Rechercher

Saar opposé à l’octroi d’un délai à Netanyahu pour la formation du gouvernement

Les passes d'armes entre Netanyahu, mis en cause pour ses choix politiques et ses nominations, et l'alliance au pouvoir sortante ne cessent de s'intensifier

Le ministre de la Justice, Gideon Saar, arrive pour une réunion du gouvernement sous la direction du Premier ministre, à Jérusalem, le 22 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le ministre de la Justice, Gideon Saar, arrive pour une réunion du gouvernement sous la direction du Premier ministre, à Jérusalem, le 22 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Alors que le Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu se prépare à réclamer une prolongation de quinze jours pour finaliser la composition de son gouvernement – ce mandat doit expirer dans la nuit du 11 au 12 décembre à minuit – un membre de la coalition sortante a vivement recommandé mardi au président Isaac Herzog de ne pas lui accorder de délai supplémentaire.

Le ministre de la Justice Gideon Saar a indiqué que toute demande de prolongation du mandat était « un leurre ». Il a affirmé que Netanyahu avait d’ores et déjà terminé de rassembler sa coalition et qu’il n’en retardait l’annonce que dans le but d’adopter d’abord une série de « lois problématiques » réclamées à hauts cris par ses alliés.

Dans un communiqué émis mardi, Saar, de la formation HaMahane HaMamlahti, a déclaré que « la soumission, par le bloc de Netanyahu, des signatures en faveur du vote visant à remplacer le président de la Knesset indique que la formation du gouvernement est terminée. La demande de Netanyahu de pouvoir obtenir quelques jours supplémentaires dans cet objectif auprès du président est un leurre. L’objectif réel est de faire adopter des législations personnelles et problématiques à la demande de ses alliés et avant la formation du gouvernement ».

« Ce n’est pas dans ce dessein que la loi octroie au président le pouvoir de prolonger le délai accordé de prime abord », a ajouté Saar, ancien allié de Netanyahu devenu son opposant. « Le président doit refuser la demande de Netanyahu. »

De son côté, le Premier ministre Yair Lapid a fustigé son successeur probable, Benjamin Netanyahu, qui a critiqué son appel à ne pas donner le contrôle de certains contenus enseignés dans les écoles à Avi Maoz, membre anti-LGBT de la Knesset.

« Si vous pensez que ce que j’ai dit ces derniers jours est un acte de rébellion, j’ai des nouvelles pour vous : vous n’avez encore rien vu. Ce n’est que le début », a déclaré Lapid.

Netanyahu, en réponse, a accusé le leader de Yesh Atid de « répandre des mensonges » sur le prochain gouvernement présumé.

Dans une publication Facebook, Netanyahu a estimé que Lapid et le ministre sortant de la Défense, Benny Gantz, « refusent d’accepter les résultats des élections et ils laissent se propager de fausses craintes au sujet d’un gouvernement qui a été choisi par la majorité des Israéliens. Lapid, a-t-il continué, « a lancé une campagne visant à ôter toute légitimité au choix fait par le peuple ».

Vendredi, Netanyahu s’en était pris à Lapid qui, selon lui, « tente de semer un esprit de rébellion chez les officiers militaires et au sein des collectivités locales contre le gouvernement élu ».

Des propos survenus après un avertissement qui aurait, semble-t-il, été lancé par Lapid à un général, à qui il aurait recommandé de ne pas laisser l’extrême-droite « prendre le contrôle de l’armée ».

Lundi, toujours sur Facebook, Netanyahu a dit être « déterminé à gouverner et à faire appliquer la politique pour laquelle nous avons été élus au bénéfice de tous les citoyens israéliens », ajoutant que « pendant 20 ans, j’ai fait avancer Israël dans tous les domaines – et c’est ce que j’ai encore l’intention de faire aujourd’hui ».

Ces derniers jours, Lapid et d’autres membres de la coalition sortante, notamment Gantz, ont critiqué avec force les accords de coalition signés entre Netanyahu et ses alliés d’extrême-droite et religieux. Ils ont protesté en particulier contre l’accord passé avec la faction Noam qui confie au possible futur ministre « de l’identité juive », Avi Maoz, seul représentant de cette formation homophobe d’extrême-droite, la mission de superviser certains contenus éducatifs enseignés dans les écoles. Ils ont aussi dénoncé l’autorité immense conférée au leader de Hatzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, dans le domaine de la Défense. Selon les dispositions d’un nouvel accord, Smotrich, qui doit prendre la tête du Trésor, deviendra également ministre au sein du ministère de la Défense, où il aura une influence importante sur le bureau du COGAT (Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires) et au sein de l’Administration civile, chargée de définir les politiques civiles du gouvernement en Cisjordanie.

« Voilà certains faits qui permettront de révéler les mensonges », a dit Netanyahu lundi en réponse aux critiques.

« Le ministère de la Défense sera démantelé – un mensonge. L’Administration civile représente moins d’un millième du ministère de la Défense, et elle restera incluse dans le ministère de la Défense », a-t-il indiqué.

Montage photo du chef de l’opposition Benjamin Netanyahu, à droite, et du ministre des Affaires étrangères de l’époque Yair Lapid dirigeant la réunion de leur parti respectif, le Likud et Yesh Atid, à la Knesset, le 8 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Le ministère de l’Éducation sera confié à Maoz – un mensonge », a ajouté Netanyahu. « Avi Maoz ne s’occupera que des programmes externes utilisés par le ministère de l’Éducation, des programmes qui ne constituent qu’un millième du budget global de l’éducation et qui seront soumis à l’approbation du Premier ministre. Le ministère de l’Éducation continuera à déterminer les programmes ».

Enfin, évoquant les inquiétudes au sein de la communauté LGBT israélienne qui ont été suscitées par la nomination de Maoz, Netanyahu a affirmé que « le gouvernement prendra des mesures contre la communauté LGBT – un mensonge. Nous ne toucherons pas aux droits LGBT et nous maintiendrons le statu-quo dans les questions relatives à la relation entre la religion et l’État ».

Lapid a déclaré aux membres de sa faction lors de la réunion hebdomadaire de cette dernière à la Knesset, lundi que « Netanyahu a qualifié de séditieux mon appel lancé en direction des responsables des collectivités locales, leur demandant de ne pas coopérer avec Maoz. Le manque de scrupule de cet homme n’a pas de limite ».

« Nous ne sommes pas vos pigeons » a-t-il ajouté, interpellant directement Netanyahu. « Nous ne sommes pas ici juste pour payer des impôts et envoyer nos enfants à l’armée. La plupart des gens sont contre cette démarche, y compris parmi les Likoudniks« .

Le député Avi Maoz, à gauche, et le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, après avoir signé un accord de coalition, le 27 novembre 2022. (Crédit : Likud)

Pour sa part, Gantz, qui a vivement recommandé aux autres partis qui devraient rejoindre les bancs de l’opposition de se joindre à la lutte pour le caractère de l’État, a estimé lundi que le prochain ministre de la Défense – ce sera probablement le député Likud Yoav Gallant – devra ne pas laisser les pouvoirs qui sont les siens lui être arrachés pour être confiés aux membres de l’extrême-droite dans la prochaine coalition.

Le chef d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, devrait devenir responsable de la police des frontières déployée en Cisjordanie dans le cadre du tout nouveau ministère de la Sécurité nationale, tandis qu’un ministre issu des rangs de Hatzionout HaDatit devrait être chargé de superviser la vie civile en Cisjordanie.

« Je voudrais dire à mon remplaçant, indépendamment de qui il sera : si vous prenez le poste tel qu’il vous est présenté, votre mission sera de devenir celui qui, dans l’Histoire, aura démantelé l’appareil sécuritaire et l’armée israélienne », a dit Gantz au cours de la réunion de sa faction HaMahane HaMamlahti, l’exhortant à « expliquer les dangers à Netanyahu pour garantir que cela ne se produira pas ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.