Bennett répond à ses opposants : « Il est temps de mettre fin à cette folie »

Les députés du Likud et des partis religieux ont continué à crier sur Bennett, l’accusant d’être « un criminel » et un « menteur », alors que Bennett a élevé la voix pour leur répondre.

Il a affirmé que les députés fournissaient la preuve du besoin urgent d’un retour à la décence et à l’unité dans la politique israélienne.

« Je suis fier de pouvoir m’asseoir avec des gens aux opinions très différentes », a-t-il scandé. « Au moment décisif, nous avons pris nos responsabilités. »

L’alternative à ce gouvernement aurait été davantage d’élections, de haine, ce qui aurait brisé le pays, a-t-il dit.

« Il est temps que les dirigeants de différentes strates du pays mettent fin à cette folie », a-t-il exhorté.

Bennett : La division nous a menés à un torrent de haine

« Nous sommes confrontés à un défi interne, à une division », a déclaré Bennett, réagissant aux cris incessants au Parlement.

Cette division « nous a conduits à un torrent de haine, à un affrontement entre frères et à la paralysie du pays ».

Il a évoqué diverses réformes sociales et réglementaires que son gouvernement envisage d’adopter, sur des questions juridiques, sociales et religieuses.

Bennett : La commission d’État enquêtera sur la catastrophe de Meron

Le Premier ministre désigné a promis que les Haredim n’avaient rien à craindre de son gouvernement.

Il a affirmé qu’il respectera les affaires religieuses, l’étude de la Torah, et qu’il travaillera pour apaiser leurs problèmes.

« Une commission d’enquête d’État sur la catastrophe de Meron sera formée », a-t-il ajouté.

Bennett : Renouveler l’accord sur le nucléaire iranien est une erreur

Au sujet de l’Iran, Bennett a affirmé que le programme nucléaire iranien « approchait d’un point critique ».

« Israël ne permettra pas à l’Iran d’acquérir des armes nucléaires. Israël n’est pas partie à l’accord [nucléaire international] et conservera sa pleine liberté d’action. »

Dans un message adressé à Washington, il a ajouté que « renouveler l’accord nucléaire est une erreur ».

Le Premier ministre désigné Naftali Bennett s’adresse à la Knesset, le 13 juin 2021. (Crédit : Noam Moskowitz/Knesset)

Lapid renonce à s’exprimer, affirme que les opposants font honte à la démocratie

Yair Lapid, chef du parti centriste, a renoncé à prononcer son discours à la Knesset, critiquant à la place l’opposition de droite suite aux cris incessants contre Bennett.

« Je suis venu ici pour une seule raison. Je veux m’excuser auprès de ma mère », a-t-il déclaré sur le podium.

« Je pensais que vous seriez capable de vous contrôler et de vous comporter honorablement en ce moment », a-t-il dit.

« Je voulais qu’elle soit fière du processus démocratique. Au lieu de cela, elle et tous les autres citoyens ont à la fois honte de vous et se rappellent pourquoi il faut que vous soyez remplacés. »

Yair Lapid s’adresse à la Knesset, le 13 juin 2021. (Capture d’écran vidéo)

S’adressant à la Knesset, Netanyahu se dit honoré de servir son pays bien-aimé

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a entamé son discours à la Knesset.

« Je me tiens ici, au nom du million d’Israéliens qui ont voté pour le Likud sous ma direction, et des autres millions d’Israéliens qui ont voté pour des partis de droite en sachant qu’ils rejoindraient un gouvernement que je dirigerais. En leur honneur, et en leur nom, j’ai l’intention de poursuivre la mission de ma vie : assurer la sécurité et l’épanouissement de l’État d’Israël », a déclaré Netanyahu.

Netanyahu a résumé ses récentes réalisations : il a permis à Israël de devenir le premier pays au monde à être le plus vacciné, il s’est opposé au développement d’armes nucléaires par l’Iran, il a signé les accords d’Abraham, Jérusalem a été reconnu comme capitale d’Israël par les États-Unis sous sa direction, et Washington a également reconnu la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan.

« C’était un honneur pour moi de travailler jour et nuit pour notre pays bien-aimé », a déclaré Netanyahu.

Contrairement au discours de Bennett, Netanyahu a le silence pendant son discours.

Netanyahu : Nous renverserons ce dangereux gouvernement depuis l’opposition

Netanyahu a également évoqué la situation sécuritaire sous sa direction, expliquant que cela a été la « meilleure décennie en termes de sécurité que nous ayons jamais eue ».

« Ce n’est pas arrivé par hasard. Cela est dû au fait que nous avons mis en place une politique de sécurité différente… qui a coûté très cher à nos ennemis, tout en évitant l’imprudence et l’impulsivité », a expliqué Netanyahu.

« Si nous sommes destinés à être dans l’opposition, nous le ferons la tête haute jusqu’à ce que nous renversions ce dangereux gouvernement », a-t-il dit.

Netanyahu : Bennett n’a pas la crédibilité, la stature pour stopper l’Iran

Netanyahu s’est moqué des promesses de Bennett d’empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire, affirmant que le dirigeant de Yamina avait montré qu’il ne tenait pas ses promesses. Bennett « combattra l’Iran de la même façon qu’il a dit ne pas siéger » dans un gouvernement avec Lapid et d’autres partis de gauche, a déclaré Netanyahu.

Le Premier ministre a déclaré que la nouvelle administration américaine lui avait demandé de ne pas parler publiquement de leurs divergences sur l’accord nucléaire iranien. Mais Netanyahu a affirmé qu’il ne restera pas silencieux face à la « menace existentielle ».

Netanyahu a assuré au sujet de Bennett qu’il « n’a pas la réputation mondiale. Il n’a pas la crédibilité. Il n’a pas la capacité et il n’a pas le soutien de son propre gouvernement divisé ».

« Le Premier ministre israélien doit être capable de dire non au gouvernement américain sur les questions qui menacent Israël », a déclaré Netanyahu, ajoutant que Bennett ne pourrait pas résister à la pression.

« Qui va faire ça maintenant ? »

Netanyahu : L’Iran « célèbre » la « faiblesse » du nouveau gouvernement israélien

Netanyahu a affirmé que l’Iran « célébrait » parce qu’Israël avait maintenant un « gouvernement faible ».

« À partir du moment où les États-Unis reviendront à l’accord nucléaire avec l’Iran, le nouveau gouvernement n’approuvera pas d’opérations importantes en Iran », a déclaré Netanyahu.

« Un gouvernement qui n’est pas en mesure de s’opposer avec force à la communauté internationale sur les questions urgentes pour notre destin n’est pas digne de diriger Israël. »

Netanyahu a déclaré que l’administration Biden exigeait un gel des implantations en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et avait commencé à faire pression pour des pourparlers de paix.

« Comment lutterons-nous contre la création d’un État palestinien alors qu’une majorité du gouvernement le soutient ? », a déclaré Netanyahu.

Netanyahu : Bennett a commis la « plus grande fraude », l’opinion n’oubliera pas

Netanyahu a noté qu’il était revenu au pouvoir après avoir siégé dans l’opposition à deux reprises auparavant.

Il a déclaré que ses gouvernements avaient été « contraints » d’annuler les politiques économiques des gouvernements précédents et le feront à nouveau s’il revient au pouvoir à l’avenir.

Il a accusé Bennett d’avoir perpétré la « plus grande fraude de toute l’histoire d’Israël », notant que le leader de Yamina avait exclu l’idée d’un gouvernement avec Lapid avant les élections.

« L’opinion n’oubliera pas cette énorme fraude », a déclaré Netanyahu.

Le Premier ministre a déclaré que la presse ferait l’éloge de Bennett, parce qu’elle savait que « Bennett et ses alliés formaient la ‘fausse droite’ ».

Netanyahu a salué Amichai Chikli, député de Yamina, pour avoir rompu avec son parti et s’être opposé au nouveau gouvernement.

« Ce n’est pas lui le transfuge. Vous, les députés de Yamina, êtes les transfuges », a-t-il dit.

Netanyahu a également rappelé que Bennett était le premier chef de parti à être nommé Premier ministre alors qu’il n’a obtenu que six sièges, le qualifiant de « Premier ministre à la tête d’une épingle ».

Netanyahu: « Vous ne me ferez pas taire », je rejette les allégations d’incitation

Netanyahu a critiqué le nouveau ministre des Finances Avigdor Liberman qui a dit souhaiter le jeter lui et les partis ultra-orthodoxes à la « décharge ».

« De votre point de vue, la critique depuis la droite est toujours une incitation à la haine », tandis que les critiques depuis la gauche sont « la liberté d’expression », a dit Netanyahu.

« Vous ne ferez pas taire » les électeurs du Likud, les Haredim et la droite, a ajouté Netanyahu.

« Et vous ne me ferez pas taire », a-t-il dit, ajoutant que sa famille avait été victime « d’incitation » à la haine et de diffamation d’une façon sans précédent.

Netanyahu a promis qu’il serait bientôt de retour au pouvoir.

Le discours que Lapid n’a pas prononcé

Un porte-parole du leader de Yesh Atid, Yair Lapid, a publié le texte intégral du discours qu’il n’a pas prononcé ce dimanche à la Knesset. Lapid a décidé de renoncer à s’exprimer après que les députés de droite ont vivement crié et sifflé le discours du Premier ministre désigné Bennett.

Voici quelques extraits de l’allocution qui’l prévoyait de faire :

« Dans un pays démocratique, les gouvernements s’élèvent et tombent. Une génération s’en va et une génération arrive. C’est l’ordre naturel des choses. Il s’agit d’une coalition compliquée, peut-être la plus compliquée de l’histoire du pays, mais la raison de sa création est en fait simple : il est temps. C’est l’heure. Il est même un peu tard. Ce changement est inévitable car le temps ne s’arrête pas. Il est temps de changer de système d’exploitation, il est temps de changer de génération. »

« Mais avant de regarder vers l’avenir, nous avons une autre tâche : nous devons trouver un moyen de nous pardonner mutuellement pour le passé. La haine est une prison, et le pardon en est la sortie. »

« J’observe les dernières années du quotidien dans ce pays ; les protestations, la colère, des choses terribles qui ont été dites dans cette salle… Je ne veux pas être l’otage de ces années-là. Au cours des six dernières années, j’ai siégé dans l’opposition. Une majeure partie de ce temps, j’ai ressenti de la colère face à la façon dont le gouvernement nous a traités. La solution n’est pas de les traiter de la même manière. La solution est de se comporter différemment. »

« Je veux dire à l’opposition, depuis ce podium : notre porte vous sera ouverte. Nous savons que le public qui a voté pour vous a de réels besoins. Nous ne serons pas d’accord sur tout, mais nous écouterons toujours. »

« Après toutes les insultes et tous les avertissements, le vrai fossé au sein de la société israélienne n’est pas entre la gauche et la droite. Le vrai clivage se situe entre modérés et extrémistes. Ceux qui veulent construire et ceux qui veulent détruire. »

« Nous ne laisserons pas les extrémistes détruire l’État d’Israël. Nous ne laisserons pas la haine nous contrôler. Les racistes ne deviennent pas des patriotes simplement parce qu’ils arborent un drapeau. Ils ne définiront pas pour nous ce que signifie aimer Israël. »

« Nous ne sommes pas des ennemis. Même les opinions les plus véhémentes, même les arguments les plus passionnés, ne feront pas de nous des ennemis. Nous ne laisserons pas les extrémistes détruire notre capacité à échanger et à œuvrer ensemble pour le bien du pays. »

Faisant écho à Netanyahu, Deri accuse Bennett d’avoir trahi les électeurs

Aryeh Deri, leader du Shas, a accusé le nouveau Premier ministre Naftali Bennett d’avoir trompé ses électeurs en s’alliant à des partis centristes, de gauche et islamistes.

« Naftali Bennett, quel mépris et quel cynisme », a déploré Deri lors de son discours.

« C’est une fraude, l’une des plus grandes fraudes », a-t-il dit, faisant écho à Netanyahu.

Gafni : En quoi ce gouvernement « est différent de la France ? »

Moshe Gafni, leader du parti Yahadut Hatorah, a condamné la nouvelle coalition pour ses propositions de réformes sur la religion et l’État.

« En quoi êtes-vous juifs ? », a-t-il crié dans l’assemblée.

« Comment cet État est-il juif ? En quoi est-ce différent de la France ? »

Moshe Gafni, président de Degel haTorah, lors de la cérémonie d’ouverture de la campagne électorale du parti, avant les élections israéliennes, à Jérusalem, le 12 février 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Smotrich : Le nouveau gouvernement s’appuie sur des « partisans du terrorisme »

Dans un discours enflammé empli de références bibliques, Betzalel Smotrich, leader du Parti sioniste religieux, a défini le nouveau gouvernement comme une insulte au judaïsme.

« C’est un gouvernement de haine et de boycotts », a-t-il dit, ajoutant que
« le seul ciment est la jalousie et la haine », la « soif de pouvoir » et le mépris pour la Torah.

Smotrich a qualifié la nouvelle coalition de « gouvernement israélien qui laisse de côté les Juifs ».

Il a affirmé qu’il ne s’agissait « pas d’un État juif », mais plutôt d’un État dépendant de « partisans du terrorisme », en référence au parti islamiste Raam.

« C’est un gouvernement qui profane le nom de Dieu », a-t-il dit.

« Ceci ne sera pas pardonné. »

Ayman Odeh : C’est un mauvais gouvernement, dirigé par « l’extrême droite »

Ayman Odeh, chef de la Liste arabe unie, a déclaré qu’après aujourd’hui, Israël sera « libéré de la doctrine du ‘oui à Bibi’ ou ‘non à Bibi’ », soulignant que le dirigeant du Likud, Benjamin Netanyahu, sera renvoyé dans les rangs de l’opposition.

Néanmoins, « c’est un mauvais gouvernement », a-t-il ajouté, notant que la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, est « d’extrême droite », de même que le ministre des Finances Avigdor Liberman.

Odeh a affirmé que le nouveau gouvernement nuira aux Arabes de Jérusalem et du Néguev et ne représentera aucune sorte d’idéal de coopération judéo-arabe en raison de l’inclusion de Raam.

« Nous recherchons un partenariat judéo-arabe différent », basé sur la paix et l’égalité sociale, a-t-il dit.

La plupart des membres de la Liste arabe unie voteront contre le gouvernement.

Tibi : Nous soutiendrons Mickey Levy pour la présidence de la Knesset

Le chef de la faction Ta’al au sein de la Liste arabe unie, qui compte deux législateurs, annonce qu’il soutiendra le député Mickey Levy de Yesh Atid pour le poste de président de la Knesset lors du vote qui aura lieu plus tard dans la journée.

Mais Ahmad Tibi ne dit pas s’il votera contre le nouveau gouvernement entrant ou s’il s’abstiendra.

Mansour Abbas se moque d’un élu Likud sur les accords conclus

À la tête du premier parti arabe de la coalition, Abbas s’adresse à la Knesset en arabe

Le leader du Ra’am, Mansour Abbas, s’adresse à la Knesset en arabe, avant son entrée dans la coalition gouvernementale.

Avant de commencer son discours, Shlomo Karhi, parlementaire du Likud, le presse de révéler ses accords avec la nouvelle coalition.

« Je ne suis pas sûr que vous vouliez que je révèle les contacts que j’ai eus », plaisante Abbas, faisant référence aux discussions avec Netanyahu du Likud.

Abbas : Personne ne nous a vendu le Néguev

Mansour Abbas de Raam rejette les critiques adressées au nouveau gouvernement qui lui a promis un financement généreux pour les communautés arabes du Néguev dans le cadre des accords de coalition.

« Nous voulons que tous les partis pensent différemment. Personne n’a vendu le Néguev à Ra’am. Le Néguev reste en Israël, ses habitants sont des citoyens d’Israël », dit-il.

Selon M. Abbas, il est temps que le nouveau gouvernement israélien et l’opposition fassent progresser le « dialogue judéo-arabe, afin que nous nous comprenions et que nous ne nous considérions pas comme des ennemis. »

Une foule prie au mur Occidental contre le nouveau gouvernement

Prière contre la nouvelle coalition au Kotel, le 13 juin 2021 (Crédit : Noam Revkin Fenton/FLASH90)
Prière contre la nouvelle coalition au Kotel, le 13 juin 2021 (Crédit : Noam Revkin Fenton/FLASH90)

Un rassemblement de prière au mur Occidental contre le nouveau gouvernement attire des centaines de Juifs sionistes religieux et ultra-orthodoxes.

L’office est dirigé par le rabbin Shmuel Eliyahu.

Le rabbin Shmuel Eliyahu au Kotel, le 13 juin 2021 (Crédit : Noam Revkin Fenton/FLASH90)

Tibi se réjouit du départ de Netanyahu, mais s’oppose au nouveau gouvernement

Le parlementaire de la Liste arabe unie, Ahmad Tibi, affirme que le nouveau gouvernement sera encore plus à droite que la coalition qu’il remplace.

« Quelque chose de bien se passe aujourd’hui », à savoir le retrait de Benjamin Netanyahu du pouvoir, après des années de sa « division et de sa haine » envers les Israéliens arabes, déclare Tibi.

« Mais l’alternative est de droite, encore plus de droite. J’ai entendu le Premier ministre désigné, et il a parlé de renforcer les colonies. Il a parlé de réglementation et de souveraineté dans le Néguev », dit-il, ajoutant que les Arabes israéliens savent que ces mots sont des euphémismes pour des plans qui nuiront aux communautés bédouines du sud d’Israël.

Le vote pour la présidence de la Knesset commence

Mickey Levy de Yesh Atid est le candidat du nouveau gouvernement.

Le Shas nomme son législateur Yaakov Margi.

Gantz reproche à Netanyahu de critiquer publiquement l’allié américain

Le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré que le nouveau gouvernement israélien continuerait de s’opposer au retour des États-Unis dans l’accord nucléaire iranien, mais de façon discrète.

Il critique les propos de Benjamin Netanyahu qui s’opposent ouvertement à l’administration Biden sur l’Iran.

« Nous continuerons à travailler avec l’administration et à renforcer nos liens afin que l’Iran n’obtienne pas d’armes nucléaires. Nous allons les influencer pour que l’accord, s’il est signé, fasse reculer l’Iran », a déclaré Gantz.

« Évidemment, nous nous opposerons à un mauvais accord… mais nous le ferons dans le bon forum et avec les moyens appropriés, et non depuis le podium de la Knesset », a déclaré Gantz.

Il dit qu’Israël conservera la possibilité de mener une frappe militaire contre l’Iran.

Le centriste Mickey Levy élu nouveau président du Parlement

Le député Yesh Atid l’a emporté contre Yaakov Margi de Shas – avec 67 voix.

Bennett devient Premier ministre d’Israël

Le dit « gouvernement du changement » est approuvé avec 60 des 120 législateurs de la Knesset pour et 59 contre.

Le Parlement israélien a voté dimanche soir la confiance au gouvernement du nouveau Premier ministre Naftali Bennett.

Sur les 119 députés présents (sur 120 au Parlement) 60 ont voté en faveur de la nouvelle coalition, qui va de la droite à la gauche, en passant par l’appui d’un parti arabe. Cinquante-neuf députés, principalement du parti Likud de Netanyahu, de l’extrême droite et des partis ultra-orthodoxes, s’y sont opposés.

Le député Said al-Harumi (Raam) s’abstient.

Naftali Bennett s’engage à « rester fidèle à l’État d’Israël et à ses lois »

Le Premier ministre Naftali Bennett s’engage à « rester fidèle à l’État d’Israël et à ses lois, à remplir fidèlement mon rôle de Premier ministre/membre du gouvernement et à respecter les résolutions de la Knesset ».

Il est suivi de Yair Lapid, Premier ministre d’alternance et ministre des Affaires étrangères.

Les autres membres du cabinet suivront individuellement, par ordre alphabétique.

Les ministres du nouveau gouvernement prêtent chacun serment

Un aperçu des 28 ministres issus des huit partis qui ont prêté serment dans le 36e gouvernement israélien, cliquez ici.

Pro et anti-Netanyahu dans les rues de Tel Aviv et de Jérusalem

Des milliers de personnes célèbrent le nouveau gouvernement sur la place Rabin à Tel-Aviv.

Le bâtiment de la municipalité s’illumine aux couleurs du drapeau israélien pour l’occasion.

À Jérusalem, des pro-Netanyahu se sont rassemblés :

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...