Trump et Abbas se verraient le 3 mai à la Maison Blanche
Rechercher

Trump et Abbas se verraient le 3 mai à la Maison Blanche

Selon un responsable du Fatah, le dirigeant palestinien sera précédé à Washington par une délégation de l’AP le 23 avril

Le président américain Donald Trump, le 3 février 2017 (à gauche), et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 30 janvier 2017. (Crédits :  Mandel Ngan/AFP ; Zacharias Abubeker/AFP)
Le président américain Donald Trump, le 3 février 2017 (à gauche), et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 30 janvier 2017. (Crédits : Mandel Ngan/AFP ; Zacharias Abubeker/AFP)

Un responsable palestinien a dit dimanche que la première rencontre tant attendue entre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président américain Donald Trump aurait lieu le 3 mai à la Maison Blanche.

Azzam al-Ahmad, cadre du Fatah, a également dit au journal jordanien Al Ghad qu’une délégation palestinienne se rendrait à Washington le 23 avril pour des rencontres préliminaires avec l’administration.

Cette date n’a pour l’instant été confirmée ni par la Maison Blanche, ni par l’Autorité palestinienne.

« Le président Abbas ira discuter des sujets économiques et politiques vitaux, en insistant sur la confirmation de la solution à deux états, l’arrêt total de la construction dans les colonies et de l’occupation, et la mise en place d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem occupée comme capitale », a déclaré al-Ahmad.

Trump a parlé à Abbas pour la première fois au téléphone en mars, et a invité le dirigeant palestinien à la Maison Blanche.

L'envoyé américain au Moyen orient Jason Greenblatt rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas en marge du sommet de la Ligue arabe à Amman, le 28 mars 2017 (Crédit : Thair Ghnaim/Wafa)
L’envoyé américain au Moyen orient Jason Greenblatt rencontre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas en marge du sommet de la Ligue arabe à Amman, le 28 mars 2017 (Crédit : Thair Ghnaim/Wafa)

Abbas avait ensuite dit à Jason Greenblatt, l’envoyé spécial pour les négociations internationales de Trump, qu’il pensait qu’un accord de paix « historique » avec Israël était possible pendant le mandat de Trump.

Greenblatt avait dit en mars aux ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe que Trump voulait conclure un accord de paix entre Israël et les Palestiniens qui se « répercuterait » dans tout le Moyen Orient et dans le monde.

Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a déclaré samedi que la droite israélienne avait pénétré l’administration américaine.

« Nous disions habituellement qu’il y avait dans la coalition israélienne des colons soutenus par l’extrême-droite, qui détestent les Palestiniens, les Arabes et les musulmans. Mais aujourd’hui, nous disons qu’il y a des colons à la Maison Blanche », a-t-elle déclaré. Elle est citée par le site d’information Ynet.

« L’administration a adopté la position israélienne extrémiste de la droite [du Premier ministre Benjamin] Netanyahu, qui soutient les colonies. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...