Rechercher

Tensions à Jérusalem : Abdallah II de Jordanie ira à Ramallah avant le Ramadan

Selon un responsable palestinien, la visite soulignera la nécessité de parvenir à un horizon diplomatique, sans lequel de nouvelles escalades à Jérusalem seraient à craindre

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontre le roi de Jordanie Abdallah II à Amman le 30 juin 2021. (Crédit :  WAFA)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontre le roi de Jordanie Abdallah II à Amman le 30 juin 2021. (Crédit : WAFA)

Pour la première fois en près de cinq ans, le roi Abdallah de Jordanie se rendra à Ramallah à la fin du mois, dans le cadre d’une intensification des efforts déployés par Amman pour faire baisser les tensions entre Israéliens et Palestiniens, à l’approche de la confluence des fêtes religieuses, a déclaré lundi un responsable palestinien au Times of Israël.

Confirmant une information de la chaîne publique Kan, le responsable a déclaré que la réunion soulignera l’importance de créer un horizon diplomatique entre Israël et les Palestiniens, « sans lequel il sera beaucoup plus difficile de contrôler la situation sur le terrain ».

Les pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens sont moribonds depuis plus d’une décennie. En outre, Ramallah est de plus en plus frustré par la position de l’administration Biden sur le conflit.

Si Washington a renoué des liens diplomatiques avec l’Autorité palestinienne et réinstauré des centaines de millions de dollars d’aide, ainsi que la position traditionnelle des États-Unis en faveur d’une solution à deux États, elle a largement accepté la position israélienne selon laquelle les parties ne sont pas mûres pour des pourparlers de paix aux enjeux sont importants.

Confrontée à une crise économique qui ne cesse de s’intensifier, l’Autorité palestinienne craint que l’incapacité à présenter au peuple palestinien un horizon diplomatique ne renforce encore le Hamas, a déclaré le fonctionnaire, ajoutant que la visite d’Abdallah II devrait également être considérée comme une façon de dire à l’administration Biden que « la région ne peut pas ignorer notre problème ».

Amman n’a pas encore commenté la visite et semble surtout préoccupé par la réduction des tensions avant le mois d’avril, qui verra la confluence du Ramadan, de Pessah et de Pâques.

Cette préoccupation était en tête de l’ordre du jour lorsque Abdallah a reçu le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid la semaine dernière à Amman.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid rencontre le roi Abdallah de Jordanie à Amman, le 10 mars 2022. (Crédit : Autorisation)

« Nous avons convenu que nous devions travailler ensemble pour apaiser les tensions et promouvoir la compréhension, en particulier à l’approche du mois de Ramadan et de Pessah », a déclaré Lapid dans un communiqué après la réunion au palais Al Husseiniya.

Ces dernières semaines ont été marquées par une recrudescence des violences à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, notamment par plusieurs attaques à l’arme blanche par des Palestiniens visant les forces de sécurité israéliennes, ainsi que plusieurs Palestiniens abattus par les troupes israéliennes, certains au cours de violents affrontements.

Le communiqué de la Cour royale hachémite a repris les points de discussion habituels de la Jordanie sur le conflit, indiquant que le roi « réaffirme la nécessité d’intensifier les efforts pour parvenir à une paix juste et globale sur la base de la solution à deux États qui garantit la création d’un État palestinien indépendant, souverain et viable, sur les lignes du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale ».

Abdallah II a également appelé à la préservation du statu quo sur le mont du Temple, que la Jordanie administre. Il a également appelé Israël à cesser « les actions unilatérales qui compromettent la solution à deux États », faisant manifestement référence aux constructions dans les implantations.

Au début du mois, M. Lapid a rencontré un haut responsable de l’Autorité palestinienne, Hussein al-Sheikh, pour la deuxième réunion publique de ce type en moins de deux mois.

La confluence des fêtes religieuses a également été un sujet de préoccupation pour l’administration Biden, des responsables américains et israéliens ayant déclaré le mois dernier au Times of Israeë que Washington avait demandé à Jérusalem de prendre des mesures pour faire baisser les tensions et empêcher une flambée de violence similaire à celle qui s’est produite en mai dernier lorsqu’Israël a mené une guerre de 11 jours contre le Hamas à Gaza.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken se rendra également dans la région la semaine prochaine et devrait s’arrêter en Israël et en Cisjordanie, ce qui a conduit certains analystes à spéculer sur sa participation à la rencontre Abbas-Abdallah II à Ramallah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...