Rechercher

Sahara occidental : pour Alger, la décision israélienne est une « violation » du droit international

La reconnaissance par Israël de la "marocanité" du Sahara occidental survient dans un climat de rivalité régionale exacerbée entre le Maroc et l'Algérie

Une femme soutenant les soldats rebelles du Front Polisario pro-indépendance marche près d'un drapeau de fortune du Sahara occidental en pierres peintes sur lesquelles ont peut lire : République arabe sahraouie démocratique, ou RASD, libre" dans le désert près de Tifariti, le 20 mai 2008. (Crédit : Daniel Ochoa de Olza/AP)
Une femme soutenant les soldats rebelles du Front Polisario pro-indépendance marche près d'un drapeau de fortune du Sahara occidental en pierres peintes sur lesquelles ont peut lire : République arabe sahraouie démocratique, ou RASD, libre" dans le désert près de Tifariti, le 20 mai 2008. (Crédit : Daniel Ochoa de Olza/AP)

L’Algérie a estimé jeudi que la reconnaissance par Israël de la « prétendue souveraineté » du Maroc sur le territoire disputé du Sahara occidental est une « violation flagrante » du droit international.

Le conflit du Sahara occidental oppose le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par l’Algérie, depuis le désengagement en 1975 de l’Espagne, l’ancienne puissance coloniale.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait part au roi Mohammed VI de la décision de l’Etat hébreu de « reconnaître la souveraineté du Maroc » sur le Sahara occidental, a indiqué lundi un communiqué du cabinet royal à Rabat.

Cette décision « constitue une violation flagrante du droit international, des décisions du Conseil de sécurité et des résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies concernant la question du Sahara occidental », estime jeudi le ministère algérien des Affaires étrangères.

Elle « démontre sans aucun doute l’harmonie des politiques des occupants et leur complicité dans la violation des lois internationales, et l’empiètement du droit légitime du peuple palestinien à établir son Etat indépendant avec Al-Qods (nom que les pays arabes donnent à Jérusalem) comme capitale et du peuple sahraoui à l’autodétermination », affirme le ministère dans un communiqué.

En outre, Alger fustige « un nouveau maillon dans la série de manœuvres et de la politique de fuite en avant adoptée par l’occupation marocaine ».

Rabat prône pour le Sahara occidental un plan d’autonomie sous sa souveraineté exclusive, tandis que le Polisario réclame un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’ONU, prévu lors de la signature en 1991 d’un cessez-le feu mais jamais concrétisé.

Le Polisario a qualifié la décision d’Israël de « nulle et non avenue », fustigeant des « manœuvres subversives conjointes, sécuritaires et militaires, visant à déstabiliser la région nord-africaine et le Sahel ».

La reconnaissance par Israël de la « marocanité » du Sahara occidental survient dans un climat de rivalité régionale exacerbée entre le Maroc et l’Algérie.

Alger a rompu ses relations diplomatiques avec Rabat en août 2021 en raison de profonds désaccords sur ce dossier et l’accélération du rapprochement maroco-israélien.

Depuis leur normalisation diplomatique en décembre 2020, le Maroc et Israël s’activent à renforcer leur coopération, surtout militaire et sécuritaire mais aussi commerciale et touristique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.