Trump loue le « très bon travail » du président Sissi en Egypte
Rechercher

Trump loue le « très bon travail » du président Sissi en Egypte

C'est la deuxième fois que l'homme fort du Caire était reçu par M. Trump à la Maison Blanche. Il n'avait jamais été invité par Barack Obama

Le président américain Donald Trump, (à gauche!, avec son homologue égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, à la Maison Blanche à Washington, D.C., le 3 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Le président américain Donald Trump, (à gauche!, avec son homologue égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, à la Maison Blanche à Washington, D.C., le 3 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

« Je pense qu’il fait un très bon travail », a lancé Donald Trump, interrogé dans le Bureau ovale sur les efforts de son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi pour se maintenir au pouvoir après la fin de son deuxième mandat en 2022.

L’ex-chef de l’armée égyptienne a destitué son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013 avant d’être élu à la présidence un an plus tard.

« Les relations entre l’Egypte et les Etats-Unis n’ont jamais été aussi bonnes », a assuré M. Trump, sans mentionner à aucun moment la question des droits de l’homme.

C’est la deuxième fois que l’homme fort du Caire était reçu par M. Trump à la Maison Blanche. Il n’avait jamais été invité par Barack Obama.

Plusieurs amendements à la constitution égyptienne de 2014 doivent être prochainement soumis à référendum. Cette réforme permettrait de renforcer les pouvoirs de l’exécutif et de l’armée, et au chef de l’Etat de se maintenir à la tête du pays au-delà de 2022, année de la fin de son deuxième mandat.

Avant la rencontre, l’ONG Human Rights Watch (HRW) avait exhorté les Etats-Unis à ne pas donner leur feu vert à ce projet de réforme constitutionnelle « qui accorde à l’armée des pouvoirs très abusifs et institutionnalise davantage l’autoritarisme ».

Amnesty International a également appelé les alliés de l’Egypte, en particulier les Etats-Unis, à ne pas « rester silencieux » face à ce projet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...