Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Ryad nomme un ambassadeur non-résident pour les Territoires palestiniens

Nayef al-Sudaïri, qui était en poste en Jordanie, sera aussi consul général à Jérusalem

Nayef al-Sudaïri (Crédit : capture d'écran X)
Nayef al-Sudaïri (Crédit : capture d'écran X)

L’Arabie saoudite a nommé samedi un ambassadeur non-résident pour les territoires palestiniens, qui sera également consul général à Jérusalem, dans un contexte de spéculations sur une normalisation des relations entre Ryad et Israël.

Le dossier des territoires palestiniens est traditionnellement géré par l’ambassade d’Arabie saoudite à Amman.

Le poste d’ambassadeur non-résident sera occupé par Nayef al-Sudaïri, l’actuel ambassadeur saoudien en Jordanie, selon un message publié sur les réseaux sociaux par l’ambassade saoudienne à Amman et authentifié par un responsable du ministère saoudien des Affaires étrangères.

Cette nomination représente « un pas important », a déclaré M. Sudaïri dans une vidéo diffusée par la chaîne de télévision publique saoudienne Al-Ekhbariya.

Il a souligné la volonté du roi Salmane et du prince héritier Mohammed ben Salmane « de renforcer les relations avec les frères de l’Etat de Palestine et de lui donner un soutien formel dans tous les domaines ».

L’Arabie saoudite ne reconnaît pas Israël et n’a pas adhéré aux accords d’Abraham de 2020, négociés par les Etats-Unis, qui ont permis à l’Etat israélien de normaliser ses relations avec deux voisins du royaume, les Emirats arabes unis et Bahreïn.

« Relations fraternelles »

Ryad a déclaré à plusieurs reprises qu’il s’en tenait à la position de la Ligue arabe, vieille de plusieurs décennies, qui consiste à ne pas établir de liens officiels avec Israël tant que le conflit avec les Palestiniens n’est pas résolu.

Toutefois, en juillet 2022, Ryad avait annoncé l’ouverture de son espace aérien à « tous les transporteurs », y compris israéliens.

A l’époque, le royaume avait nié que cette mesure soit le signe d’un processus de normalisation.

Au cours des derniers mois, Ryad et Washington se sont entretenus sur les conditions posées par l’Arabie saoudite pour progresser sur la voie de la normalisation, notamment des garanties de sécurité et une assistance pour un programme nucléaire civil doté d’une capacité d’enrichissement d’uranium.

A LIRE – Lapid : Donner de l’uranium aux Saoudiens au nom de la paix « met en danger Israël »

L’Arabie saoudite a besoin de savoir si les Israéliens « s’activent pour que des progrès tangibles soient réalisés dans la résolution du conflit israélo-palestinien », a déclaré cette semaine à l’AFP Hesham Alghannam, analyste saoudien de l’Université arabe Nayef pour les sciences de la sécurité à Ryad.

Après une réunion samedi à l’ambassade palestinienne, à Amman, Nayef al-Sudaïri a présenté une copie de ses lettres de créance à Majdi El Khaldi, conseiller présidentiel palestinien pour les affaires diplomatiques, qui s’est « félicité » de cette nomination, selon l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.

Cette décision « contribuera à renforcer les relations fraternelles fortes et solides qui lient les deux pays et les deux peuples frères », a-t-il ajouté.

« Reconnaissance »

De son côté, un responsable de l’Autorité palestinienne a estimé qu’avec cette décision, l’Arabie saoudite avait « réaffirmé sa reconnaissance de l’Etat de Palestine avec Jérusalem comme capitale ».

« Il s’agit d’une étape parmi d’autres et nous continuerons à développer nos relations avec eux », a-t-il confié à l’AFP sous couvert d’anonymat, n’étant pas autorisé à parler dans les médias.

Pour Ghaith al-Omari, chercheur à l’Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient, la nomination de M. Sudaïri envoie également un « message public de soutien » à l’Autorité palestinienne.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen lors d’une interview au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 12 juin 2023. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

En Israël, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat sur cette annonce, renvoyant l’AFP aux récents commentaires du chef de la diplomatie israélienne, Eli Cohen, selon lesquels « la paix entre Israël et l’Arabie saoudite est une question de temps ».

La décision de samedi « donne un aperçu de ce que pourraient être les relations diplomatiques entre l’Arabie saoudite et Israël: un ambassadeur saoudien en Palestine avec un dossier pour Israël », a estimé Aziz Alghashian, analyste saoudien et expert des relations israélo-saoudiennes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.