Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Tsahal : Les chars atteignent le centre de Rafah ; les soldats opèrent le long du corridor Philadelphi

L'armée a localisé des tunnels et des armes et tué des terroristes dans la nuit à la frontière entre Gaza et l'Égypte ; selon l'UNRWA, un million de Palestiniens ont fui la ville du sud

Des soldats de la Brigade Nahal en opération à Rafah, dans le sud de Gaza, sur une photo publiée le 28 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de la Brigade Nahal en opération à Rafah, dans le sud de Gaza, sur une photo publiée le 28 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Des chars israéliens ont atteint le centre de Rafah pour la première fois mardi, selon des témoins, alors que l’armée israélienne poursuit son incursion dans la ville la plus méridionale de Gaza, en dépit de l’opposition internationale croissante à cette opération.

Les chars ont été aperçus près de la mosquée al-Awda, un point de repère central de Rafah, ont déclaré les témoins à Reuters. Tsahal a déclaré que ses troupes continuaient à opérer dans la zone de Rafah, sans commenter les avancées signalées dans le centre-ville.

Des images d’Al Jazeera diffusées sur les réseaux sociaux sembleraient montrer les chars avançant dans Rafah.

L’armée n’a pas encore réagi à ces témoignages et a indiqué qu’elle publierait un communiqué sur l’opération de Rafah dans le courant de la journée.

Face à la pression internationale croissante, Israël insiste sur le fait que l’opération militaire à Rafah est cruciale pour son objectif d’éliminer le Hamas et de libérer les otages saisis lors de l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien sur le sud d’Israël le 7 octobre.

Les critiques internationales se sont intensifiées après les frappes aériennes israéliennes près de Rafah, qui auraient fait, selon le ministère de la Santé de Gaza, au moins 45 morts et des dizaines d’autres blessées dans la nuit de dimanche à lundi.

Israël a déclaré que la frappe visait deux terroristes haut placés du groupe terroriste palestinien du Hamas. Mais elle aurait également touché une zone du quartier Tel al-Sultan de Rafah, dans l’ouest de la ville, où des milliers de personnes s’étaient réfugiées. La frappe a déclenché des incendies qui ont englouti plusieurs tentes et abris.

Tsahal a indiqué enquêter sur ce que le Premier ministre a qualifié « d’incident tragique ».

Face aux critiques croissantes, l’armée a annoncé mardi qu’elle avait déployé une brigade supplémentaire à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

La Brigade Bislamach – École des métiers du Corps d’Infanterie et des commandants d’escouades en temps de guerre – a rejoint les autres brigades de la 162ème Division qui opèrent à Rafah depuis le début du mois.

L’armée a indiqué avoir mené des opérations le long du couloir dit de « Philadelphi », qui sépare l’Égypte de la bande de Gaza, au cours de la nuit, suite à des informations sur des infrastructures appartenant à des groupes terroristes dans la zone.

Tsahal a localisé des tunnels et des armes, et a tué de nombreux terroristes dans la région de Rafah.

Jusqu’à présent, dans le cadre de l’opération menée à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, l’armée a pris le contrôle d’environ 70 % du corridor de Philadelphi, qui s’étend sur 14 kilomètres le long de la frontière entre la bande de Gaza et l’Égypte, selon des informations diffusées par les médias israéliens ces derniers jours.

L’Égypte a mis en garde à maintes reprises Israël contre la prise de contrôle de la partie palestinienne du corridor Philadelphi, affirmant que cela violerait les accords conclus entre Jérusalem et Le Caire. Cette décision vient s’ajouter aux tensions croissantes entre les deux voisins après que les troupes israéliennes et égyptiennes ont échangé des coups de feu lundi, faisant un mort parmi les soldats égyptiens.

Les chars israéliens se sont dirigés vers les quartiers ouest et ont pris position sur la colline de Zurub, dans l’ouest de Rafah, au cours de l’une des nuits les plus intenses de frappes israéliennes signalées par les habitants. Mardi, des témoins ont fait état d’échanges de tirs entre les troupes israéliennes et des terroristes du Hamas dans la région de Zurub.

« La situation est très dangereuse », a déclaré une habitante, Faten Jouda, 30 ans. « Nous n’avons pas dormi de la nuit. Il y a eu des bombardements aléatoires dans toutes les directions, y compris des tirs d’artillerie et des bombardements aériens, ainsi que des tirs d’avions. »

« Nous avons vu tout le monde fuir à nouveau », a-t-elle déclaré à l’AFP. « Nous allons nous rendre à al-Mawasi parce que nous craignons pour nos vies », a-t-elle ajouté, en référence à une zone côtière proche qu’Israël a déclarée « zone humanitaire » sécurisée.

Israël a subi une forte pression internationale pour ne pas lancer d’opération à Rafah après que plus de 1,4 million de Palestiniens d’autres parties de la bande de Gaza se sont réfugiés dans la ville.

Cependant, mardi, les Nations unies ont déclaré qu’environ un million de Palestiniens avaient quitté la zone de Rafah au cours des trois dernières semaines, après qu’Israël a commencé à émettre des ordres d’évacuation au début du mois.

« Cela s’est produit alors qu’il n’y avait aucun endroit sûr où aller et au milieu des bombardements, du manque de nourriture et d’eau, des piles de déchets et des conditions de vie inadaptées », a déclaré l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) dans un message publié sur X.

Tsahal a appelé les habitants à se rendre dans une zone humanitaire élargie dans les régions d’al-Mawasi et de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, estimant la semaine dernière que quelque 950 000 Palestiniens avaient évacué Rafah.

Parallèlement, les combats se poursuivent dans le nord et le centre de la bande de Gaza.

Des dizaines de sites appartenant à des groupes terroristes ont également été détruits au cours d’opérations menées dans le nord de la bande de Gaza, à Jabaliya, a indiqué l’armée.

Les sites de Jabaliya comprennent des postes d’observation, des dépôts d’armes et un bâtiment utilisé par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les soldats de l’armée israélienne en opération dans le sud de Gaza, sur une photo publiée le 28 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Plusieurs terroristes ont été tués par les troupes à Jabaliya au cours de la journée écoulée, dont une cellule de lancement de mortier qui a été frappée par un avion de chasse, a précisé l’armée.

Les combats ont été décrits par l’armée et certains officiers comme « intenses » et « les plus violents » de la guerre, avec de nombreux engagements, à la fois en surface et avec des terroristes du Hamas utilisant des tunnels. Tsahal avait également récupéré les corps de sept otages dans des tunnels à Jabaliya.

Dans le centre de la bande de Gaza, l’armée a indiqué avoir étendu ses opérations dans la zone du corridor de Netzarim, tuant des terroristes et menant des raids sur les sites du Hamas.

La guerre a éclaté lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, tout en prenant 252 otages de tous âges, en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant la violence sexuelle comme arme à grande échelle.

Le gouvernement israélien a juré d’anéantir le groupe terroriste palestinien pour l’empêcher de lancer à nouveau une telle attaque et de récupérer les otages, dont 121 seraient toujours détenus à Gaza – parmi lesquels 37 seraient morts -, ainsi que deux civils et les corps de deux soldats qui y sont détenus depuis près de dix ans.

Plus de 36 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Israël dit avoir tué 15 000 terroristes au combat. Tsahal affirme également avoir tué un millier de terroristes à l’intérieur du pays le 7 octobre.

Deux cent quatre-vingt-huit soldats israéliens ont été tués au cours de l’opération terrestre contre le Hamas et lors des opérations menées le long de la frontière de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.