Tentant de former un bloc de centre-gauche, Barak rencontre le n°1 travailliste
Rechercher

Tentant de former un bloc de centre-gauche, Barak rencontre le n°1 travailliste

L'ancien Premier ministre et Amir Peretz promettent de poursuivre les discussions autour d'une liste conjointe ; ce dernier tente aussi de s'associer à Orly Levy-Abekasis

Ehud Barak (droite), alors ministre de la Défense, est assis à côté du député Amir Peretz alors qu'ils participe à une réunion du Comité des Affaires étrangères et de la Défense à la Knesset le 19 mars 2012. (Uri Lenz/Flash 90)
Ehud Barak (droite), alors ministre de la Défense, est assis à côté du député Amir Peretz alors qu'ils participe à une réunion du Comité des Affaires étrangères et de la Défense à la Knesset le 19 mars 2012. (Uri Lenz/Flash 90)

L’ancien Premier ministre a rencontré mercredi le nouveau chef du Parti travailliste, Amir Peretz — dans le cadre des appels d’Ehud Barak à former un bloc d’union de centre-gauche en vue des élections générales de septembre.

« Les discussions ont été menées dans un respect mutuel et une atmosphère très positive. Amir et moi avons convenu de poursuivre ces échanges dans les prochains jours », a écrit Ehud Barak sur Twitter.

Il a également indiqué s’être entretenu récemment avec « plusieurs personnes du bloc de centre-gauche », sans élaborer davantage.

Amir Peretz a décrit la rencontre comme la suite de discussions précédentes, faisant écho aux commentaires d’Ehud Barak, évoquant également un « respect mutuel ».

L’ancien Premier ministre Ehud Barak s’exprime lors d’une conférence de presse pour annoncer son retour en politique à avant les législatives en septembre, à Tel Aviv, le 26 juin 2019. (Jack Guez/AFP)

Celui qui a dirigé le Parti travailliste par le passé a annoncé son retour en politique le mois dernier après six ans d’absence et la création d’une nouvelle formation, le Parti démocrate israélien. Il a appelé de façon répétée les partis du centre-gauche à se présenter sous une liste commune, qu’il estime nécessaire pour détrôner Benjamin Netanyahu.

Aucune alliance n’a été encore formée, mais plusieurs partis ont exprimé leur intérêt pour une telle stratégie, et Amir Peretz a fait savoir qu’il était prêt à laisser la première place d’une telle liste d’union à Ehud Barak. Ce dernier a également indiqué qu’il était enclin à y renoncer si besoin.

En plus du Parti travailliste, l’ancien chef d’état-major de l’armée a déclaré qu’il souhaitait s’unir avec le Meretz de gauche et avec l’ancienne Première ministre, Tzipi Livni.

Dans le même temps, Kakhol lavan, arrivé deuxième derrière le Likud aux élections d’avril, n’a pas réagi avec enthousiasme à cette idée de s’allier avec la liste d’Ehud Barak.

Orly Levy-Abekasis, présidente du parti Gesher, dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote, au kibboutz Reshafim, le 9 avril 2019. (Crédit : Basel Awidat/Flash90)

Par ailleurs, la Douzième chaîne a rapporté mercredi qu’Amir Peretz souhaitait s’associer à l’ancienne députée, Orly Levy-Abekasis.

Les deux se seraient entretenus à de multiples reprises par téléphone et doivent se rencontrer la semaine prochaine, d’après le reportage de la chaîne.

Orly Levy-Abekasis, dirigeante du parti Gesher qui n’était pas parvenue à franchir le seuil d’éligibilité en avril, serait également courtisée par le Likud et Kakhol lavan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...