Tsahal : 56 soldats sont morts depuis le dernier Yom HaZikaron
Rechercher

Tsahal : 56 soldats sont morts depuis le dernier Yom HaZikaron

Neuf civils israéliens ont été ajoutés à la liste officielle des 3 146 victimes du terrorisme publiée avant les commémorations de la semaine prochaine

Des soldates placent des drapeaux israéliens sur les tombes de soldats au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 16 avril 2018, avant Yom HaZikaron, le Jour du souvenir des soldats israéliens tombés au combat. (Hadas Parush/Flash90)
Des soldates placent des drapeaux israéliens sur les tombes de soldats au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 16 avril 2018, avant Yom HaZikaron, le Jour du souvenir des soldats israéliens tombés au combat. (Hadas Parush/Flash90)

Le nombre de victimes israéliennes de guerre s’élève à 23 741 en mai 2019, selon les chiffres publiés par le ministère de la Défense vendredi avant le Yom HaZikaron de la semaine prochaine.

Depuis le dernier Yom HaZikaron, 96 nouveaux noms ont été ajoutés à la liste de ceux qui sont morts pour défendre le pays depuis 1860. Cinquante-six sont des soldats de Tsahal et des policiers, et 40 sont des anciens combattants handicapés décédés à la suite de complications dues à des blessures subies pendant leur mission.

Les chiffres comprennent tous les soldats et les policiers qui sont décédés au cours de leur service pendant l’année écoulée, notamment à la suite d’accidents, de suicides ou de maladies.

Neuf noms ont également été ajoutés à la liste des victimes civiles israéliennes du terrorisme qui ont péri dans des attentats au cours de l’année écoulée, a déclaré vendredi l’institut national des assurances – l’équivalent israélien de la sécurité sociale -, portant le total à 3 146.

Yom HaZikaron en Israël débutera mardi soir par une cérémonie au mur Occidental à Jérusalem, au cours de laquelle une sirène d’une minute retentira dans tout le pays.

Le ministère de la Défense a déclaré qu’environ 1,5 million d’Israéliens devraient participer à diverses cérémonies militaires ou commémoratives mardi et mercredi prochains.

Une Israélienne endeuillée se recueille près des tombes de soldats tombés au combat au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, à l’occasion du Yom HaZikaron, en souvenir des soldats israéliens tués dans les guerres depuis 1860, et des victimes du terrorisme en Israël. Le 18 avril 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Une deuxième sirène de deux minutes retentira mercredi matin et lancera diverses cérémonies du Yom HaZikaron au Mont Herzl de Jérusalem en l’honneur des soldats tombés au combat. Une cérémonie commémorant les victimes du terrorisme a généralement lieu plus tard dans la journée.

Mercredi soir, Yom HaZikaron se terminera par la cérémonie nationale d’allumage des flambeaux au mont Herzl, qui marquera le début du 71e Yom HaAtsmaout, l’anniversaire de l’indépendance d’Israël.

Yom HaZikaron a été instauré en Israël en 1951 par le Premier ministre et ministre de la Défense de l’époque, David Ben Gurion, qui l’a inscrit le jour du 4 Iyar dans le calendrier juif, la veille du Yom HaAtsmaout.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...