Shin Bet : la Cisjordanie et Gaza « très instables » depuis la décision de Trump
Rechercher

Shin Bet : la Cisjordanie et Gaza « très instables » depuis la décision de Trump

Nadav Argaman a indiqué à la Knesset que les troubles palestiniens pourraient durer encore six mois, voire plus, le Hamas essayant de raviver la colère en appelant à des attaques

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef de l'agence de sécurité du Shin Bet, Nadav Argaman, (d), prend la parole devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, présidée par le député du Likud Avi Dichter, (g), le 24 décembre 2017. (Crédit : capture d'écran)
Le chef de l'agence de sécurité du Shin Bet, Nadav Argaman, (d), prend la parole devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, présidée par le député du Likud Avi Dichter, (g), le 24 décembre 2017. (Crédit : capture d'écran)

Le chef du service de sécurité du Shin Bet a déclaré dimanche aux députés que la situation dans la bande de Gaza et en Cisjordanie étaient particulièrement précaire après la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël au début du mois.

S’adressant à la puissante commission des Affaires étrangères et de la Défense à la Knesset, il a prédit que ce serait « une période très instable pour les six prochains mois au moins ».

Nadav Argaman, présentant son rapport annuel au comité, a déclaré que ses services de sécurité avaient déjoué des centaines d’attaques terroristes « importantes » l’année dernière et avaient averti que le « calme relatif » en Cisjordanie et à Gaza ne devait pas faire penser que tout va bien dans la région.

L’année dernière, les services de sécurité ont déjoué environ 400 attaques terroristes graves, a-t-il dit, dont 13 attentats-suicides et huit tentatives d’enlèvement.

Plus récemment, le Shin Bet a arrêté un groupe de trois hommes palestiniens soupçonnés d’avoir planifié un enlèvement qu’ils auraient eu l’intention de perpétrer pendant les vacances de Hanoukka la semaine dernière.

Argaman a déclaré à la commission que cela représentait une hausse du nombre d’attaques terroristes déjouées l’année dernière par les services de sécurité, mais les chiffres présentés n’ont pas étayé cette affirmation.

En mars, lorsqu’il a présenté le bilan de 2016, Argaman a déclaré à la commission que le Shin Bet avait également déjoué quelque 400 attaques terroristes cette année, dont 16 tentatives d’enlèvement et 16 attentats-suicides.

En passant de la terreur organisée aux attaques de « loups solitaires », dans lesquelles un terroriste agit indépendamment d’une organisation terroriste avec des armes simples comme un couteau ou une voiture, Argaman a souligné les progrès réalisés par les services de sécurité dans leur capacité à les prévenir.

Le chef du Shin Bet a déclaré que ses services de sécurité avaient réduit de moitié le nombre d’attaques réussies de « loups solitaires ». En 2016, il y a eu 108 attaques de ce type, contre 54 en 2017, a-t-il ajouté.

Il a également déclaré que, au total, Israël avait déjoué 1 100 attaques de « loups solitaires » en 2017.

Le chef du Shin Bet a également parlé des efforts de réconciliation tendus en cours entre l’Autorité palestinienne et le groupe terroriste palestinien du Hamas comme étant une source possible de friction dans la société palestinienne.

« L’arène palestinienne depuis l’an dernier est très instable à la fois en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, et surtout depuis la déclaration de Trump », a-t-il dit.

« Le calme relatif que nous constatons est un calme trompeur », a déclaré Argaman. « Le Hamas essaie par tous les moyens de mener des attaques en Cisjordanie et de perturber la stabilité de l’Autorité palestinienne ».

Il n’a fait aucune prédiction quant à la façon dont les efforts de réconciliation se dérouleront, indiquant seulement que « le temps nous le dira ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...