Un enfant de 5 ans tué, de nombreux blessés: les roquettes pleuvent sur Israël
Rechercher

Un enfant de 5 ans tué, de nombreux blessés: les roquettes pleuvent sur Israël

De nouvelles salves ont visé tout le pays jusqu'à Nazareth ; Ido Avigal, 5 ans, a été tué par des éclats d'obus qui ont traversé la fenêtre d'une pièce fortifiée à Sderot

Ido Avigal, tué dans sa maison de Sdérot par une roquette lancée depuis Gaza, le 12 mai 2021. (Crédit : Twitter)
Ido Avigal, tué dans sa maison de Sdérot par une roquette lancée depuis Gaza, le 12 mai 2021. (Crédit : Twitter)

Plus d’un millier de roquettes tirées vers Israël et des représailles continues sur la bande de Gaza : l’affrontement entre le Hamas et l’Etat hébreu ne montrait mercredi soir aucun signe d’apaisement et faisait craindre une « guerre à grande échelle ».

La dernière victime connue de cette escalade militaire est un enfant de cinq ans, dans la ville israélienne de Sdérot, victime d’un nouveau barrage de roquette du Hamas depuis la bande de Gaza.

Sept personnes ont été blessées dans un tir direct sur le bâtiment. La mère du garçon l’a attrapé et l’a emmené dans la pièce fortifiée lorsque les sirènes de roquettes ont retenti, selon les médias israéliens. Mais fait exceptionnellement rare, des éclats de roquette ont perforé la fenêtre de l’abri, le blessant grièvement et blessant également sa mère. La mort de l’enfant a été prononcée plusieurs heures plus tard.

La municipalité a identifié l’enfant. Il s’agit d’Ido Avigal.

Ce décès porte à sept – incluant un soldat, cinq Israéliens et une ressortissante indienne – le nombre de personnes tuées en Israël depuis le déclenchement des hostilités lundi, les plus intenses depuis la guerre de Gaza de 2014.

Un immeuble directement frappé par une roquette à Sderot, le 12 mai 2021. (Crédit : municipalité de Sderot)

Quelque 180 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël par des groupes terroristes dans la bande de Gaza depuis 6 heures du matin aujourd’hui, selon l’armée.

Des dizaines de projectiles qui se dirigeaient vers des zones habitées ont été interceptés par le système de défense antimissile Dôme de fer, selon l’armée israélienne.

Quarante autres projectiles ont été tirés de Gaza en direction d’Israël mais n’ont pas réussi à franchir la frontière et ont atterri à l’intérieur de l’enclave, selon l’armée.

Au total, près de 1 300 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël depuis le début des combats lundi soir, selon le décompte de l’armée israélienne.

Le groupe terroriste Hamas, qui dirige la bande de Gaza, a déclaré avoir tiré un barrage massif sur Israël dans la nuit de mercredi à jeudi, dont 130 roquettes, en représailles à une attaque contre un immeuble à étages dans la ville de Gaza. L’organisation terroriste palestinienne du Jihad islamique a également déclaré avoir tiré des volées de roquettes sur l’État juif.

Lors du dernier barrage, certaines roquettes ont directement touché des bâtiments. La ville d’Ashkelon a subi un bombardement de roquettes particulièrement intense, l’armée ayant demandé aux habitants de rester dans les zones fortifiées pendant plusieurs heures.

Le service d’ambulances Magen David Adom a déclaré que parmi les personnes blessées à Sderot, deux étaient dans un état modéré, une femme de 40 ans et un garçon de cinq ans. Les autres blessés souffrent de blessures légères.

Un secouriste a déclaré que le missile avait frappé un appartement dans un immeuble résidentiel voisin, déclenchant un incendie, mais que personne ne se trouvait dans l’immeuble. Il a ajouté que les secouristes se sont ensuite rendus dans l’immeuble adjacent où ils ont trouvé l’enfant de cinq ans inconscient et blessé par des éclats d’obus. Le personnel médical lui a prodigué des soins d’urgence et l’a emmené d’urgence à l’hôpital local.

Une roquette a également frappé une maison dans la ville côtière d’Ashkelon, au sud du pays. Aucune blessure n’a été signalée dans l’immédiat à la suite de cette frappe directe.

La police a déclaré qu’elle était déployée sur 14 sites à Ashkelon suite aux attaques à la roquette sur la ville, et sur trois sites à Sderot. Il n’est pas clair si chacun des sites a été touché par une roquette ou des éclats d’obus.

Toujours dans le sud, plusieurs communautés de la zone sud de Sha’ar Hanegev ont été privées d’électricité suite au dernier barrage de roquettes en provenance de Gaza, a déclaré un porte-parole de la municipalité, et un jardin d’enfants vide a été touché. Le porte-parole a déclaré que les roquettes ont également déclenché un incendie.

L’aviation israélienne a détruit une tour de plus de dix étages abritant des bureaux de la chaîne palestinienne Al-Aqsa, créée il y a quelques années par le Hamas.

« En représailles au raid sur la tour Al-Shorouk et à la mort d’un groupe de dirigeants », le Hamas a lancé mercredi soir plus d’une centaine de roquettes vers Israël dont plusieurs ont été interceptées par le bouclier antimissile « Dôme de Fer »

L’armée israélienne a déclaré que le bâtiment de 14 étages abritait les bureaux du service de renseignement militaire du Hamas et « l’infrastructure de communication qui était utilisée pour transférer des messages tactiques-militaires par les groupes terroristes ».

« L’armée continuera à attaquer les cibles terroristes aussi longtemps que nécessaire », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Al-Shourouk est le troisième immeuble de plus de 10 étages à être détruit par l’armée au cours de cette série de combats.

https://twitter.com/yasserashour95/status/13925042370457804872

Selon les médias de Gaza, le responsable de la sécurité de l’immeuble a reçu l’ordre d’évacuer la structure, qui a été frappée par un certain nombre d’attaques dites « coup sur le toit », au cours desquelles des missiles non explosifs sont largués sur un immeuble pour avertir les personnes à l’intérieur de sortir, avant que des bombes plus importantes larguées par des avions de chasse ne détruisent l’immeuble.

Les services israéliens affirment avoir tué au total une « dizaine » de responsables du Hamas mais aussi des cadres du Jihad islamique, second groupe islamiste armé de la bande de Gaza, dans des raids menés depuis lundi soir.

« La cellule a été attaquée alors qu’elle effectuait des préparatifs pour des tirs de roquettes sur le territoire israélien », a déclaré l’armée.

Peu après, la branche armée du Jihad islamique a menacé d’envoyer un autre barrage de roquettes vers Israël à 21 heures.

« Le temps de la gloire », indiquait une photo publiée par le groupe terroriste, promettant « une mort terrifiante ».

Pendant ce temps, le ministre de la Défense Benny Gantz a lancé un appel aux habitants de Gaza dans un communiqué en arabe publié par la liaison militaire avec les Palestiniens, dans lequel il a évoqué la fête de l’Aïd al-Fitr marquant la fin du ramadan, qui a débuté mercredi soir.

« La dernière fois que nous nous sommes rencontrés à l’occasion de l’Aïd al-Fitr, j’étais le chef d’état-major de l’opération [Bordure protectrice] et Gaza n’a pas fini de s’en remettre », a-t-il déclaré, en référence à la guerre de 2014 dans le territoire. « Aujourd’hui, je suis le ministre de la Défense et si la violence du Hamas ne s’arrête pas, le coup de 2021 sera beaucoup plus dur et douloureux que celui de 2014. »

Les dirigeants du Hamas portent l’entière responsabilité des violences et des dégâts qui en résultent à Gaza. « Ils vous sacrifient pour leurs raisons personnelles. Si en Israël les gens dorment dans des espaces protégés, Gaza brûlera. Il n’y a pas d’autre équation », a déclaré Gantz.

« Les groupes terroristes présentent une image fausse selon laquelle ils sont en train de gagner, mais ce n’est pas le cas ! Certaines personnes ne sont plus parmi les vivants et elles ne seront pas les dernières à dire au revoir », a-t-il ajouté.

Des colonnes de fumée s’élèvent après des frappes aériennes israéliennes sur la ville de Gaza, le 12 mai 2021. (MAHMUD HAMS / AFP)

Le cabinet de sécurité de haut niveau s’est réuni mercredi soir et a approuvé les plans opérationnels visant à étendre ses frappes à Gaza, selon la Douzième chaîne

Le combattant de Tsahal, le sergent-chef Omer Tabib de la Brigade Nahal, a été tué ce matin par un missile antichar tiré par le Hamas depuis Gaza vers Israël. Il avait 21 ans. (Crédit : armée israélienne)

Mercredi matin, le sergent-chef Omer Tabib, 21 ans, a été tué par des tirs antichar du Hamas « lors d’une opération visant à protéger des villages (israéliens) près de la bande de Gaza », a indiqué l’armée.

La branche armée du Hamas avait auparavant annoncé avoir tiré un missile sur une jeep de l’armée israélienne.

Immédiatement après le tir du missile, les terroristes de l’enclave palestinienne ont tiré des vagues d’obus de mortier sur la zone, autour de la communauté de Netiv Ha’asara, juste au nord de Gaza, apparemment pour éloigner les équipes médicales et les forces de sécurité.

L’armée a déclaré que la mort de ces 16 membres du Hamas – quatre hauts dirigeants, deux commandants de rang inférieur et 10 autres – représentait un succès majeur pour Israël dans cette série de combats, bien que les responsables de la défense israélienne anticipent que ces meurtres inciteront probablement le Hamas et le Jihad islamique palestinien à reprendre leurs attaques sur le centre d’Israël.

Peu de temps après les frappes des Tsahal et du Shin Bet, le Hamas a tiré des dizaines de roquettes sur les villes d’Ashdod et de Beer Sheva, ainsi que sur la ville de Dimona, qui abrite le principal réacteur nucléaire d’Israël.

Avant l’attaque meurtrière aux missiles guidés antichars, les combats entre les deux camps avaient connu une brève accalmie mercredi matin. Plus tôt dans la journée, l’armée a lancé des raids massifs contre des cibles du Hamas dans la bande de Gaza, alors que les terroristes de la bande de Gaza ont tiré d’importants barrages de roquettes sur le centre et le sud d’Israël, tuant un Arabe israélien, Khalil Awwad, et sa fille adolescente Nadeen.

Le porte-parole des l’armée israélienne, Hidai Zilberman, a déclaré que le système de défense aérienne du Dôme de fer avait un taux d’interception compris entre 85 et 90 % pour les roquettes se dirigeant vers des zones peuplées.

Des résidents israéliens inspectent une maison endommagée dans la banlieue de Tel Aviv, à Givatayim, le 12 mai 2021, après une frappe nocturne de roquettes, la première de l’histoire du quartier. (Crédit : Alexandra VARDI / AFP)

En réponse aux tirs de roquettes, l’armée a lancé des frappes sur plus de 500 cibles dans la bande de Gaza, visant le personnel, l’armement et les infrastructures du Hamas dans toute l’enclave, et prévoient d’en attaquer d’autres dans les heures et les jours à venir, a déclaré Zilberman.

Ces attaques comprennent de nouveaux assassinats ciblés de hauts commandants du Hamas et du Jihad islamique palestinien, ainsi que la destruction d’un certain nombre de gratte-ciel qui, selon l’armée israélienne, étaient utilisés par les groupes terroristes comme centres de commandement, bases de renseignement et installations de recherche et de développement d’armes, ainsi que pour loger des membres haut placés des groupes terroristes.

Selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza, dirigé par le Hamas, 65 Palestiniens sont morts depuis lundi soir, dont 16 mineurs, et 365 ont été blessés. L’armée a déclaré que plus de la moitié des personnes tuées étaient des membres de groupes terroristes impliqués dans les combats et que certains, dont plusieurs enfants, ont été tués par des roquettes tirées de Gaza qui sont tombées avant la frontière et ont atterri à l’intérieur de la bande, et non par des frappes israéliennes.

L’armée a également déclaré qu’elle prenait des mesures pour éviter les pertes civiles palestiniennes, comme la technique du « coup sur le toit ». Dans au moins un cas mardi, les militaires ont activement négocié avec le gérant d’un immeuble le temps nécessaire à l’évacuation de la structure avant l’attaque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...