Rechercher

Suède : Des propos négationnistes projetés sur la synagogue de Malmö

La phrase "La Shoah est une fraude" a été projetée sur des bâtiments du pays pendant un sommet sur l'antisémitisme ; des néo-nazis revendiquent l'acte

La synagogue de Malmö, en Suède (Crédit : Wikimedia Commons)
La synagogue de Malmö, en Suède (Crédit : Wikimedia Commons)

JTA — La police suédoise enquête sur la manière dont les mots « La Shoah est une fraude » ont pu être projetés sur la principale synagogue de Malmö alors que la ville accueillait un forum international sur la lutte contre l’antisémitisme.

Cette phrase a été projetée sur la Synagogue de Malmö et sur d’autres bâtiments situés dans des villes du sud de la Suède, mercredi soir, journée où avait lieu le forum international sur la commémoration de la Shoah et sur la lutte contre l’antisémitisme.

La police a ouvert une enquête pour crime de haine, a noté le journal suédois Dagens Nyheter.

Le mouvement de résistance nordique, un groupe néonazi, a revendiqué la responsabilité de l’acte, selon Dagens Nyheter.

La conférence a réuni chefs d’État et autres éminents responsables gouvernementaux originaires de dizaines de pays dans une ville connue pour son très fort taux d’antisémitisme.

Les frappes israéliennes contre le Hamas à Gaza, en 2009, avaient entraîné une vague d’agressions antisémites à Malmö, qui comptait alors plus de
1 000 habitants juifs. Le maire de l’époque, Ilmar Reepalu, avait réagi en demandant à la communauté juive locale de prendre ses distances face à Israël, donnant à un grand nombre l’impression de blâmer les victimes juives.

Défilé du Mouvement de résistance nordique d’extrême-droite à Gothenburg, en Suède, le 30 septembre 2017. (Crédit : Fredrik Sandberg/TT News Agency/Sweden OUT/AFP)

La communauté juive de cette ville de Suède – c’est la troisième plus grande ville du pays – a depuis été divisée par deux.

Malgré l’incident survenu mercredi à la synagogue, Katharina von Schnurbein, coordinatrice au sein de l’Union européenne (UE) de la lutte contre l’antisémitisme, a affirmé vendredi à la JTA qu’elle pensait que la conférence avait montré que « le changement est possible ».

« Le fait que la conférence ait eu lieu à Malmö transmet un message : celui que ce type de haine ne sera pas accepté et qu’on s’y attaquera sans relâche », a-t-elle commenté.

Lors du sommet, elle a présenté un nouveau plan stratégique de lutte contre l’antisémitisme et de renforcement de la vie juive en Europe qui a été publié le 5 octobre par l’Union européenne.

Même si ce plan n’inclut pas de budget, von Schurbein a noté que « ses différents éléments vont recevoir des millions d’euros de financement dans la période à venir ».

Parmi les objectifs figurant dans le plan, la mise en place d’une méthodologie transeuropéenne de consignation et de signalement des crimes de haine.

Katharina von Schnurbein, coordinatrice de la lutte contre l’antisémitisme de l’Union européenne, devant le Conseil d’Israël pour les relations étrangères, à Jérusalem, le 14 juillet 2016. (Crédit : Andres Lacko)

Mardi, les leaders des communautés juives ont déploré, lors d’une conférence distincte qui a eu lieu à Bruxelles, « l’absence de sérieux » du plan de l’UE dans la mesure où il échoue à s’attaquer à deux questions déterminantes pour les Juifs européens : l’interdiction de l’abattage rituel des animaux et les tentatives d’interdire la circoncision non-médicale.

Von Schurbein a déclaré que le plan faisait référence à la problématique de l’abattage rituel, en appelant les États-membres à « trouver le juste équilibre entre le respect de la liberté de manifester sa religion et la protection du bien-être animal ».

La commission de l’UE et son bureau « ont l’intention de faciliter les initiatives prises pour trouver cet équilibre », a ajouté von Schnurbein, mais « s’agissant du document, la commission est contrainte par le jugement émis par la Cour européenne » qui, en 2020, a confirmé le droit des états de Belgique d’interdire l’abattage rituel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...