S.Y. Agnon revient sur scène en anglais au festival de Jérusalem
Rechercher

S.Y. Agnon revient sur scène en anglais au festival de Jérusalem

La Khan Theatre Company, organise un festival dédié à seul lauréat du Prix Nobel littéraire d'Israël, avec de multiples spectacles et une conférence pour la communauté anglophone

  • S.Y. Agnon, unique israélien a avoir remporté le prix Nobel en littérature.; (Crédit : Agnon House/JTA)
    S.Y. Agnon, unique israélien a avoir remporté le prix Nobel en littérature.; (Crédit : Agnon House/JTA)
  • Une scène de 'Tehila' par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)
    Une scène de 'Tehila' par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)
  • Une scène de 'Tehila' par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)
    Une scène de 'Tehila' par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)
  • Une scène de 'Tehila' par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)
    Une scène de 'Tehila' par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)
  • Une scène de 'Tehila' par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)
    Une scène de 'Tehila' par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)

Deux pièces basées sur le travail de S.Y. Agnon, seul lauréat du Prix Nobel littéraire d’Israël, sera présenté au Théâtre Khan de Jérusalem durant Pessa’h pour les anglophones.

La Khan Theatre Company primée interprétera « Tehila » et « In the Prime of Her Life », sous-titrés en anglais, entre le 3 et le 7 avril au Khan, situé en face de l’ancienne gare routière de Jérusalem dans le quartier de la Moshava Germanit.

Il y aura égalementune conférence en anglais avec des vidéos le 3 avril par Jeffrey Saks, directeur du département de recherche à Agnon House et éditeur d’une nouvelle traduction des œuvres complètes d’Agnon publiées par Toby Press.

Les lecteurs du Times of Israël peuvent obtenir des billets à prix réduit pour les jeux et des conférences en vous abonnant à notre liste de réservation prioritaire. Envoyez un email avec le mot « subscribe » à l’adresse events@timesofisrael.com.

« Tehila » raconte l’histoire d’un écrivain en quête de sens qui rencontre une vieille femme pieuse lors de ses promenades à travers la vieille ville de Jérusalem. Leurs conversations amènent l’auteur à se demander si leurs rencontres sont dues au hasard ou si elles sont dirigées par une mystérieuse main cachée.

Dans « In the Prime of Her Life » Tirza, 13 ans, découvre l’histoire d’amour malheureuse de sa défunte mère. La révélation ébranle le monde de Tirza et elle fera un voyage qui changera sa vie pour rencontrer l’amant de sa mère.

Une scène de ‘Tehila’ par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)

Agnon, qui a remporté le prix Nobel en 1966, est une figure imposante de la littérature hébraïque moderne dont le travail est maintenant redécouvert grâce à la nouvelle traduction. Il est arrivé à Jaffa en 1908, est revenu en Allemagne pendant 12 ans puis en Palestine en 1924 après qu’un incendie dans sa maison de Berlin a détruit ses manuscrits et sa collection de livres rares. Il sest installé à Talpiot dans la maison qui est maintenant le musée Agnon. Il est mort en 1970.

Saks a confié à Jessica Steinberg du Times of Israël que ses travaux traitent du conflit entre la vie juive traditionnelle et la langue et le monde moderne. Ils constituent une distillation de millénaires d’écriture juive – de la Bible à travers les codes rabbiniques à la narration hassidique – adaptés à la littérature moderne, a déclaré Saks.

Une scène de ‘Tehila’ par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)

« Agnon a écrit en hébreu mais il pensait en yiddish, et vous devez lire entre les lignes », a déclaré Saks. « Il expose notre sens de la culture juive, il le prend et le distille et le verse dans le moule de la littérature moderne avec une honnêteté brutale. »

Les contes d’Agnon sont toujours enseignés dans les écoles israéliennes, mais les enseignants ratent souvent ses messages, a dit Saks, parce qu' »il est subversif. Il intègre toujours l’ambiguïté dans ses contes. »

Shir Goldberg, qui dirige les deux pièces d’adaptation de Shahar Pinkas, est le directeur artistique de Khan, responsable du Festival Agnon et des célébrations du 50e anniversaire du Khan.

Une scène de ‘Tehila’ par S.Y. Agnon, Khan Theatre Company. (Yael Ilan)

« Agnon est le maître de la parole et un sage de la langue hébraïque », a déclaré Goldberg. « Agnon est comme le cœur de notre langue et de notre culture. Pendant le festival au Khan de Pessa’h, nous espérons mettre en valeur son travail dans toute sa diversité. »

Elisheva Mazia, directrice exécutive du Khan, a déclaré ces productions en anglais viennent répondre à « une réaction énorme » à une pièce jouée récemment au théâtre avec des sous-titres et que davantage de titres seront proposés.

« Nous sommes ravis d’apporter ces œuvres merveilleuses aux nombreux anglophones de Jérusalem », a-t-elle déclaré. « Nous prévoyons de faire traduire d’autres spectacles très bientôt. »

Théâtre Khan S.Y. Agnon Festival

2 David Remez St., Jérusalem (en face de l’ancienne gare routière)
Du 3 au 7 avril
Billets d’entrée : 220 shekels ( 85 shekels pour les lecteurs du Times of Israel)
Billets pour la conférence : 100 shekels ( 45 shekels pour les lecteurs du Times of Israel)

Pour profiter de cette offre spéciale, rejoignez notre liste de réservation prioritaire. Envoyez un email avec le mot « subscribe » à l’adresse events@timesofisrael.com

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...