Rechercher

Ronen Hanania, victime de l’attentat terroriste de Kiryat Arba, enterré à Jérusalem

"Mon cher mari était une si bonne personne qui aimait aider les autres", a déclaré son épouse qui a invité Itamar Ben Gvir et refusé les membres du gouvernement actuel

La famille et les amis assistant aux funérailles de Ronen Hanania, tué lors d'une fusillade terroriste près de l’implantation de Kiryat Arba, à Jérusalem, le 30 octobre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
La famille et les amis assistant aux funérailles de Ronen Hanania, tué lors d'une fusillade terroriste près de l’implantation de Kiryat Arba, à Jérusalem, le 30 octobre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Ronen Hanania, l’homme qui a été abattu dans une fusillade terroriste samedi soir près de l’implantation de Kiryat Arba en Cisjordanie, a été enterré à Jérusalem dimanche après-midi.

Les funérailles ont eu lieu au cimetière de Har Hamenuhot dans la capitale. Selon le site d’information Ynet, la famille du défunt a demandé à ce que les membres du gouvernement actuel n’assistent pas à la cérémonie, mais a accueilli des membres de l’opposition de droite.

En larmes, l’épouse de Hanania, Merav, a déclaré que son défunt mari était censé fêter son anniversaire plus tard dans la semaine.

« Mon cher mari était une si bonne personne qui aimait aider les autres. Tout le monde l’aimait, tout le monde », a-t-elle déclaré. « Il était si bon pour mon fils et moi. Je ne peux pas l’accepter, je n’ai rien d’autre dans cette vie, seulement mon fils. Dieu merci, il a été épargné. Je n’ai rien. Je ne vaux plus rien. Mon mari continuera à vivre, il ne me quittera pas. Son anniversaire est mercredi, nous serons toujours ensemble. »

Leur fils, Daniel, qui a été blessé dans la même attaque terroriste et qui a assisté à la mort de son père, a appelé les législateurs israéliens à faire en sorte qu’un tel incident ne se répète jamais.

« Je n’arrive pas à croire que je suis debout. Dieu m’a épargné. Papa, tu es mort en faisant le travail de Dieu et je vais continuer à vivre en faisant de même », a-t-il déclaré. « Je demande au gouvernement israélien de tout faire pour que cela ne se reproduise plus. »

Daniel Hanania s’exprimant pendant les funérailles de Ronen Hanania, qui a été tué dans une fusillade terroriste près de l’implantation de Kiryat Arba, à Jérusalem, le 30 octobre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le législateur d’extrême-droite Itamar Ben Gvir était parmi les politiciens qui ont été autorisés à assister aux funérailles de Hanania.

« ‘Le rebouteux, le rebelle et l’autel’, telle est notre histoire », a déclaré Ben Gvir lors des funérailles, citant une prière de Rosh HaShana. « C’est l’histoire de Ronen et l’histoire de l’implantation juive de Kiryat Arba – les balles des terroristes qui passent devant nous et qui atteignent parfois leur cible. »

Le député a rappelé que Hanania avait déménagé pour vivre à Kiryat Arba il y a quelques années. « Depuis lors, son âme y est restée… personne n’était plus heureux que lui… Ronen a toujours essayé d’aider et de défendre tous ceux qui l’entouraient, mais cette fois, les balles ont réussi à l’atteindre. »

Le député Itamar Ben Gvir, chef du parti politique Otzma Yehudit, assistant aux funérailles de Ronen Hanania, tué dans une fusillade terroriste près de l’implantation de Kiryat Arba, à Jérusalem, le 30 octobre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Pendant 2 000 ans, les Juifs du monde entier ont prié pour la même chose. Pendant 2 000 ans, année après année, ils ont prié pour être à Jérusalem l’année suivante. Et nous faisons partie de la génération qui a fait de ce rêve une réalité. Nous vivons le rêve que les Juifs ont poursuivi pendant 2 000 ans », a déclaré le député Amir Ohana, du Likud, lors des funérailles.

« Mais ce rêve a un prix, un prix lourd. Et aujourd’hui, c’est ce prix que nous payons. Ronen, les Juifs ont rêvé de Jérusalem pendant 2 000 ans. Puissiez-vous reposer à jamais à Jérusalem », a ajouté Ohana.

Ronen Hanania, tué dans une fusillade terroriste près de l’implantation de Kiryat Arba, dans le sud de la Cisjordanie, le 29 octobre 2022. (Courtoisie)

Hanania et son fils Daniel ont été pris pour cible samedi soir alors qu’ils s’étaient rendus dans une supérette située entre Kiryat Arba et la ville adjacente de Hébron. Lorsqu’ils sont retournés à leur voiture pour quitter les lieux, le terroriste « a ouvert le feu sur nous depuis la gauche », s’est souvenu Daniel dimanche matin.

Le terroriste a été identifié comme étant Muhammed Kamel al-Jabari, un membre apparent du groupe terroriste palestinien du Hamas. Après avoir tiré sur Hanania et son fils, Jabari a ouvert le feu sur les secouristes et sur les agents de sécurité qui étaient arrivés pour venir en aide aux victimes.

Au total, Jabari a blessé trois autres personnes, dont une grièvement, un secouriste. Un Palestinien figure également parmi les blessés.

L’auteur palestinien d’une fusillade terroriste près de Kiryat Arba en Cisjordanie, sur les images d’une caméra de recul, quelques instants avant d’être percuté par la voiture d’un agent de sécurité et abattu par un soldat en permission, le 29 octobre 2022. (Capture d’écran utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, s’est rendu sur les lieux de l’attaque dimanche matin dans le cadre d’une enquête préliminaire. Il a également procédé à une évaluation de la situation avec les commandants locaux.

Dans un autre incident dimanche, un conducteur palestinien a foncé sur des soldats israéliens à deux endroits au sud de la ville de Jéricho en Cisjordanie, blessant cinq d’entre eux avant que les forces de sécurité n’ouvrent le feu sur le terroriste et ne le blessent grièvement.

Ces attaques ont eu lieu dans un contexte de tensions accrues en Cisjordanie.

Ces derniers mois, des hommes armés palestiniens ont pris pour cible de manière répétée des postes militaires, des soldats stationnés le long de la barrière de sécurité, des implantations israéliennes et des civils sur les routes.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...