Roglit: une délégation de la Manche rend hommage aux Juifs de la région déportés
Rechercher

Roglit: une délégation de la Manche rend hommage aux Juifs de la région déportés

Lors du voyage, le président du Conseil départemental de la Manche a annoncé la prochaine construction à Cherbourg d'un mémorial pour les Juifs déportés et les Justes de la Manche

Le Mémorial de la déportation des Juifs de France de Roglit. (Crédit photo : Wikipédia/Domaine public)
Le Mémorial de la déportation des Juifs de France de Roglit. (Crédit photo : Wikipédia/Domaine public)

La semaine dernière, à Roglit, au Mémorial de la déportation des Juifs de France, une délégation de la Manche en visite en Israël composée d’élus et d’élèves français du collège Gambetta de Carentan ont rendu hommage aux 101 Juifs manchois déportés, a rapporté le journal Tendance Ouest.

Pièce maitresse du lieu, situé à proximité de Jérusalem : un large pan de mur recensant les noms de près de 80 000 Juifs de France déportés durant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi ces 80 000 noms, on retrouve ainsi ceux de 101 Juifs qui vivaient à l’époque dans la région manchoise.

Leurs noms, recensés par Olivier Jouault, professeur d’histoire-géographie au collège Gambetta de Carentan, ont été lus lors de la cérémonie. Le groupe a ensuite entonné la Marseillaise devant le mur du mémorial.

« Le fait de nommer 101 personnes qui ont rejoint petit à petit le mémorial manchois de la Shoah, et le faire ici à Jérusalem, c’est effectivement très émouvant », a réagi Olivier Jouault au micro du journal Tendance Ouest.

« C’est une liste la plus exhaustive possible, mais qui n’est sans doute pas encore tout à fait close. Mais nous avons une acceptation très large [du terme] de Manchois. Ce sont soit des personnes nées dans la Manche, soit qui étaient domiciliées dans la Manche au moment des persécutions de la Seconde Guerre mondiale, soit qui ont vécu à Cherbourg mais qui n’y étaient plus pendant la Seconde Guerre mondiale. On les considère Manchois car ils ont vécu dans la Manche, ou alors ils étaient propriétaires d’une villa et c’étaient des Manchois de coeur. Du fait des destructions de 1944, on n’a aucune liste de Juifs résidant dans la Manche. Nous n’avons pas de trace du recensement d’octobre 1940. C’est donc un travail de longue haleine. En consultant la presse de l’époque, on a connaissance de la présence de familles juives, puis on fait ensuite des recherches pour savoir si ces personnes ont survécu ou non à la Shoah. »

Inauguré en 1981, le Mémorial de la déportation des Juifs de France a été imaginé par Serge Klarsfeld. Lors de la cérémonie d’inauguration, 10 000 survivants français de la Shoah avaient été réunis – 5 000 Israéliens et 5 000 issus de la Diaspora. Chaque année, deux cérémonies ont lieu au Mémorial : l’une à l’occasion de Yom HaShoah, l’autre en juillet pour l’anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv.

Lors du voyage, Marc Lefèvre, président du Conseil départemental de la Manche, a également annoncé sa volonté de construire un mémorial pour les Juifs déportés et les Justes de la Manche à Cherbourg, à proximité de la Cité de la Mer, a rapporté France Bleu.

« A Cherbourg, il y avait une communauté juive relativement importante à l’époque. C’est de Cherbourg aussi que beaucoup de Juifs ont émigré. Cela a du sens d’avoir un monument qui rappelle cet événement, à cet endroit-là et près de la Cité de la Mer par exemple, parce que c’était le lieu de l’émigration », a expliqué Marc Lefèvre.

« Ce Mémorial, je l’espérais. C’est une satisfaction. Grâce à ce séjour en Israël, je pense que tout le monde comprend la portée de ce type de Mémorial », a réagi Olivier Jouault à l’annonce de son président du Conseil départemental.

Outre les 101 noms de Juifs manchois, le mémorial de Cherbourg fera apparaître ceux des 32 Justes de la région reconnus officiellement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...