Start-up : Les exit en hausse de 102 % en 2019 pour atteindre 9,9 Mds de $
Rechercher

Start-up : Les exit en hausse de 102 % en 2019 pour atteindre 9,9 Mds de $

La dernière décennie a été marquée par 587 opérations de sortie - PAPE et fusions et acquisitions - pour une valeur de plus de 70 milliards de dollars, selon le rapport de PwC

Illustration d'une poignée de main. (stnazkul ; iStock by Getty Images)
Illustration d'une poignée de main. (stnazkul ; iStock by Getty Images)

Cette année 2019, a été une « année exceptionnelle » pour l’industrie technologique israélienne, avec un nombre d’exits – fusions et acquisitions ou premières offres publiques d’actions – totalisant 9,9 milliards de dollars, soit un bond de 102 % par rapport à 2018, où le chiffre était de 4,9 milliards de dollars, selon un nouveau rapport des consultants PwC Israël.

Les chiffres n’incluent pas les transactions subséquentes – lorsque les entreprises qui ont déjà eu une exit ont une deuxième vente. En tenant compte des transactions subséquentes, le montant total des transactions (PAPE et fusions et acquisitions) pour 2019 passe à près de 23 milliards de dollars, contre 13,5 milliards de dollars en 2018, selon les données.

En résumant les données de la dernière décennie, le rapport indique qu’il y a eu 587 transactions de sortie, pour une valeur totale de plus de 70 milliards de dollars. Si l’on tient compte des transactions subséquentes – comme celles de Mobileye, d’Orbotech et d’autres qui ont fait l’objet d’une première offre publique d’actions et qui ont ensuite été acquises, la dernière décennie a généré « un montant énorme de 107,8 milliards de dollars en transactions », a indiqué PwC dans un communiqué.

Les principaux secteurs touchant les exit au cours de la décennie ont été les entreprises de semi-conducteurs, l’informatique, les start-up de logiciels et les entreprises des sciences de la vie, qui ont représenté respectivement 30,5 %, 28,5 % et 16,7 % des transactions.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, 3e à gauche, avec le président directeur général d’ Intel Corp., Brian Krzanich, à sa gauche, et les fondateurs de Mobileye Amnon Shashua et Ziv Aviram , 1er à gauche et 1er à droite. (Crédit : Haim Zach/GPO)

L’exit de la décennie a été l’acquisition par Intel Corp. de Mobileye, une société israélienne qui développe des systèmes anti-collisions et d’assistance à la conduite de véhicules, (Mobileye opère également dans le développement de la voiture autonome) en 2017 pour un montant de 15,3 milliards de dollars.

Le projet d’acquisition par Nvidia de Mellanox Technologies Ltd. (la transaction est toujours en attente des approbations réglementaires) plus tôt cette année fait de cette transaction la plus importante pour 2019, et la deuxième plus importante transaction technologique jamais enregistrée en Israël, après Mobileye. Avec Habana Labs, acquis par Intel Corp. pour 2 milliards de dollars, et Click, acquis par Salesforce pour 1,35 milliard de dollars, ce sont les trois plus gros contrats de 2019.

Si l’on se penche sur la dernière décennie, 2019 a été la troisième meilleure année en termes de valeur totale des transactions (après 2014 et 2015) et la meilleure année en termes de nombre total de transactions, soit 80.

En 2014, une année record pour la technologie israélienne, la valeur des accords d’exit s’est élevée à quelque 14,9 milliards de dollars, en 70 accords, et en 2015, ce chiffre était de 10,7 milliards de dollars, également en 70 accords, selon les données. En 2010, le montant total des sorties a été évalué à 1,1 milliard de dollars.

La valeur moyenne des transactions en 2019 était d’environ 124 millions de dollars en 2019, soit 51 % de plus que la valeur moyenne des transactions en 2018, à l’exclusion des transactions subséquentes des deux années, selon le rapport. La part des transactions importantes est demeurée élevée en 2019 ; le nombre total de transactions de plus de 100 millions de dollars était de 24, soit 30 % de toutes les transactions, comparativement à 17, soit 28 % de toutes les transactions, en 2018.

En 2019, ce sont les investisseurs américains qui ont représenté près de 60 % du nombre total de transactions, avec 48 opérations, suivis par les investisseurs européens avec 15 % et les investisseurs israéliens avec 14 %. Les entreprises asiatiques représentaient 6 % du total, le Canada et l’Australie constituant le reste des transactions.

« Des marques comme Google, Samsung, Amazon et Palo-Alto, ont continué à rechercher les opportunités les plus intéressantes dans le pays des start-ups » en 2019, a déclaré Yaron Weizenbluth, partenaire Hi-tech chez PwC Israël, en commentant les chiffres. « Les grosses entreprises technologiques ont été rejointes par des acheteurs de divers secteurs verticaux, tels que McDonald’s, SolarWinds, Vimeo, Stryker et bien d’autres, qui étaient également à la recherche de technologies profondes et complémentaires ».

Eyal Waldman, (à gauche), fondateur et PDG de Mellanox et Jensen Huang, fondateur et PDG de Nvidia Corp. lors d’une conférence de presse à Yokneam, Israël, le 25 mars 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

Le secteur de l’informatique et des logiciels a continué de prendre la tête des exits en 2019, la valeur totale des transactions atteignant 4,5 milliards de dollars, soit une augmentation de 92 % par rapport à 2018. Les autres secteurs qui ont affiché une « croissance significative » ont été le secteur de l’Internet, après l’introduction en bourse de Fiverr International Ltd. en juin, et le secteur des semi-conducteurs, suite à la vente de Habana Labs à Intel Corp. plus tôt ce mois-ci.

Le secteur des sciences de la vie s’est classé au troisième rang des sorties cette année : la valeur totale des transactions dans ce domaine a atteint 1,69 milliard de dollars en 2019, bien que ce niveau ait stagné par rapport à 2018.

Yaron Weizenbluth, Partenaire high-tech chez PwC Israel (Crédit : Hagit Goren))

« Alors que l’année touche à sa fin, il convient de dire que 2019 a été exceptionnelle pour la technologie israélienne, tant en termes de nombre de transactions que de valeur. À bien des égards, 2019 a été un exploit impressionnant et, à tous les points de vue, une conclusion appropriée à une décennie très réussie », a déclaré Weizenbluth.

Le marché des introductions en bourse a également rebondi en 2019, « après plusieurs années relativement sèches, avec trois introductions en bourse exceptionnellement fortes sur le Nasdaq », a-t-il déclaré.

Il s’agissait de la vente d’actions de la société de cyber-sécurité Tufin, de la place de marché en ligne Fiverr et du fabricant de matériel médical Inmode.

L’année a également été marquée par une forte présence de transactions d’un milliard de dollars.

« Ces dernières années, nous nous sommes habitués à avoir au moins une affaire à 10 chiffres sur le marché local. Et en effet, pas moins de cinq transactions de ce type ont été signalées en 2019. » Toutes ces entreprises n’ont pas été incluses dans ces dernières données, car certaines d’entre elles avaient déjà été acquises ou avaient fait leur entrée en bourse dans le passé, et les transactions subséquentes, ou les sorties secondaires, ne sont pas incluses dans les chiffres.

« Au moment où nous entrons dans une nouvelle décennie, nous n’avons pas l’impression que l’essor est sur le point de prendre fin », a déclaré M. Weizenbluth. « Les années 2020 commencent avec un écosystème plus favorable aux entrepreneurs que jamais. Ajoutez à cela l’évolution des entrepreneurs israéliens vers des joueurs qui connaissent bien le jeu mondial et qui ont confiance en leur capacité de parcourir de longues distances ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...