Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Vente d’armes à Israël : Un élu démocrate reproche à Biden d’avoir contourné le Congrès

Le sénateur Chris Van Hollen rappelle que l'examen par le Congrès est une étape cruciale ; le court-circuiter "nuit à la transparence et affaiblit la confiance"

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le sénateur Chris Van Hollen, démocrate du Maryland, lors d'une réunion de la sous-commission des Crédits du Sénat, le 22 mars 2023. (Crédit : Amanda Andrade-Rhoades/AP Photo)
Le sénateur Chris Van Hollen, démocrate du Maryland, lors d'une réunion de la sous-commission des Crédits du Sénat, le 22 mars 2023. (Crédit : Amanda Andrade-Rhoades/AP Photo)

Un sénateur démocrate peu enthousiaste a critiqué samedi l’administration Biden pour avoir contourné l’examen du Congrès afin d’accélérer une livraison d’armes à Israël.

« L’examen par le Congrès est une étape cruciale dans l’examen de toute vente d’armes importante », a déclaré le sénateur Chris Van Hollen du Maryland.

« La décision de l’administration de court-circuiter à plusieurs reprises ce qui est déjà un délai rapide pour l’examen par le Congrès nuit à la transparence et affaiblit la confiance. Le peuple mérite des réponses », a ajouté Van Hollen.

Cette déclaration a été faite un jour après que le secrétaire d’État américain Antony Blinken a accéléré la vente de munitions à Israël vendredi, contournant l’examen du Congrès sur les armes envoyées à Jérusalem pour sa guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas pour la deuxième fois ce mois-ci.

Expliquant la dernière décision de Blinken de renoncer à l’examen du Congrès, le Département d’État américain a déclaré que le secrétaire d’État avait déterminé qu’il existait une situation d’urgence nécessitant la vente immédiate d’obus d’artillerie de 155 millimètres et d’équipements connexes à Israël d’une valeur de 147,5 millions de dollars.

Le 9 décembre, Blinken a utilisé la même mesure d’urgence pour accélérer la vente d’environ 14 000 obus de chars d’assaut à Israël, pour un montant de 106 millions de dollars.

De gauche à droite : le secrétaire d’État américain Antony Blinken, le président américain Joe Biden le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant, et le député Benny Gantz lors d’une réunion à Tel Aviv, en Israël, le 18 octobre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Pool Photo via AP)

Ces deux mesures ont été prises alors que la demande du président américain Joe Biden concernant un programme d’aide de près de 106 milliards de dollars pour l’Ukraine, Israël et d’autres exigences en matière de sécurité nationale reste en suspens au Congrès, pris dans un débat sur la politique d’immigration des États-Unis et la sécurité des frontières.

Des législateurs démocrates d’extrême-gauche ont évoqué la possibilité de subordonner l’aide américaine de 14,3 milliards de dollars proposée à son allié du Moyen-Orient à des mesures concrètes prises par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour réduire le nombre de victimes civiles à Gaza pendant la guerre contre le Hamas.

Le Département d’État a cherché à contrer les critiques potentielles de la vente pour des raisons de droits de l’Homme en affirmant qu’il était en contact permanent avec Israël pour souligner l’importance de minimiser les pertes civiles.

Les responsables de l’administration Biden ont également intensifié leurs appels à Israël pour qu’il réduise l’intensité des combats menés par Tsahal au cours des dernières semaines.

Une unité d’artillerie mobile de l’armée israélienne tirant un obus du sud d’Israël vers la bande de Gaza, d’une position à proximité de la frontière entre Israël et Gaza, le 10 décembre 2023. (Crédit : Leo Correa/AP)

Passer outre le Congrès avec des procédures d’urgence pour les ventes d’armes est une mesure inhabituelle qui, par le passé, s’est heurtée à la résistance des législateurs, qui disposent normalement d’un certain temps pour se prononcer sur les transferts d’armes proposés et, dans certains cas, pour les bloquer.

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué dans un communiqué que le Premier ministre « a précisé qu’Israël poursuivrait la guerre jusqu’à ce que tous ses objectifs soient atteints », notamment le renversement du groupe terroriste palestinien du Hamas et le retour de tous les otages encore détenus par les terroristes palestiniens dans la bande de Gaza.

Blinken a déclaré mercredi que les États-Unis continueraient à fournir une assistance à Israël pour « s’assurer que ce qui s’est passé le 7 octobre ne puisse plus jamais se reproduire ».

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque les terroristes du Hamas se sont déchaînés sur les communautés du sud, tuant 1 200 personnes – pour la plupart des civils massacrés lors d’atrocités brutales – et emmenant au moins 240 otages à Gaza.

Les opérations aériennes et terrestres menées par Israël auraient fait plus de 21 000 morts à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal affirme avoir tué quelque 8 500 terroristes au cours de la guerre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.