Rechercher
Le père du tireur appelle à la vengeance

Réunion entre Kohavi et le Commandement du centre sur la situation en Cisjordanie

Le chef de Tsahal déclare que "chaque jour et chaque nuit", les forces israéliennes déjouent des attaques terroristes dans cette opération qui dure depuis des mois

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef de Tsahal Aviv Kohavi rencontre de hauts responsables militaires au Commandement du centre à Jérusalem, le 28 septembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef de Tsahal Aviv Kohavi rencontre de hauts responsables militaires au Commandement du centre à Jérusalem, le 28 septembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef militaire Aviv Kohavi a tenu une réunion mercredi avec de hauts responsables au siège du Commandement du centre de l’armée israélienne, suite à la recrudescence des violences en Cisjordanie.

Le chef du Commandement du centre Yehuda Fuchs et le commandant de la division de Cisjordanie Avi Blot ont présenté à Kohavi, lors de la réunion, un bilan à jour de la région, a déclaré l’armée dans un communiqué.

« Chaque jour et chaque nuit, nos forces arrêtent des personnes recherchées, opèrent sous le feu et déjouent des activités terroristes », a déclaré Kohavi dans des remarques fournies par Tsahal.

« Ce matin encore, nous avons mené une opération complexe dans le camp de réfugiés de Jénine, qui a été exécutée avec détermination et professionnalisme, dans le but de déjouer une menace concrète », a-t-il ajouté.

Mercredi matin, au moins quatre Palestiniens ont été tués lors d’un raid militaire dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie.

Un porte-parole de la Police des frontières a déclaré que les officiers et les troupes de Tsahal étaient venus arrêter Abd al-Rahman Hazem, le frère d’un terroriste qui a perpétré une attaque meurtrière à Tel Aviv au début de l’année, et Muhammed Alownah.

De la fumée s’élève d’une maison dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 28 septembre 2022. (Crédit : Capture d’écran/Twitter)

Les deux hommes sont responsables d’une série de fusillades ces derniers mois, dont une qui a visé un véhicule d’ingénierie du ministère de la Défense qui circulait le long de la barrière de sécurité au nord de la Cisjordanie au début du mois, selon le porte-parole de la police.

Les responsables israéliens ont déclaré que les deux hommes prévoyaient « des attaques plus importantes dans un avenir proche ».

Selon Tsahal, les tireurs recherchés ont fait exploser une grosse bombe alors que les troupes tentaient de pénétrer dans la maison. L’armée a publié des images de l’incident filmées par un drone.

« Hazem et Alownah ont été tués dans l’échange de tirs », a déclaré la police, ajoutant que les troupes ont saisi un fusil d’assaut sur l’un des tireurs.

La police a également publié des images de caméra frontale montrant des officiers s’approchant de la maison et tuant l’un des tireurs, qui semblait avoir sauté hors du bâtiment.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne a déclaré que deux autres personnes avaient été tuées dans les affrontements et que 44 avaient été blessées, dont plusieurs dans un état grave.

Une branche locale du groupe terroriste palestinien Jihad islamique a déclaré que ses membres avaient ouvert le feu sur les troupes près de la maison de la famille Hazem.

Le troisième Palestinien tué a été identifié comme étant Ahmed Alawneh, 24 ans, membre des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne. Il a été tué par un sniper de Tsahal alors qu’il tirait sur les troupes dans la zone, selon les images publiées par les médias palestiniens.

La quatrième victime s’appelle Muhammad Abu Na’asa.

Aucun Israélien n’a été blessé lors de l’opération.

Fathi Hazem, le père de l’un des tireurs tués, a appelé les Palestiniens à mener des attaques contre les Israéliens pour se venger. « Ils ont démoli ma maison, mais ce ne sont que des pierres », a-t-il déclaré lors des funérailles de son fils.

Le raid de Tsahal de mercredi est intervenu dans un contexte de violence croissante en Cisjordanie, en particulier dans le nord du pays.

Mardi soir, les troupes israéliennes ont essuyé des tirs près de la ville palestinienne d’Asira ash-Shamaliya au cours d’une « mission de routine ».

Ces derniers mois, des hommes armés palestiniens ont pris pour cible des postes militaires, des troupes opérant le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes et des civils sur les routes.

Des troupes israéliennes opèrent en Cisjordanie, le 19 septembre 2022. (Crédit : armée israélienne)

Les troupes israéliennes ont également essuyé des tirs à plusieurs reprises lors de raids nocturnes dans les villes palestiniennes de Cisjordanie.

L’armée a lancé les opérations d’arrestation après une série d’attentats qui ont tué 19 personnes entre la mi-mars et le début du mois de mai, dont la fusillade de Tel Aviv.

Bon nombre des arrestations effectuées par Tsahal ces derniers mois se sont concentrées sur Naplouse et Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, d’où étaient originaires un certain nombre des terroristes qui ont commis les attentats du début de l’année.

Les responsables israéliens de la sécurité ont averti ces derniers mois que l’Autorité palestinienne était en train de perdre le contrôle du nord de la Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...