Strasbourg, nouvelle destination pour des dizaines de familles juives de France
Rechercher

Strasbourg, nouvelle destination pour des dizaines de familles juives de France

"Alyah interne," conséquence d'un "antisémitisme du quotidien", le nouveau vocabulaire de plus en plus souvent accolé aux Juifs de France pointe une fragilité de leur condition

Panneau de la rue des juifs à Strasbourg, France (Crédit : wikimedia commons)
Panneau de la rue des juifs à Strasbourg, France (Crédit : wikimedia commons)

Dans un contexte marqué en ce mois de février par une série d’évènements successifs mettant en avant l’antisémitisme frappant le pays (rapport du ministère de l’Intérieur, agression d’Alain Finkielkraut, profanation de tombes juives, graffiti, courriers anonymes….), l’attention médiatique s’est une nouvelle fois portée sur le phénomène « d’Alyah interne ». Celui-ci décrit les familles juives se sentant en insécurité qui décident de déménager dans des quartiers moins dangereux pour eux.

Mais si jusque-là, l’attention se portait principalement sur l’Ile-de-France, un reportage du Parisien montre que Strasbourg est la nouvelle destination de ces familles juives, plutôt religieuses, qui choisissent de déménager.

« La majorité des départs forcés ont lieu dans les quartiers populaires franciliens, en particulier de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et du Val-d’Oise, » rapporte le quotidien.

« Les pôles d’attraction se situent, eux, dans la capitale, mais aussi dans la banlieue ouest comme Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et sud de Paris, à l’instar de Vincennes et Saint-Mandé (Val-de-Marne) ».

« Sans être forcément visées par les attaques antisémites, ajoute Le Parisien, certains foyers optent pour la mobilité afin de mieux s’épanouir sur le plan religieux. Strasbourg est une destination privilégiée ».

« On accueille 40 à 50 familles d’Île-de-France chaque année depuis quatre ans, souvent de jeunes couples avec enfants, » explique Maurice Dahan, président du consistoire israélite du Bas-Rhin.. « Elles trouvent ici une certaine quiétude. La communauté juive y est superbement bien structurée et intégrée à la vie de la ville ».

Un rassemblement y a été organisé mardi soir « pour dire non à l’antisémitisme ».

Surfant sur ce phénomène, la communauté juive de la ville de Metz a lancé en 2017 une campagne -« Alyah Metz« – pour attirer les juifs habitant la banlieue parisienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...