Israël en guerre - Jour 236

Rechercher
Reportage

Tel Aviv : Un universitaire de Yale présente son cycle de mélodies sur le 7 octobre

"Zakhor : A Requiem for October 7", du psychiatre David Sasso, a été présenté en première mondiale dans le cadre d'un voyage de Yale pour soutenir les universitaires israéliens

David Sasso (2e à partir de la droite) et ses musiciens lors de la première de "Zakhor : A Requiem for October 7", à l’ANU - Musée du peuple juif, à Tel Aviv, le 21 mars 2024. (Crédit : Yoav Shapiro)
David Sasso (2e à partir de la droite) et ses musiciens lors de la première de "Zakhor : A Requiem for October 7", à l’ANU - Musée du peuple juif, à Tel Aviv, le 21 mars 2024. (Crédit : Yoav Shapiro)

Comme d’autres universitaires en voyage de solidarité au cours des derniers mois, le groupe d’une trentaine de professeurs de l’Université de Yale qui s’est récemment rendu en Israël a suivi un programme chargé de visites, de présentations, de réunions avec d’autres universitaires dans diverses universités et de visites d’endroits liés au 7 octobre.

Mais la délégation de Yale a terminé son voyage par un événement unique : un concert sur invitation à Tel Aviv, au cours duquel l’un des participants a interprété des œuvres en première mondiale.

Le travail quotidien du Dr. David Sasso en tant que psychiatre, psychothérapeute et professeur adjoint de psychiatrie à la faculté de médecine de l’Université de Yale ne l’a pas empêché de continuer à s’intéresser à la musique et à la composition tout au long de sa vie. Il a senti qu’il « devait faire quelque chose » après l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre sur le sud d’Israël, la guerre Israël-Hamas qui s’en est suivie et l’explosion de protestations sur les campus, d’incidents antisémites et d’agitation connexe dans le monde universitaire.

« Je ne suis pas un activiste, donc ma réponse personnelle a été d’utiliser mes ressources intérieures pour créer quelque chose de nouveau. Je me suis assis et j’ai sorti le poème de Yehuda Halevi », a expliqué Sasso au Times of Israel. Et d’ajouter : « Me voici dans la Diaspora, et c’est ainsi que tout a commencé », en référence au célèbre poème de Halevi, datant du XIIe siècle, qui commence par « Mon cœur est à l’est, et moi à l’ouest le plus reculé ».

Au cours des derniers mois, Sasso a élaboré un ambitieux cycle de compositions musicales sur une sélection éclectique de poèmes, intitulé « Zakhor : A Requiem for October 7 ». Ce cycle de mélodies a été interprété un jeudi soir à l’ANU – Musée du peuple juif à Tel Aviv, accompagné par des membres de l’Opéra israélien.

« Le voyage en Israël a commencé à faire l’objet de discussions [au sein de la faculté de Yale]. Lorsque j’ai réalisé que cela se produisait, j’ai demandé aux organisateurs 30 ou 45 minutes à cette fin », s’est souvenu Sasso. « Ensuite, un certain nombre de connexions fortuites se sont produites, et je me suis retrouvé avec les meilleurs talents de l’Opéra d’Israël ! Je ne m’attendais pas à tout cela lorsque j’ai commencé à composer ces œuvres. »

Le compositeur David Sasso s’adressant au public, à l’ANU – Musée du peuple juif, à Tel Aviv, le 21 mars 2024. (Crédit : Yoav Shapiro)

Le concert privé était la dernière soirée de la visite de solidarité de cinq jours de la faculté de Yale en Israël. Le public était composé d’anciens étudiants de Yale qui vivent aujourd’hui en Israël, de bénéficiaires israéliens de bourses Fulbright à Yale et d’autres personnes de la région ayant un lien professionnel avec l’université de la Ivy League.

D’ouest en est et inversement

Le soir de la représentation, après une brève réception dans le hall de l’ANU où les quelque 70 invités se sont lentement rassemblés, le concert officiel a commencé dans la salle de concert adjacente.

S’adressant brièvement au public avant que la musique ne débute, Sasso a remercié les musiciens et les participants au voyage de Yale et a souligné la signification profonde de cette soirée pour lui.

« En pleurant ceux qui ont péri le 7 octobre et depuis, en gardant les otages près de nos cœurs, nous devons être dignes d’eux, honorer leur esprit et commémorer leur courage. Nous reconnaissons également la diminution de l’humanité avec la perte de chaque personne innocente affectée par l’attaque terroriste et ses conséquences tragiques […] Nous continuerons à poursuivre avec ferveur la connaissance et la vérité et à faire de l’art plus intensément que jamais », a-t-il déclaré.

Le spectacle – interprété en trois langues par des chanteurs professionnels de l’opéra accompagnés d’un piano et d’un violon – consistait en une série de pièces dans un style d’opéra moderne et léger, avec parfois des influences juives manifestes. Outre le poème de Yehuda Halevi, interprété avec délicatesse et lyrisme par le ténor Adi Ezra, les compositions comprenaient une intrigante traduction en yiddish de « Daffodils », un poème de William Wordsworth sur la perte, chanté par la soprano Daniela Skorka.

« I’d Like to Go Alone » (« J’aimerais partir seul »), un poème en anglais écrit pendant la Shoah par Alena Synková, alors âgée de 16 ans, a été composé sur un thème obsédant et subtilement développé, et chanté par Skorka et la mezzo-soprano Anat Czarny, accompagnées par le pianiste Daniel Chervinsky. Synková a survécu à Terezin et a vécu jusqu’à la fin de ses 80 ans à Prague.

La composition de Sasso pour « On the Walls of Beeri » (« Sur les murs de Beeri »), un poème en hébreu écrit il y a dix ans par Anadad Eldan, un habitant du kibboutz Beeri âgé de près de 100 ans, a été particulièrement remarquée. Depuis l’assaut du 7 octobre, au cours de laquelle quelque 3 000 terroristes du Hamas ont saccagé Beeri et d’autres sites adjacents, le poème est devenu un symbole, dans la société israélienne, à la fois de l’événement et de la résilience des communautés israéliennes voisines de la bande de Gaza.

Dirigé par le baryton Yaïr Polishook, « On the Walls of Beeri » met en scène les quatre chanteurs dans une œuvre polyphonique obsédante qui, après avoir lentement gagné en complexité et en émotionnalité, s’achève sur une résolution triste et silencieuse.

Bien que psychiatre de profession, Sasso a une profonde connaissance de la musique et du judaïsme. Ses deux parents sont des rabbins reconstructionnistes (aujourd’hui à la retraite) qui se sont rencontrés à l’école rabbinique – sa mère a été la première femme ordonnée par le mouvement.

Après avoir obtenu une double licence en composition et en biochimie, Sasso a décidé de poursuivre sa carrière dans la médecine, mais il a toujours organisé sa vie de manière à ce que la musique en soit une composante majeure. Les « techniques et capacités de base » pour les deux domaines sont souvent les mêmes, a-t-il fait remarquer.

Cette double formation était particulièrement évidente dans le dernier morceau de la soirée, le classique Psaume 121 ou « A Song of Ascents », également interprété par tous les musiciens. Avec des voix complexes à plusieurs niveaux et des lignes mélodiques entraînantes, l’œuvre est rythmée par un ¾ de temps accessible et, avec les influences évidentes de la tradition chorale des synagogues américaines, aurait sa place dans un lieu de culte juif.

Délégation de la faculté de Yale, à l’Université de Tel Aviv, le 21 mars 2024. (Crédit : Université de Tel Aviv)

Un environnement beaucoup plus hostile

La délégation de Yale faisait partie d’une série de missions organisées ces derniers mois par des professeurs d’universités américaines, pour la plupart juifs, qui se sont sentis obligés de se rendre en Israël à cause de la guerre et en réaction à la situation sur les campus. Outre Yale, des délégations sont venues de l’Université de Pennsylvanie, de UCLA, de Harvard, de Dartmouth, de Stanford, du MIT, de UC Berkeley et d’autres universités.

« C’est un voyage indépendant. Nous sommes des professeurs de Yale, mais ce n’est pas un voyage [officiel] de Yale. Nous avons collecté des fonds et payé pour ce voyage, afin de montrer notre solidarité avec les universitaires de tous les domaines. L’activité principale du voyage est de visiter des universités israéliennes et de rencontrer des professeurs qui, je pense, se sentent très isolés. Ils souffrent professionnellement, ne sont pas en mesure d’être promus, d’être titularisés, de faire publier des articles ou de donner des conférences dans le monde entier, d’après ce que j’ai compris », a expliqué Sasso.

« Aux États-Unis, nous nous efforçons tous de comprendre comment le monde réagit à cette situation », a précisé Sasso. « Est-ce que j’ai personnellement peur en marchant dans la rue ? Non. Mais il est certain qu’au sein de nos départements, au sein de l’université, la réponse à ce problème est insidieuse parce qu’elle n’est souvent pas aussi manifeste que d’autres formes de discrimination. La réponse à ce qui s’est passé le 7 octobre a été remarquablement et manifestement différente. »

« J’ai certainement entendu des étudiants juifs de Yale me dire que l’environnement était soudain beaucoup plus hostile parce qu’il n’y avait pas de conversation sur ce qui se passait, mais plutôt sur le fait qu’Israël lui-même, point final, était mauvais. Aucune conversation nuancée n’est donc possible, alors que c’est ce que l’on souhaiterait dans une université », a-t-il déclaré.

Rencontre, salutations et adieux

Après la représentation, qui a été ovationnée, le groupe s’est rendu à un dernier dîner d’adieu organisé dans une petite salle de bal.

Alors que les plats étaient servis, le Times of Israel s’est brièvement entretenu avec le professeur Edward Kaplan de la Yale School of Management, l’un des principaux organisateurs du voyage de la faculté, qui a fait remarquer que la mission avait été facilitée par le « Yale Forum for Jewish Faculty & Friends », une organisation créée il y a plusieurs années par des professeurs de Yale préoccupés par les préjugés anti-Israël et antisémites dans le monde universitaire.

David Sasso, à gauche, à l’ANU – Musée du peuple juif, à Tel Aviv, le 21 mars 2024. (Crédit : Gavriel Fiske/Times of Israel)

Tout le monde a été « incroyablement frustré » de rester « assis », a-t-il déclaré, ajoutant que « nous voulons dénoncer les absurdités » et « être des activistes » face à ce qu’il a qualifié de situation « folle » dans les universités. Kaplan, ainsi qu’un autre participant, le professeur Evan Morris de l’école de médecine de Yale, ont par la suite fait part de leurs expériences et de leurs opinions dans un article de Newsweek.

Alors que le dessert était servi et que la délégation commençait à se disperser pour retourner à l’hôtel puis à l’aéroport, le compositeur Sasso était toujours assis avec quelques amis et sa femme, qui avait accompagné le groupe en tant que psychiatre faisant également partie de la faculté de Yale.

Il s’est dit très satisfait du concert et a fait remarquer qu’il n’avait eu qu’une seule véritable répétition avec les musiciens avant qu’ils ne réussissent parfaitement à interpréter les pièces complexes. « Ce sont des professionnels », a-t-il déclaré en haussant les épaules.

Le projet « évolue encore » vers « un cycle de chansons plus vaste », a-t-il ajouté. « Il y a d’autres poèmes que j’ai l’intention de mettre en musique, et je suis ouvert à de nouveaux poèmes. J’aimerais trouver des poèmes plus contemporains, peut-être écrits par des jeunes, qui ont été directement touchés par tout cela. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.