Rechercher

Sept pays africains « rouges » avec un nouveau variant inquiétant de la COVID

L'Afrique du Sud, le Lesotho, le Botswana, le Zimbabwe, le Mozambique, la Namibie et l'Eswatini ont été ajoutés à la liste des pays dont les résidents sont interdits d'entrée

Une jeune femme se fait vacciner contre le coronavirus avec le vaccin Pfizer près de Johannesburg, le 21 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Denis Farrell, File)
Une jeune femme se fait vacciner contre le coronavirus avec le vaccin Pfizer près de Johannesburg, le 21 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Denis Farrell, File)

Le Premier ministre Naftali Bennett a ordonné, jeudi soir, que plusieurs pays du sud de l’Afrique soient catégorisés comme « rouges », entravant lourdement l’entrée de leurs ressortissants sur le territoire israélien après l’émergence d’un nouveau variant du coronavirus en Afrique du Sud.

L’Afrique du Sud, le Lesotho, le Botswana, le Zimbabwé, le Mozambique, la Namibie et l’Eswatini ont été ajoutés à la liste des pays dont les citoyens sont interdits d’entrée sur le sol de l’État juif.

La liste était vide depuis six semaines, plus aucun pays ne répondant aux critères définis par le ministère de la Santé.

Les Israéliens qui reviennent dans le pays – et notamment ceux qui ont été pleinement vaccinés – en provenance de nations dites « rouges » devront s’isoler dans un hôtel d’État de quarantaine pendant une semaine et pourront quitter l’établissement après avoir reçu les résultats de deux tests de type PCR, a noté Bennett dans un communiqué.

Les voyageurs refusant de se soumettre à un test seront dans l’obligation de rester deux semaines à l’isolement à l’hôtel, a poursuivi le communiqué.

Bennett « a aussi donné pour instruction d’évaluer sans attendre la possibilité d’arrêter les vols en provenance de ces pays vers Israël et vice-versa, ou encore la mise en œuvre d’un plan différent qui empêchera le variant de se propager en Israël ».

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion hebdomadaire du cabinet à son bureau à Jérusalem, le 14 novembre 2021. (Crédit : Ariel Schalit / POOL / AFP)

Les scientifiques d’Afrique du Sud ont révélé jeudi avoir détecté un nouveau variant de la COVID-19 présentant « un nombre très élevé de mutations » et qui serait responsable d’une recrudescence « exponentielle » du nombre de cas là-bas.

Le variant est aussi connu sous le nom de B.1.1529.

Le nombre d’infections quotidiennes dans ce pays d’Afrique qui est le plus touché par la pandémie a été multiplié par dix depuis le début du mois.

En Israël, les données du ministère de la Santé, jeudi, ont révélé que 543 personnes avaient été testées positives à la COVID-19 la veille – ce nombre représentant 0,70 % des presque 84 000 tests effectués.

163 personnes étaient hospitalisées et 120 se trouvaient dans un état grave. 85 % des cas graves sont des personnes qui n’ont pas été vaccinées, remarquent les données.

Les responsables du ministère de la Santé ont averti mercredi les députés que de nouvelles restrictions pourraient s’avérer nécessaires si le seuil du millier de nouvelles infections quotidiennes devait être franchi, ou si les taux de contamination s’élevaient.

Des employés pratiquent des tests à la COVID-19 dans un centre de dépistage de type Drive-in à Modiin, le 10 septembre 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

« Si nous franchissons le taux de transmission de 1,2, alors nous devrons faire usage de restrictions en réduisant la taille des rassemblements tout d’abord, notamment dans les lieux soumis au Pass vert, dans la mesure où c’est là-bas qu’on observe la majorité des infections », a commenté Ilana Gans, cheffe du département des services de santé publique au ministère de la Santé devant les membres de la Commission de la constitution, des lois et de la Justice à la Knesset.

Les chiffres du ministère de la Santé ont montré, jeudi, que le taux de transmission était de 1,08 sur la base de données accumulées il y a dix jours.

Connu également sous le nom de « R-0 », ce chiffre représente le nombre de personnes contaminées par chaque porteur de la maladie en moyenne. Tout chiffre supérieur à 1 signifie que le nombre de cas est en hausse. Le taux d’infection a été de moins de 1 pendant deux mois avant d’atteindre à nouveau ce seuil, il y a quelques jours.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...