Rechercher

Tsahal rase la maison du terroriste des attentats aux arrêts de bus de Jérusalem

Plusieurs Palestiniens ont été blessés lors d'affrontements près du domicile d'Eslam Froukh, accusé d'avoir posé les explosifs qui ont tué deux personnes en novembre dernier

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

L'armée israélienne démolit la maison d'Eslam Froukh, auteur d'un double attentat meurtrier à Jérusalem, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 8 juin 2023. (Crédit : armée israélienne)
L'armée israélienne démolit la maison d'Eslam Froukh, auteur d'un double attentat meurtrier à Jérusalem, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 8 juin 2023. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne a démoli jeudi, à Ramallah, la maison d’un terroriste palestinien qui a perpétré un double attentat meurtrier à Jérusalem l’année dernière, selon un communiqué de l’armée.

L’armée a publié une vidéo montrant des ingénieurs de l’armée perçant la maison d’Eslam Froukh pour y placer des explosifs, avant qu’une forte déflagration ne fasse sauter le premier étage du bâtiment de quatre étages.

Dans une brève déclaration, Tsahal a indiqué que la maison avait été détruite après le rejet d’un recours devant la Haute Cour de justice.

Tsahal a déclaré que pendant la démolition, des affrontements ont éclaté sur un certain nombre de sites et que des Palestiniens ont jeté des pierres et des cocktails Molotov sur les troupes qui ont riposté avec des moyens de dispersion des émeutes et des tirs à balles réelles.

L’armée a identifié un certain nombre d’assaillants. Aucune victime israélienne n’a été signalée.

Les médias palestiniens ont rapporté que des affrontements avaient éclaté sur les lieux, près de la maison d’Eslam Froukh. Des images vidéo ont montré des dizaines de véhicules militaires dans la zone et des Palestiniens se rassemblant pour affronter les forces.

Les médias palestiniens ont affirmé que plusieurs personnes avaient été blessées au cours des affrontements. Leur état de santé n’était pas connu dans l’immédiat.

Le 23 novembre, Froukh, 26 ans, avait fait exploser deux bombes à deux arrêts de bus près des entrées de la capitale. Les attentats ont tué deux personnes – Aryeh Schupak, 16 ans, et Tadese Tashume Ben Maada, 50 ans – et en ont blessé plus de 20 autres.

Selon le Shin Bet, Froukh – un résident de Kfar Aqab à Jérusalem-Est qui vivait la plupart du temps dans la région de Ramallah – a commis l’attentat en raison de son affiliation à l’État islamique.

Froukh a été inculpé en décembre pour cette attaque meurtrière.

Tadasa Tashume Ben Ma’ada, 50 ans (à droite) et Aryeh Schupak, 16 ans, tués dans un attentat à la bombe à l’entrée de Jérusalem, le 23 novembre 2022. (Crédit : Autorisation)

En janvier, l’armée a cartographié ses maisons de Kafr Aqab et de Ramallah, première étape avant leur éventuelle démolition. En février, sa famille a été officiellement informée de l’intention de l’armée de raser leur maison à Ramallah.

Israël a pour politique de démolir régulièrement les maisons des Palestiniens accusés d’avoir perpétré des attentats meurtriers. L’efficacité de cette politique a fait l’objet de vifs débats, même au sein des services de sécurité israéliens, tandis que les défenseurs des droits de l’homme dénoncent cette pratique comme une punition collective injuste.

Eslam Froukh, le terroriste présumé à l’origine des attentats de novembre 2022 à Jérusalem, arrive pour une audience au tribunal de première instance de Jérusalem, le 27 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les tensions entre Israël et les Palestiniens sont vives depuis un an, l’armée israélienne menant des raids quasi quotidiens en Cisjordanie, à la suite d’une série d’attentats terroristes palestiniens meurtriers.

Depuis le début de l’année, les attaques palestiniennes en Israël et en Cisjordanie ont fait 20 morts et plusieurs blessés graves. Au moins 115 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués au cours de cette période, la plupart d’entre eux lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de sécurité, mais certains étaient des civils non impliqués et d’autres ont été tués dans des circonstances qui font l’objet d’une enquête.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.