Sarcelles : Le véhicule d’une famille juive vandalisé et rempli d’ordures
Rechercher

Sarcelles : Le véhicule d’une famille juive vandalisé et rempli d’ordures

La famille parisienne porte plainte pour antisémitisme après la découverte de leur mezouza, volée des mois plus tôt, sur leur pare-brise

Mezouza. (Zeevveez/Flickr)
Mezouza. (Zeevveez/Flickr)

Une voiture appartenant à une famille juive de banlieue parisienne a été endommagée, rayée et remplie d’ordures. Leur mezouza a également été collée sur le pare-brise.

L’incident s’est produit dans la nuit du 26 au 27 décembre à Sarcelles, a indiqué le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme (BNVCA) dans un communiqué.

Le BNVCA ajoute que la mezouza des victimes avait été volée chez eux des mois plus tôt.

La famille a porté plainte pour crime antisémite.

Le Premier ministre français Edouard Philippe (C-g) et Genevieve Darrieussecq (C-d), à la 76e commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, le 22 juillet 2018. (Crédit : AFP / JACQUES DEMARTHON)

Après deux années de baisse, les actes antisémites en France sont en très forte hausse (+ 69 %) sur les neuf premiers mois de 2018, s’était alarmé le Premier ministre Edouard Philippe dans une tribune publiée le vendredi 9 novembre 2018 sur Facebook.

« Chaque agression perpétrée contre un de nos concitoyens parce qu’il est juif résonne comme un nouveau bris de cristal », a affirmé le chef du gouvernement dans cette tribune publiée exactement 80 ans après la funeste nuit de Cristal et ses exactions nazies contre les Juifs en Allemagne, le 9 novembre 1938.

« Pourquoi rappeler, en 2018, un aussi pénible souvenir ? Parce que nous sommes très loin d’en avoir fini avec l’antisémitisme », écrit M. Philippe, évoquant les chiffres « implacables » des actes antisémites en France sur la partie écoulée de 2018.

« Alors qu’il était en baisse depuis deux ans, le nombre de ces actes a augmenté de plus de 69 % au cours des neuf premiers mois de l’année 2018 », poursuit-il.

Francis Kalifat, président du CRIF, à Paris, le 29 mai 2016. (Crédit : François Guillot/AFP)

Ces chiffres ne sont « pas une surprise », avait alors réagi le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Francis Kalifat, interrogé sur LCI.

« L’antisémitisme est profondément ancré dans notre pays (…) Nous atteignons des niveaux qui vont devenir insupportables », a-t-il estimé, en appelant à traiter ce phénomène de manière spécifique.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...