Soutien présumé au BDS : Gallant refuse le Prix Israël pour Oded Goldreich
Rechercher

Soutien présumé au BDS : Gallant refuse le Prix Israël pour Oded Goldreich

Yoav Gallant dit que le travail d'Oded Goldreich - qui nie soutenir le BDS - est "contrebalancé par son activité intensive de boycott des institutions de recherche israéliennes"

Le ministre de l'Éducation, Yoav Gallant, prend la parole lors de la cérémonie du Prix d'Israël à Jérusalem, avant le 73e jour de l'indépendance d'Israël, le 11 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)
Le ministre de l'Éducation, Yoav Gallant, prend la parole lors de la cérémonie du Prix d'Israël à Jérusalem, avant le 73e jour de l'indépendance d'Israël, le 11 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Le ministre sortant de l’Éducation, Yoav Gallant, a annoncé vendredi sa décision de ne pas accorder le prestigieux prix Israël à un professeur accusé de soutenir le boycott à l’encontre d’Israël.

Oded Goldreich, professeur d’informatique à l’Institut Weizmann d’Israël, avait été sélectionné par un comité pour recevoir cette année le prix de mathématiques et d’informatique pour ses travaux sur la théorie de la complexité informatique. Cependant, M. Gallant a empêché M. Goldreich de recevoir le prix, en alléguant qu’il soutenait le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS). Goldreich a nié soutenir le mouvement BDS, mais a déclaré qu’il s’opposait aux implantations de Cisjordanie.

Dans une lettre adressée au procureur général Avichai Mandelblit, M. Gallant a fait valoir que le prix est censé refléter la contribution d’un candidat à l’État d’Israël et pas seulement une reconnaissance de l’excellence dans un domaine donné. Il a également nié que sa décision était motivée par une opposition aux opinions politiques de M. Goldreich.

« Le professeur Goldreich ne remplit pas actuellement cette condition de contribution à l’État d’Israël, car la contribution de ses recherches à l’État est contrebalancé par son activité intensive de boycott des institutions de recherche israéliennes », a écrit M. Gallant.

Oded Goldreich. (Crédit : CC BY-SA 3.0 / Wikipédia)

Il a noté que Goldreich a signé en mars une pétition avec des centaines d’universitaires demandant à l’Union européenne (UE) de cesser de financer l’université d’Ariel, située à Ariel en Cisjordanie. Les universitaires estiment que ce financement légitime les activités implantatoires, qui, selon les Palestiniens et une grande partie de la communauté internationale, constituent un obstacle à la paix.

״Sur la base des faits dont je disposais au moment où la décision a été prise, une image claire s’est dégagée d’une activité continue (sur des années), cohérente et intentionnelle du professeur Goldreich, dont le résultat est un réel préjudice pour le monde universitaire israélien et l’État d’Israël », a déclaré Gallant.

Il a également accusé le professeur Goldreich de prêter son « prestige universitaire » aux appels au boycott de certaines institutions universitaires en Israël.

« À la lumière de ce qui précède, j’ai décidé de rejeter la recommandation professionnelle du comité du prix Israël pour la recherche en informatique d’accorder le prix Israël au chercheur en informatique Prof. Goldreich », a déclaré Gallant à Mandelblit, qui devra décider s’il faut défendre la position du ministre contre une requête de la Haute Cour déposée par le comité de sélection du prix.

Des étudiants se promènent sur le campus de l’Université Ariel, dans l’implantation d’Ariel en Cisjordanie, le 25 janvier 2017. (Crédit : Sebi Berens/Flash90)

La lettre de Gallant, membre du parti Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est arrivée quelques jours avant l’assermentation du « gouvernement de changement » que les rivaux du Premier ministre ont accepté de former. M. Gallant devrait être remplacé au poste de ministre de l’Éducation par Yifat Shasha-Biton, de Tikva Hadasha.

« Juste avant ce qui semble être la fin de son mandat, Gallant essaie de faire quelques gros titres supplémentaires aux dépens du professeur Goldreich et oublie à nouveau que le prix Israël n’est pas un prix du gouvernement israélien. Sa lettre exprime son approche maccarthyste et renforce ainsi son héritage anti-démocratique », a déclaré l’avocat de Goldreich, Michael Sfard, cité par le quotidien Haaretz.

Un avocat des membres du comité du prix a déclaré que Gallant n’avait pas l’autorité nécessaire pour prendre une telle décision.

« Cette décision ne respecte pas l’entreprise du prix Israël et nous sommes convaincus que la nouvelle ministre de l’Éducation prendra une décision différente », a déclaré l’avocat Gilad Barnea.

Goldreich devait recevoir le prix lors de la cérémonie d’avril pour les lauréats du prix d’Israël, mais une décision de la Haute Cour de justice donnant à Gallant le temps de prendre une décision sur l’attribution du prix au professeur l’a empêché de l’obtenir. La Cour a déclaré à l’époque que Goldreich pourrait recevoir le prix à une date ultérieure.

La Haute Cour a déjà rejeté des pétitions contre l’attribution du prix à certains candidats, notamment l’année dernière lorsqu’il a été décerné au rabbin Yaakov Ariel, qui a fait des commentaires désobligeants sur les personnes LGBT.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...