Robert Faurisson : ‘Auschwitz 1, excusez-moi, mais c’est un éclat de rire’
Rechercher

Robert Faurisson : ‘Auschwitz 1, excusez-moi, mais c’est un éclat de rire’

Le célèbre négationniste était invité au banquet de Rivarol pour son 65e anniversaire

Robert Faurisson. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Robert Faurisson. (Crédit : capture d'écran Youtube)

Invité au banquet de Rivarol, Robert Faurisson, connu pour ses propos négationnistes, est intervenu pendant plus d’une heure.

Rivarol se définit comme un « hebdomadaire de l’opposition nationale et européen avec comme slogan ‘quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir’ ». Cet hebdomadaire fêtait son 65e anniversaire samedi dernier.

Le Petit Journal de Canal Plus s’est rendu à ce banquet et a notamment filmé une partie de l’intervention de Robert Faurisson, au cours de laquelle il a déclaré « Auschwitz 1, excusez-moi, mais c’est un éclat de rire. »

« On voyait une fumée blanche, il paraît que c’était une chambre à gaz, moi je n’en n’ai pas vu, » a-t-il continué.

Robert Faurisson a été jusqu’à sous-entendre que les camps étaient dotés d’espaces de loisir. « Dans le secteur de Birkenau, qu’on appelle camp d’extermination, ce qui est bizarre pour un camp qui avait un terrain de volley, un terrain de foot, un camp d’hommes, un camp de femmes, un camp des familles. »

« Tous, vous avez entendu parler de la Solution finale de la question juive. Si je vous disais que ça n’a jamais existé, que la formule intégrale n’était pas du tout celle-là. »

A la fin de son intervention, Robert Faurisson a été ovationné par les centaines de participants à ce banquet.

Le banquet organisé par Rivarol regroupait 500 activistes d’extrême droite, révisionnistes, négationnistes, pétainistes, et nationalistes.

Robert Faurisson a été condamné par la justice française par cinq fois pour ses propos négationnistes.

Le 16 juin dernier, au tribunal correctionnel de Paris, Robert Faurisson, a été condamné à six mois de prison avec sursis et à 10 000 euros d’amende.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...