Tirs de Gaza: le Conseil de sécurité se réunit en urgence à la demande des USA
Rechercher

Tirs de Gaza: le Conseil de sécurité se réunit en urgence à la demande des USA

Haley a déclaré que le Conseil devrait être "indigné" par les tirs de roquettes et de mortiers sur des civils israéliens et que "les leaders palestiniens doivent rendre des compte"

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley s'exprime durant une rencontre du Conseil de sécurité au Moyen Orient le 18 décembre 2017 au siège des nations unies à New York (Crédit : AFP/Kena Betancur)
L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley s'exprime durant une rencontre du Conseil de sécurité au Moyen Orient le 18 décembre 2017 au siège des nations unies à New York (Crédit : AFP/Kena Betancur)

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira mercredi à la demande des Etats-Unis pour évoquer les attaques à la roquette et au mortier sur Israël, ont dit des diplomates.

Les Etats-Unis ont fait circuler un projet de communiqué, mardi, appelant le Conseil à condamner « dans les termes les plus forts les tirs indiscriminés de roquettes par des militants palestiniens à Gaza » en direction d’Israël, selon une copie du texte obtenue par l’AFP.

La mission américaine a demandé au Conseil d’évoquer les attaques lancées depuis la bande de Gaza qui ont été revendiquées par le Hamas et le groupe terroriste du Jihad islamique, qui ont entraîné une riposte israélienne à travers des frappes aériennes contre des cibles terroristes à Gaza.

« Les attaques récentes depuis Gaza sont les plus importantes que nous ayons pu voir depuis 2014 », a expliqué l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley dans un communiqué.

« Les mortiers tirés par les militants palestiniens ont frappé des infrastructures civiles et notamment un jardin d’enfants. Le Conseil de sécurité devrait être indigné et répondre à ces dernières violences dirigées contre des civils israéliens et les responsables palestiniens doivent rendre des comptes pour ce qu’ils permettent à Gaza ».

L’envoyé d’Israël auprès des Nations Unies Danny Danon s’adresse à l’Assemblée générale avant le vote sur Jérusalem, le 21 décembre 2017, au siège de l’ONU à New York. (AFP/Eduardo Munoz Alvarez)

Plus tôt dans la journée, l’envoyé d’Israël à l’ONU, Danny Danon, avait appelé le secrétaire-général Antonio Guterres et le Conseil de sécurité à « condamner sans équivoque possible le Hamas et à le tenir pour responsable des derniers incidents terroristes du jour ».

Il avait expliqué que cela faisait « des semaines » qu’il avertissait que le Hamas se trouvait à la tête des manifestations violentes en cours le long de la frontière. Les attaques de mardi « ne laissent aucun doute sur les vraies intentions de ceux qui ont incité, encouragé et même payé pour ce mouvement de protestation », a-t-il établi.

L’armée israélienne lance un missile du système du Dôme de fer pour intercepter une roquette de Gaza depuis une position dans la ville du sud israélien d’Ashkelon, le 29 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA)

Les envoyés de l’Union européenne, des Nations unies, de l’administration américaine et d’autres nations ont condamné les attaques dans la journée, un grand nombre évoquant uniquement la frappe lancée contre le jardin d’enfants.

Trois soldats et un civil ont été blessés durant les salves de roquettes et de tirs de mortier qui ont duré jusque dans la nuit.

Le communiqué a fait le lien entre les attaques au mortier de mardi et les émeutes récentes survenues lors de la « marche du retour » à la frontière entre Israël et Gaza, durant lesquelles des soldats israéliens ont tué plus de 100 émeutiers palestiniens, la majorité d’entre eux membres du Hamas ou du Jihad islamique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...