Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Selon Tamir Hayman, la priorité de Biden est l’élection présidentielle, pas Israël

Pour le chef de l'INSS, qui suggère de ne pas sous-estimer la Maison Blanche, l'échange de prisonniers iraniens serait un vrai coup de pouce et Israël devrait regarder au-delà

Le président américain Joe Biden saluant la foule alors qu'il s'apprête à monter à bord d'Air Force One, à la base aérienne de Dover, dans le Delaware, le 19 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP)
Le président américain Joe Biden saluant la foule alors qu'il s'apprête à monter à bord d'Air Force One, à la base aérienne de Dover, dans le Delaware, le 19 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP)

L’ancien chef du Directorat des Renseignements militaires, le général de division (res.) Tamir Hayman, a déconseillé samedi de critiquer avec désinvolture l’échange de prisonniers entre le président américain Joe Biden et l’Iran, affirmant que les Israéliens devaient comprendre que « cette bonne vieille » Maison Blanche donnait la priorité à sa campagne de réélection.

Hayman, actuellement directeur de l’Institut d’études de sécurité nationale (INSS) à l’Université de Tel Aviv, a déclaré que l’accord provisoire, qui débloquerait des milliards de dollars de fonds pour l’Iran en échange de la libération de cinq ressortissants américains détenus, constituait un coup de pouce électoral majeur pour Biden.

Ces remarques ont été formulées après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a critiqué l’accord, affirmant qu’il ne fournirait que des « fonds qui iront à des éléments terroristes parrainés par l’Iran ».

L’accord annoncé jeudi, ainsi que le transfert par l’Iran des détenus américains de la prison à l’assignation à résidence, ont été conclus après des mois de négociations indirectes entre les responsables américains et iraniens. L’Iran s’est également engagé à ne pas enrichir l’uranium à plus de 60 %, un niveau qui se situe à une courte distance technique des matières fissiles de qualité militaire.

« Je suggère de ne pas sous-estimer ‘cette bonne vieille’ Maison Blanche », a écrit Hayman sur X, la plateforme de réseaux sociaux anciennement connue sous le nom de Twitter.

Selon lui, Joe Biden a réduit les risques d’une escalade sécuritaire avec l’Iran et promeut simultanément « un accord de paix historique qui lui permettra d’obtenir un résultat important dans la campagne présidentielle contre [Donald] Trump », l’ancien président des États-Unis et principal candidat républicain.

Tamir Hayman, directeur-général de l’Institut des Hautes Etudes de Sécurité Nationale, s’adressant à la Douzième chaîne, le 28 mai 2022. (Crédit : Capture d’écran)

Hayman a admis que l’accord annoncé « est le pire accord que les États-Unis puissent conclure », mais il a noté que « la tragédie, c’est que ce mauvais accord est également préférable à la poursuite de la situation actuelle ».

« L’accord actuel laisse l’Iran comme un pays du seuil nucléaire et lui donne des milliards de dollars, et ce uniquement en échange de ne pas enrichir l’uranium à 90 % », a-t-il déclaré.

« Mais comparé à cela, l’accord nucléaire de 2015 (celui que le gouvernement Netanyahu a combattu) est un doux rêve », a écrit Hayman, faisant référence au Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA) signé entre l’Iran et les puissances mondiales. Ce pacte accordait à l’Iran un allègement des sanctions en échange d’une limitation de son programme nucléaire.

Un article paru jeudi dans le New York Times citait deux responsables israéliens qui affirmaient que l’échange de prisonniers faisait partie d’un ensemble plus large d’accords entre Téhéran et Washington, qui travaillaient à un arrangement informel visant à limiter le programme nucléaire iranien.

Toutefois, les autorités américaines ont nié à plusieurs reprises que les pourparlers étaient liés au programme nucléaire iranien.

Hayman a également commenté la normalisation potentielle des liens entre Israël et l’Arabie saoudite sous l’égide des États-Unis, notant que tout progrès dans cette direction s’inscrit dans le contexte de la politique interne des États-Unis.

Le Wall Street Journal a rapporté la semaine dernière que les responsables américains et saoudiens s’étaient mis d’accord sur les termes généraux d’un accord potentiel entre Israël et l’Arabie saoudite. Or, un fonctionnaire israélien a déclaré par la suite qu’il n’y avait pas eu de progrès tangibles en la matière. Un tel accord devrait inclure des concessions significatives envers les Palestiniens, une condition posée depuis longtemps par les Saoudiens et que Netanyahu a indiqué la semaine dernière qu’il pourrait faire des concessions aux Palestiniens afin de garantir l’accord, bien que les analystes soient sceptiques quant à sa capacité à le faire avec sa coalition actuelle de partisans de la ligne radicale.

À gauche, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Jeddah, en Arabie saoudite, le 19 mai 2023. Au centre : le Premier Ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem. À droite, le président américain Joe Biden, à Washington, le 2 novembre 2022. (Crédit : Agence de presse saoudienne via AP; Alex Kolomoisky/Pool/Flash90 ; Michael A. McCoy/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/Getty Images via AFP)

« Biden a exigé une composante palestinienne importante dans le cadre de l’accord de normalisation israélo-saoudien », a écrit Hayman. « Cela apaisera les Démocrates [progressistes] au Sénat et perturbera la coalition en Israël d’une manière qui pourrait [selon lui] sauver Israël de lui-même. »

« Cela peut sembler incohérent, mais il s’agit peut-être d’une stratégie américaine conçue pour améliorer l’entrée dans une année électorale », a-t-il ajouté.

« Et nous, qui sommes persuadés que tout est lié à nous et tourne autour de nous, nous ne voyons que la partie émergée de l’iceberg des intérêts américains. »

Les détails du transfert de fonds – qui fait partie de l’échange de prisonniers – le calendrier de sa réalisation et la libération finale des prisonniers américains et iraniens ne sont pas encore clairs. Toutefois, les responsables américains et iraniens estiment que l’accord pourrait être conclu d’ici la mi- ou la fin septembre.

Alors que le programme de campagne de Biden comprenait une promesse de ramener les États-Unis dans l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 que Trump a quitté, les efforts répétés de négociation ont finalement échoué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.