Si une nouvelle taxe est votée, le prix du jetable pourrait doubler en 2022
Rechercher

Si une nouvelle taxe est votée, le prix du jetable pourrait doubler en 2022

Selon les ministères des Finances et de l'Environnement, une taxe de 100 % sur les articles en plastique jetable pourrait réduire les achats de 40 %

Des déchets plastiques jetés sur une plage en Israël. (Crédit : capture d'écran)
Des déchets plastiques jetés sur une plage en Israël. (Crédit : capture d'écran)

Dans le but de réduire les déchets plastiques en Israël, le ministère des Finances et le ministère de la Protection de l’environnement ont annoncé lundi un plan visant à imposer une taxe sur les articles en plastique jetables.

La taxe de 100 % – qui entrerait en vigueur début 2022, sous réserve de l’approbation de la Knesset – pourrait voir le prix des assiettes, tasses, pailles et récipients en plastique doubler.

Les Israéliens dépensent 2 milliards de shekels par an en articles en plastique, le montant par personne étant près de cinq fois supérieur à celui des résidents de l’UE, ont déclaré les ministères dans un communiqué commun.

La nouvelle taxe, dont les détails doivent encore être finalisés, devrait réduire de 40 % les achats d’articles nuisibles à l’environnement, selon le communiqué.

« À l’instar de nombreux pays du monde entier qui prennent des mesures pour réduire l’utilisation des plastiques à usage unique, nous avons également le devoir de prendre des mesures pour réduire l’utilisation de ces articles, tout en entraînant un changement significatif du comportement des consommateurs », a déclaré le ministre des Finances Avigdor Liberman en annonçant la proposition.

« La décision que nous prenons aujourd’hui est une nouvelle étape sur la voie d’un pays plus vert qui s’aligne également sur les normes des autres pays développés du monde », a-t-il déclaré.

Vue de bouteilles en plastique et d’autres déchets dans le réservoir d’eau de Beit Zait, près de Jérusalem, le 1er mars 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Israël est le deuxième plus grand consommateur par habitant de plastique à usage unique au monde et 90 % des déchets de ses plages sont en plastique.

Tel Aviv a la troisième plus grande quantité de pollution plastique sur son littoral parmi les villes de 22 pays méditerranéens, selon le Fonds mondial pour la nature, avec une moyenne de 21 kilogrammes de débris plastiques par kilomètre de côte.

Les plastiques qui finissent dans les mers et les océans sont un problème de plus en plus courant, tuant la faune maritime, contaminant les poissons et les fruits de mer qui entrent dans la chaîne alimentaire, et entraînant des centaines de millions de dollars de pertes dans le tourisme et les industries liées à la mer.

La ministre de la Protection de l’environnement, Tamar Zandberg, a comparé la nouvelle taxe proposée à celles sur les cigarettes et l’alcool, affirmant que « l’utilisation de plastique jetable est aussi une addiction. »

Tamar Zandberg, nouvellement nommée ministre de la protection de l’environnement, lors d’une cérémonie de passation de pouvoirs au ministère de la protection de l’environnement à Jérusalem, le 15 juin 2021.(Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Elle a fait valoir que la taxe était équitable pour les consommateurs selon le principe du « pollueur-payeur ».

« Celui qui choisit de consommer un volume élevé d’ustensiles jetables assumera les coûts les plus importants », a-t-elle déclaré.

Selon un sondage réalisé par l’Institut israélien pour la démocratie en novembre 2019, les Israéliens sont disposés à changer leurs habitudes, la plupart étant favorables à une interdiction par l’État de la vaisselle jetable.

En l’absence de législation nationale sur la question, certaines autorités locales ont pris des mesures pour éliminer progressivement le plastique à usage unique dans les écoles et les jardins d’enfants, et un certain nombre de magasins privés ont également cessé volontairement d’utiliser des articles en plastique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...