Rechercher

Shin Bet : Arrestation de 3 Arabes israéliens liés au groupe État islamique

L'agence de sécurité a indiqué que les 3 hommes étaient étroitement surveillés par les forces de sécurité en raison de leurs liens présumés avec le groupe djihadiste État islamique

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les Arabes israéliens Muhammad Farouk Yousef Agbaria et Abd al-Mahdi Masoud Muhammad Jabarin ont été arrêtés en raison de liens présumés avec le groupe djihadiste État islamique, le 15 août 2022. (Crédit : Shin Bet)
Les Arabes israéliens Muhammad Farouk Yousef Agbaria et Abd al-Mahdi Masoud Muhammad Jabarin ont été arrêtés en raison de liens présumés avec le groupe djihadiste État islamique, le 15 août 2022. (Crédit : Shin Bet)

L’agence de sécurité du Shin Bet a annoncé lundi que trois Arabes avaient été arrêtés au cours des dernières semaines pour leur affiliation à l’État islamique, dont deux auraient planifié de rejoindre le groupe djihadiste en Afrique.

Le 14 juillet, Muhammad Farouk Yousef Agbaria et Abd al-Mahdi Masoud Muhammad Jabarin, tous deux âgés de 21 ans et originaires de la ville d’Umm al-Fahm, dans le nord d’Israël, ont été arrêtés pour leur projet présumé de s’envoler vers l’Afrique afin de combattre aux côtés du groupe djihadiste État islamique, a indiqué le Shin Bet.

L’agence de sécurité a indiqué que les deux hommes étaient « étroitement surveillés par les forces de sécurité, étant donné qu’ils avaient été identifiés comme ayant des idéologies extrémistes salafistes et jihadistes ».

Selon le Shin Bet, Agbaria et Jabarin se sont entretenus avec un autre habitant d’Umm al-Fahm, récemment rentré en Israël après avoir combattu sous le drapeau d’Al-Qaïda en Afrique, pour connaitre les démarches à entreprendre pour se rendre sur place.

Agbaria a, de son côté, contacté un habitant du Nigéria, afin d’obtenir des indications sur la manière de se rendre dans une région où se déroulaient des « combats intenses de l’organisation », a précisé le communiqué.

Avant leur voyage prévu en Afrique, les deux hommes se sont également entraînés au tir et ont « consommé du contenu extrémiste du groupe djihadiste », notamment des vidéos de décapitation, a indiqué l’agence.

Photo d’illustration d’un membre des Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis retirant un drapeau de l’État islamique dans la ville de Tabqa en Syrie. (Crédit : Delil Souleiman/AFP)

Dans une autre affaire, un Bédouin d’un village de la région de Rafaia, à l’est de Beer Sheva, a également été arrêté le 22 juillet pour ses liens présumés avec le groupe djihadiste État islamique.

Lors de son interrogatoire, Muhammad al-Rafaia, âgé de 30 ans, a admis qu’il soutenait le groupe djihadiste État islamique et ses objectifs, et qu’il cherchait à combattre au nom du groupe en Israël, a rapporté le Shin Bet.

Al-Rafaia s’est également entraîné au tir dans le but de combattre pour le groupe djihadiste « le moment venu », selon l’agence qui n’a pas publié de photo d’al-Rafaia.

Agbaria, Jabarin et al-Rafaia ont été inculpés de « graves infractions à la sécurité » et d’autres infractions liées aux armes, selon le Shin Bet.

« Le Shin Bet continuera d’agir conformément à l’autorité qui lui est conférée par la loi et prendra toutes les mesures à sa disposition afin de faire face aux phénomènes liés aux idéologies islamiques extrêmes, et de contrecarrer les intentions de nuire à la sécurité de l’État d’Israël, et poursuivra avec la plus grande sévérité toutes les personnes impliquées dans des activités terroristes », a déclaré l’agence dans le communiqué.

Au début de l’année, les autorités israéliennes ont arrêté des dizaines de membres présumés de l’État islamique à la suite de deux attentats terroristes meurtriers – à Hadera et à Beer Sheva – perpétrés par des Arabes israéliens dont on pense qu’ils ont été inspirés par le groupe jihadiste. Il a été révélé par la suite qu’une autre attaque meurtrière à Jérusalem en mars avait été commise par un partisan de l’État islamique, qui avait également tué un couple de personnes âgées dans le même quartier trois ans auparavant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...