Rouhani : L’Iran respectera l’accord nucléaire même si les USA s’en retirent
Rechercher

Rouhani : L’Iran respectera l’accord nucléaire même si les USA s’en retirent

Le président iranien a déclaré que tant que les intérêts de son pays seront préservés, Téhéran respectera l'accord

Le président iranien Hassan Rouhani prend la parole lors d'une conférence de presse à Téhéran le 6 février 2018 (ATTA KENARE/AFP)
Le président iranien Hassan Rouhani prend la parole lors d'une conférence de presse à Téhéran le 6 février 2018 (ATTA KENARE/AFP)

L’Iran restera fidèle à l’accord nucléaire qu’il a signé avec les puissances mondiales, même si les États-Unis s’en retirent, tant que le pacte continuera de servir au mieux les intérêts du pays, a déclaré mardi le président iranien Hassan Rouhani.

« Nous resterons au JCPOA (Plan global d’Action conjoint) tant que nos intérêts seront respectés « , a déclaré M. Rouhani lors d’une conférence de presse, selon le Financial Times. Les États-Unis, qu’ils restent dans l’accord ou non, ne seront pas les principaux critères de notre décision.

« Nous avons des principes et nous continuerons à les appliquer », a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump a prolongé le mois dernier les dérogations contre la réimposition des sanctions qui ont été levées à la suite de l’accord, mais a également averti les partenaires européens de l’accord que c’était la dernière fois qu’il accorderait ces prolongations. Le président américain a refusé à deux reprises de certifier que l’Iran respecte les termes de l’accord, une mesure qui a jeté des doutes sur l’avenir de l’accord.

Trump a menacé de se retirer du Plan global d’Action conjoint de 2015, à moins qu’il ne soit modifié pour inclure des mesures plus strictes empêchant l’Iran de produire ou d’obtenir des armes nucléaires.

M. Rouhani a souligné qu’il n’ y aurait aucune modification à l’accord que l’Iran a signé avec les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Russie, la Chine et l’Allemagne.

« La clé des problèmes entre Téhéran et Washington est entre les mains de Washington. Ils doivent mettre fin à leurs menaces, à leurs sanctions et à leurs pressions, et automatiquement, la situation s’améliorera et nous pourrons penser à notre avenir », a-t-il déclaré.

« Le JCPOA n’est pas négociable et ne peut être réécrit », a-t-il ajouté.

En vertu de l’accord actuel, le président américain doit signer les dérogations tous les 120 jours, tandis que les services de renseignement américains surveillent le respect par la République islamique de l’accord, qui a fait cesser les sanctions paralysantes contre Téhéran en échange de la réduction de son programme nucléaire.

Le président américain Donald Trump prend la parole lors d’une table ronde sur le gang MS-13 dans la salle du Cabinet de la Maison-Blanche le 6 février 2018 à Washington, DC. (MANDEL NGAN/AFP)

Si Trump ne renouvelle pas les dérogations à l’avenir, les sanctions nucléaires contre l’Iran seront automatiquement rétablies, ce qui mettra les États-Unis en contravention des termes de l’accord et entraînera probablement la fin du traité.

Trump a énoncé quatre conditions qui doivent être remplies pour qu’il n’abroge pas l’accord, y compris des inspections plus poussées qui prévoient que « l’Iran ne soit jamais sur le point de posséder une arme nucléaire » et qu’il n’y ait pas de date d’expiration de l’accord. L’accord actuel expire dans dix ans.

Selon des sources ayant accès à l’état d’esprit des dirigeants iraniens, Téhéran considère déjà les États-Unis comme étant hors de l’accord nucléaire, mais ils espèrent que la Russie et la Chine maintiendront cet accord, selon le Financial Times. Les sources ont constaté que le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, soutient également le maintien de l’accord même si les Etats-Unis se retirent.

Des accords commerciaux vitaux sont en jeu, y compris des ventes de pétrole qui ont doublé depuis la mise en place de l’accord et qui se chiffrent à deux millions de barils par jour.

« Rouhani et son équipe diplomatique protègent l’accord nucléaire avec leurs dents et leurs griffes », a déclaré une source iranienne qui n’a pas été identifiée dans le rapport. « Dans la pratique, les Etats-Unis sont déjà en dehors de l’accord. Mais nous ne leur rendrons pas la pareille et espérons que nous pourrons continuer à… vendre du pétrole aux Européens et faire des affaires avec eux. »

Le président iranien a également souligné mardi que l’Iran ne négociera pas sur son programme de missiles, malgré les demandes de Trump de le réduire dans le cadre de l’accord sur le nucléaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...