Rechercher

Terrorisme : le mouvement extrémiste juif Kahane radié de la liste noire US

Le département d'État a souligné qu'il maintenait le groupe sur la liste des terroristes mondiaux spécialement désignés, moins contraignante

Photo d'illustration : Des activistes de droite lors d'une cérémonie en hommage à feu le rabbin extrémiste Meir Kahane à Jérusalem, le 17 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Photo d'illustration : Des activistes de droite lors d'une cérémonie en hommage à feu le rabbin extrémiste Meir Kahane à Jérusalem, le 17 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les États-Unis vont retirer un groupe extrémiste juif lié à l’ancien rabbin Meir Kahane et un groupe militant palestinien de la liste noire des organisations terroristes après des années sans violence, a déclaré un responsable dimanche.

Le département d’État a informé le Congrès qu’il allait cesser d’utiliser la qualification de « terroriste » pour désigner ce groupe, car Kahane Chai « n’a pas été lié à une attaque terroriste depuis 2005 », a annoncé un responsable.

Cette qualification avait été contestée en justice par le groupe.

Le Conseil de la choura des moudjahidines des environs de Jérusalem sera également enlevée de cette liste, a indiqué la même source. Ce groupe djihadiste palestinien était lié à des attaques de roquette il y a dix ans.

Le département d’État avait désigné Kahane Chai comme une organisation terroriste étrangère en 1997, trois ans après que son partisan Baruch Goldstein eut massacré 29 Palestiniens dans la ville de Hébron, en Cisjordanie.

Le mouvement est fondé par Kahane, un ancien rabbin né aux États-Unis et ancien député israélien prônant l’expulsion des Arabes d’Israël. Il a été assassiné à New York en 1990.

La révocation des appellations « garantit que nos sanctions contre le terrorisme restent crédibles et d’actualité », a expliqué un fonctionnaire du département d’Etat sous couvert d’anonymat. Elle « ne reflète aucun changement de politique à l’égard des activités passées de l’une ou l’autre de ces organisations ».

Malgré l’absence d’attaques de la part du groupe, le rabbin décédé reste un héros pour certains membres de l’extrême droite israélienne, notamment le député Itamar Ben-Gvir, qui a défendu l’annexion de la Cisjordanie.

Le député Itamar Ben Gvir assiste à une marche de militants de droite dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 20 avril 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Être listé comme organisation terroriste étrangère réduit fortement la marge de manœuvre de ces organisations aux Etats-Unis : le soutien financier est criminalisé, par exemple.

Le département d’État a déclaré qu’il maintenait les deux groupes sur la liste des terroristes mondiaux spécialement désignés, moins contraignante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...