Tsahal en état d’alerte pour les 1 an de l’assassinat du chef du Jihad islamique
Rechercher

Tsahal en état d’alerte pour les 1 an de l’assassinat du chef du Jihad islamique

L'armée a déployé des batteries Dôme de fer supplémentaires au sud, les vols ont été détournés loin de Gaza en raison des craintes d'une attaque d'un groupe terroriste palestinien

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef du Jihad islamique palestinien Baha Abu al-Ata attend à Gaza, le 21 octobre 2019. (Crédit : STR/AFP)
Le chef du Jihad islamique palestinien Baha Abu al-Ata attend à Gaza, le 21 octobre 2019. (Crédit : STR/AFP)

L’armée israélienne est passée en état d’alerte maximale mercredi, en envoyant des défenses aériennes supplémentaires dans le sud d’Israël, à l’approche de l’anniversaire de l’assassinat du commandant du Jihad islamique palestinien Baha Abu al-Ata, par crainte que le groupe terroriste ne marque l’occasion par une attaque.

En plus des batteries de défense antimissile du Dôme de fer déployées au sud, les vols à destination et en provenance d’Israël semblent avoir été dirigés vers les voies nord de l’aéroport international Ben Gurion, les maintenant ainsi plus éloignés de la bande de Gaza.

Ces changements dans les routes du trafic aérien – visibles avec les logiciels civils de suivi des trajectoires de vol – sont généralement constatés lorsqu’il y a des combats actifs ou des prévisions à cet égard. Un porte-parole de l’Autorité aéroportuaire israélienne n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires sur la question.

Ces mesures de précaution ont été prises la veille de l’anniversaire de la mort d’Abu al-Ata, le 12 novembre 2019, qui a déclenché une série de combats féroces connue dans l’armée sous le nom d’Opération Black Belt.

Cette semaine marque également l’anniversaire d’une opération de renseignement de Tsahal qui a mal tourné le 11 novembre 2018, entraînant un important échange de tirs entre Israël et des groupes terroristes dans la bande de Gaza, ainsi qu’une importante campagne d’une semaine contre le Hamas en novembre 2012, connue sous le nom d’opération « Bordure protectrice ».

Abu al-Ata était un important membre du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien soutenu par l’Iran, le commandant des unités des Brigades Al-Qods dans le nord de la bande de Gaza, que Tsahal tenait pour personnellement responsable de nombreuses attaques contre Israël au cours des mois précédant sa mort.

Il a été tué, ainsi que sa femme, lors d’une frappe de précision sur l’appartement dans lequel il séjournait dans le quartier de Shejaiya de la ville de Gaza, après des mois de préparation par les forces armées.

Les groupes terroristes palestiniens sont connus pour mener des attaques à l’occasion des anniversaires de ces conflits.

Illustration : Des roquettes sont lancées depuis la bande de Gaza vers Israël, le 13 novembre 2019. (AP Photo/Khalil Hamra)

Bien qu’Israël soit impliqué dans des discussions en cours avec le groupe terroriste du Hamas concernant un accord de cessez-le-feu à long terme, ces dernières semaines ont vu une augmentation de la violence émanant de Gaza.

La semaine dernière, un drone a été envoyé depuis la bande de Gaza dans l’espace aérien israélien avant d’être abattu par l’armée israélienne. La semaine précédente, une attaque à la roquette avait été lancée depuis la bande de Gaza, visant la ville israélienne d’Ashkelon. Un projectile a été intercepté, l’autre a atterri dans un terrain vague.

Le mois dernier, Tsahal a également découvert ce qui, selon elle, était un tunnel d’attaque du Hamas creusé de Gaza vers Israël.

Israël a mené trois grandes campagnes contre des groupes terroristes dans la bande de Gaza depuis que le Hamas a pris le contrôle de la zone en 2007, ainsi que des dizaines de petits échanges de tirs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...