Sasson : le “Allahu akbar” de mon rival m’a rappelé les attaques terroristes
Rechercher

Sasson : le “Allahu akbar” de mon rival m’a rappelé les attaques terroristes

Avant même le refus d'une poignée de main, la délégation égyptienne n’a pas voulu monter dans un ascenseur avec ses opposants israéliens, raconte le judoka médaillé

L'Egyptien Islam El Shahaby (en bleu) a refusé de serrer la main de l'Israélien Or Sasson après sa défaite au premier tour du tournoi de judo masculin des +100kg aux Jeux olympiques de Rio, le 12 août 2016. (Crédit : AFP/Toshifumi Kitamura)
L'Egyptien Islam El Shahaby (en bleu) a refusé de serrer la main de l'Israélien Or Sasson après sa défaite au premier tour du tournoi de judo masculin des +100kg aux Jeux olympiques de Rio, le 12 août 2016. (Crédit : AFP/Toshifumi Kitamura)

Or Sasson, le judoka israélien médaillé de bronze olympique, a déclaré que les tensions étaient élevées entre les délégations de judo égyptienne et israélienne, même avant le désormais célèbre refus de poignée de main du rival égyptien de Sasson, Islam El Shehaby.

Le judoka égyptien a déclenché une tempête médiatique à Rio en refusant de serrer la main de Sasson, puis en refusant de s’incliner, avant d’y être obligé par les arbitres, après sa défaite vendredi. Il a été réprimandé par une commission disciplinaire olympique.

Dans les souvenirs que Sasson garde de la semaine dernière, le fameux incident de la poignée de main n’est que la pointe d’un iceberg d’antagonisme, qui a éveillé chez le Hiérosolymitain des associations avec les attaques terroristes en Israël.

« Avant le match, j’ai entendu le judoka égyptien et son entraîneur se dire l’un à l’autre ‘Allahu akbar’. Cela m’a rappelé ce qu’il se passe en Israël avant une attaque terroriste, avec ces cris », a-t-il déclaré mercredi à Yedioth Ahronoth.

La phrase « Allahu akbar », qui se traduit par « Dieu est grand », est prononcée dans le monde entier par des millions de musulmans cinq fois par jour pendant leurs prières. Les musulmans la récitent aussi régulièrement comme une affirmation de foi et de détermination dans des situations moins formelles.

Selon Sasson, quand le tirage au sort lui a fait affronter El Shehaby, « j’ai reçu des messages sur les réseaux sociaux me disant de ‘battre le musulman’. Mais je suis venu combattre contre un sportif, et cela ne compte pas qu’il soit Egyptien. »

Avec les rivalités judéo-musulmanes qui étaient déjà présentes sur internet, les tensions n’ont fait que s’empirer à Rio.

« Il ne m’a jamais parlé. Il a toujours eu une attitude hostile. Il nous regardait comme s’il voulait nous tuer. Les Egyptiens ne voulaient pas prendre l’ascenseur avec nous », a raconté Sasson.

L'Egyptien Islam El Shahaby (en bleu) pendant son combat contre l'Israélien Or Sasson au premier tour du tournoi de judo masculin des +100kg aux Jeux olympiques de Rio, le 12 août 2016. (Crédit : AFP/Toshifumi Kitamura)
L’Egyptien Islam El Shahaby (en bleu) pendant son combat contre l’Israélien Or Sasson au premier tour du tournoi de judo masculin des +100kg aux Jeux olympiques de Rio, le 12 août 2016. (Crédit : AFP/Toshifumi Kitamura)

Pour combattre cette hostilité perçue, son entraîneur lui a dit de chercher une poignée de main après avoir battu son rival, a déclaré Sasson au quotidien israélien.

« Après le match, je suis allé vers lui. Mon entraîneur Oren Smadja [lui-même médaillé de bronze aux Jeux de Barcelone, en 1992] m’a demandé de le faire. »

« Je n’ai jamais développé aucune haine envers lui », a déclaré Sasson au sujet d’El Shehaby.

Sasson, deux fois médaillé d’argent aux Championnats européens aura 26 ans le 18 août, a laissé de côté sa rencontre déplaisante avec Shehaby au premier tour du tournoi et a gagné deux autres combats, perdant en demi-finales contre le légendaire Français Teddy Riner, qui a finalement remporté l’or. Après avoir perdu de peu contre Riner, Sasson a battu le Cubain Alex Mendoza et a décroché le bronze.

Sasson et Yarden Gerbi, judokate israélienne également médaillée de bronze, sont rentrés lundi en Israël, et ont reçu un accueil de héros à l’aéroport Ben Gurion, où près de 1 000 fans étaient présents.

L’interview complète de Sasson, qui sera publiée dans l’édition de vendredi de Yedioth Ahronoth, est allée au-delà des traditionnelles poignées de main.

Sasson a dénoncé les taxes élevées qu’Israël impose sur les gains olympiques : « j’ai entendu que l’état prévoit de nous prendre la moitié du montant que nous avons gagné. C’est frustrant de gagner et que l’état en prenne la moitié. » En tant que judoka en entraînement, Sasson gagne « 6 000 shekels par mois », environ 1 430 euros, soit un salaire annuel d’un peu plus de 17 000 euros.

Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, a annoncé mercredi qu’elle augmenterait les gains qu’Israël verse lui-même aux médaillés olympiques : 300 000 shekels (environ 71 400 euros) pour une médaille de bronze, 400 000 (environ 95 200 euros) pour l’argent, et 500 000 (environ 119 000 euros) pour l’or.

L'Egyptien Islam El Shahaby (en bleu) pendant son combat contre l'Israélien Or Sasson au premier tour du tournoi de judo masculin des +100kg aux Jeux olympiques de Rio, le 12 août 2016. (Crédit : AFP/Toshifumi Kitamura)
L’Egyptien Islam El Shahaby (en bleu) pendant son combat contre l’Israélien Or Sasson au premier tour du tournoi de judo masculin des +100kg aux Jeux olympiques de Rio, le 12 août 2016. (Crédit : AFP/Toshifumi Kitamura)

Suite au refus de la poignée de main, qui a été jugé par les responsables olympiques comme contraire à l’esprit olympique et à l’éthique du judo, un porte-parole du Comité international olympique a déclaré lundi que le Comité olympique égyptien « condamnait fermement les actions de M. Islam El Shehaby, et l’a renvoyé à la maison. »

Le lendemain, la fédération égyptienne de judo a démenti qu’El Shehaby ait été renvoyé chez lui pour avoir refusé de serrer la main de Sasson. Le président de la fédération, Sameh Moubasher, a déclaré à l’AFP qu’El Shehaby « n’a pas été renvoyé à la maison. Il est rentré avec ses collègues. L’équipe entière de judo est rentrée hier à l’aube. »

Le site d’informations égyptien El Youm el Sabah a cite Shehaby lundi déclarant qu’il n’avait initialement pas prévu d’ignorer la main tendue de Sasson, et qu’il s’agissait plutôt d’une décision instinctive prise sur le moment.

Shehaby a affirmé qu’il n’avait brisé aucun règle en ne serrant pas la main de Sasson quelques instants après que l’Israélien l’ait jeté sur le tatami pour le battre.

« L’athlète israélien n’est pas un ami que je dois saluer », a-t-il déclaré, ajoutant que « j’ai travaillé vraiment dur pour aller aux Jeux, et à la fin c’est devenu quelque chose de politique. »

Des agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...