Rechercher

Un acteur juif renonce à son rôle d’un migrant dans un spectacle off-Broadway

Ariel Stachel a fait part de son malaise face à son personnage, un migrant syrien, dans "The Visitor", disant qu'il n'est pas parvenu à séparer son expérience de vie avec la scène

Ariel Stachel pendant la 72e cérémonie des Tony Awards, au Radio City Music Hall, à New York, le 10 juin 2017. (Crédit : Dimitrios Kambouris/Getty Images for Tony Awards Productions/AFP)
Ariel Stachel pendant la 72e cérémonie des Tony Awards, au Radio City Music Hall, à New York, le 10 juin 2017. (Crédit : Dimitrios Kambouris/Getty Images for Tony Awards Productions/AFP)

JTA — Un spectacle off-Broadway au sujet d’un migrant sans papiers syrien va faire sa première sans l’acteur juif qui devait y tenir l’un des rôles principaux.

« The Visitor », avec Ariel Stachel, lauréat d’un Tony Award, devait faire sa première au Public Theater au mois d’avril 2020 – une date reportée pour cause de crise de la COVID-19.

Stachel avait déjà exprimé un certain malaise face à ce casting. Dans « The Visitor », une comédie musicale, il joue un personnage syrien sans papiers envoyé dans un centre de détention des services d’immigration et des douanes américains. Au début de l’année, avait-il expliqué à Playbill, il avait demandé à l’équipe de production pourquoi son personnage, élevé pourtant aux États-Unis, avait un accent.

La date de la première de la comédie musicale avait été reportée à cet automne, le théâtre faisant état de « discussions et d’engagements en faveur de l’équité et de la lutte contre le racisme ».

Nos demandes de réaction à l’agent de Stachel n’avaient pas obtenu de réponse au moment de la rédaction de cet article.

« Le Public Theater et Ariel Stachel ont pris mutuellement la décision du retrait de ce dernier de ‘The Visitor’ et de l’abandon de son rôle dans la production », a fait savoir le théâtre dans un post écrit le 20 octobre sur les réseaux sociaux. « Nous lui sommes reconnaissants pour sa participation au cours des six dernières années et pour le talent artistique dont il a fait preuve. Nous souhaitons à Ari beaucoup de réussite à l’avenir. »

Les avant-premières de la pièce ont commencé le 16 octobre, et le rôle tenu par Stachel a été assumé par une doublure.

Cette comédie musicale sur scène est une adaptation du film éponyme qui avait été nominé aux Oscars en 2017. Elle raconte l’histoire de Walter, un professeur d’université blanc, qui se rend à New York City et découvre que Tarek et Zainab, un jeune couple sans papiers, séjourne dans son appartement. Après l’arrestation de Tarek, un ressortissant syrien, à cause d’un malentendu et sa mise en détention dans un centre de l’ICE, Walter se retrouve malgré lui mêlé à leurs vies, tentant de les aider à rester en Amérique.

Selon Playbill, « les discussions que nous avons récemment eues ont porté sur l’inquiétude entraînée par la mise au centre de l’histoire d’un homme blanc d’âge moyen dans un récit qui concerne largement les expériences des immigrants, ainsi que la nécessité de garantir que les comédiens choisis lors du casting disposeront bien de toutes les ressources qui leur permettront de raconter pleinement ce récit ».

La fermeture des théâtres à New York pour cause de COVID-19 a coïncidé avec des mouvements de protestation qui ont dénoncé les meurtres d’Afro-américains par la police américaine, obligeant un grand nombre de théâtres et de compagnies artistiques à faire face aux problématiques de représentation et d’inclusivité.

Stachel avait obtenu le rôle dès le début du projet et sa frustration au sujet de l’accent de son personnage avait été importante.

« J’en suis arrivé au point de ne plus pouvoir séparer les expériences que j’ai pu vivre dans le monde avec ce que je fais sur scène. Il ne suffit pas de jouer un rôle et de prendre du plaisir, il faut vraiment aussi, à mes yeux, une cohérence politique, spirituelle, artistique », avait affirmé l’acteur au mois d’avril à Playbill. « Je me suis dit : ‘Mon corps brun ne doit plus être perçu différemment de ce qu’il est’ et je tente donc, en fait, de transformer cette opportunité. »

Stachel a remporté un Tony pour son rôle de Haled, un musicien égyptien, dans « The Band’s Visit », adaptation théâtrale très applaudie d’un film israélien de 2007. Le père de Stachel est né « dans un camp d’intégration d’immigrants » accueillant des Juifs yéménites et sa mère est Ashkénaze, originaire de New York.

« En CE2, tout le monde me disait que j’étais trop noir pour être Juif », avait-il dit à JTA en 2017. Au lycée, avait dit Stachel, « j’ai commencé à éviter de me faire voir en public avec mon père. Je ne voulais pas être aperçu avec quelqu’un qui ressemblait à un Arabe ». « The Band’s Visit », qui raconte l’histoire d’un groupe de musique égyptien bloqué dans un marigot israélien, l’avait aidé à recréer un lien avec ses identités moyen-orientale et arabe.

Quand il avait auditionné pour le rôle de Haled, avait expliqué Stachel à Playbill, il « a eu le sentiment que cela avait été une chance qui ne se représenterait pas et, à l’époque, c’était jubilatoire d’avoir un job à Broadway. C’est au moment où je suis arrivé pour ‘The Visitor’, en fait, que j’ai commencé à avoir un problème avec le fait que tous les rôles que j’ai pu tenir avaient un accent ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...