Rechercher

Strasbourg : enquête après une violente agression d’un juif orthodoxe

Dans une "réaction unanime", le conseil municipal de Strasbourg a condamné "avec la plus grande fermeté l'agression violente d'une personne de confession juive"

Illustration : des policiers patrouillent dans les rues de Strasbourg le 14 décembre 2018, après la réouverture du marché de Noël, à Strasbourg, temporairement fermé à cause d'un attentat. (Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP)
Illustration : des policiers patrouillent dans les rues de Strasbourg le 14 décembre 2018, après la réouverture du marché de Noël, à Strasbourg, temporairement fermé à cause d'un attentat. (Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP)

Une enquête a été ouverte après l’agression dimanche à Strasbourg d’un juif orthodoxe « gravement blessé » après qu’un homme l’a fait tomber de son vélo avant de s’enfuir, a-t-on appris lundi auprès du parquet et de l’avocat de la victime qui a dénoncé une « agression antisémite ».

Les faits se sont produits dimanche en milieu de matinée dans le centre de Strasbourg, ville où réside une importante communauté juive.

La victime, un homme d’une quarantaine d’années, partait faire ses courses à vélo, a indiqué dans un communiqué son avocat, Me Raphaël Nisand. Il « était vêtu de la tenue traditionnelle juive orthodoxe (…) une chemise blanche et un pantalon noir », et les « tsitsit », les franges portées au coin des vêtements par les juifs religieux, dépassaient de son costume, selon le conseil.

La kippa de son client était cachée par son casque de vélo, a-t-il précisé.

Un « homme jeune », qui circulait lui aussi à vélo sur la piste cyclable, se serait alors porté à sa hauteur et aurait à deux reprises cherché à le faire tomber. « A la troisième tentative, (…) l’agresseur s’est volontairement couché avec son vélo sur la victime », la faisant chuter lourdement, avant de prendre la fuite, selon Me Nisand.

Son client, « gravement blessé », souffre notamment de multiples fractures (nez, côtes, bras et orbite gauche), a indiqué l’avocat. « Plusieurs opérations sont prévues » dans la semaine, a-t-il ajouté.

Une caméra de vidéosurveillance d’une école juive voisine a capté une image « claire et nette de l’agresseur » qui a été fournie à la police, affirme encore Me Nisand, qui dénonce une « agression antisémite ».

Une plainte a été déposée et l’enquête de flagrance est toujours en cours, a indiqué le parquet de la ville.

Dans une « réaction unanime », le conseil municipal de Strasbourg a condamné « avec la plus grande fermeté l’agression violente d’une personne de confession juive ».

Jeanne Barseghian lors de sa campagne électorale pour la mairie de Strasbourg en 2019. (Crédit : Capture d’écran France 3 Grand Est / YouTube)

« Nous adressons tout notre soutien et pleine solidarité à la victime », a indiqué dans un communiqué le conseil municipal de Strasbourg, ville dirigée par l’écologiste Jeanne Barseghian, à qui on n’a reproché de ne pas avoir « commémoré la journée de l’Holocauste », le 27 janvier dernier.

« Nous exprimons notre vive inquiétude quant aux actes et agressions antisémites commis dans notre ville. Ces actes de haine et violences gratuites doivent être sanctionnés par la justice avec la plus grande fermeté », a ajouté le conseil municipal.

« Se taire? Jamais. Dénoncer? Toujours. Soutenir la communauté juive? Évident. Lutter contre l’antisémitisme? Un devoir », a indiqué de son côté sur Twitter Jean Rottner, le président LR de la région Grand Est.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...